Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Fcbe : La guerre de leadership

Fcbe : La guerre de leadership

Eugène Azatassou, membre du parti Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) a été reçu le lundi 17 février sur l’émission “Actu matin” de Canal 3 Bénin. Au cours de cet entretien, il a été question de la crise au sein de ce parti. Laquelle crise est née depuis l’obtention du récépissé définitif qui consacre l’existence légale de ce parti. Malgré la réconciliation conduit de main de maître par le président d’honneur Yayi Boni, les jeux de communiqués se font toujours entre l’aile Hounkpè, qui détient les pièces et celle de Azatassou, qui se réclame de la Résistance.

Par Raymond FALADE 

Selon Eugène Azatassou, le problème qui se pose aujourd’hui chez les Fcbe tient son origine, des démarches ayant abouti à l’obtention du récépissé du parti. En effet, les documents qui ont consacré l’existence légale de ce parti ont été déposés le 9 janvier sur insistance des membres du parti. Mais il s’agit à en croire Eugène Azatassou, des documents non authentifiés. Selon lui, le règlement intérieur et les statuts du parti n’ont pas été signés. C’est dans cette optique que le président d’honneur du parti a invité les personnes concernées à signer le document. Mais à l’arrivée, seul Paul Hounkpè ne s’est pas présenté pour signer les documents. Théophile Yarou et Amadou Issifou ont accepté signer le document. Une attitude qui selon Eugène Azatassou inquiète. Ce qui lui fait dire que l’intention de Paul Hounkpe et cie « n’était pas de sauver le parti ». A l’en croire, « c’est un faux document qui leur a été remis ». C’est pourquoi, ils avaient proposé d’aller en congrès corriger ses problèmes et régler la crise de confiance. Eugène Azatassou a aussi déploré le fait qu’avec les nouveaux textes du parti, le pouvoir du Secrétaire exécutif national soit renforcé alors que celui du président d’honneur est réduit. Il a reconnu qu’il y a eu réconciliation mais il a regretté le fait que le camp Hounkpè n’ait pas déposé les documents originaux. Aussi, a-t-il reconnu le récépissé définitif du parti même s’il continue de dénoncer la façon dont les documents ont été obtenus.

Participation des Fcbe aux élections communales

Les Forces cauris pour un Bénin émergent seront aux élections communales du 17 mai prochain. Mais Eugène Azatassou a encore des inquiétudes. « Nous avons le récépissé. Nous irons aux élections. Seulement, la difficulté que nous avons nous autres, c’est compte tenu de tous les comportements. Nous avons essayé d’arranger les choses finalement. Nous n’avons pas l’assurance que c’est Fcbe que nos militants portent, que l’électorat porte dans le cœur qui va aux élections de cette manière », a-t-il laissé entendre. C’est pour cela qu’ils avaient proposé un congrès pour rassurer et rassembler les militants a-t-il indiqué.

La Fcbe à en croire Eugène Azatassou est toujours dans la résistance. Et il n’y a aucun acte qui prouve le contraire. « On n’est pas retiré de la résistance », a-t-il insisté.

Yayi n’a jamais dit qu’il se retire de la politique

Par rapport à la situation de la constitution des dossiers pour les communales où les militants ont été invités à garder leurs dossiers sur eux, Eugène Azatassou a indiqué que l’intention c’est de rentrer en contact avec le camp Hounkpè et de mettre en place un dispositif qui rassure tout le monde. « Il faut être sûr que les dossiers iront au bon endroit et ne soit pas dévié », a-t-il expliqué.

L’information faisant état d’un retrait momentané de la politique du président Boni Yayi n’est pas vérifiée. Selon Azatassou, Yayi n’a jamais dit qu’il se retire de la politique.

 

La contrattaque de Hounkpè

Dans un communiqué non daté le camp Azatassou reproche au secrétaire exécutif national reconnu, Paul Hounkpè de faire du dilatoire et de garder auprès d’eux les originaux des pièces du partis. Au moyen d’un communiqué en date du 15 février, ce dernier réplique que c’est faux. Il y réaffirme que les vraies copies des documents du parti ont bel et bien été remises au président d’honneur le 9 janvier 2020. Par ailleurs, il estime que ceux qui l’avaient traité de traitre prônent aujourd’hui un congrès pour leur arracher les pièces et les éjecter du parti. Ce à quoi ils s’opposent vigoureusement, accusant le camp rigoriste de Azatassou d’user à nouveau des manœuvres qui ont conduit à l’exclusion des Fcbe des législatives du 28 avril 2019. En cela, la réconciliation conduite par le président d’honneur Boni Yayi n’est rien d’autre qu’une parodie, clame Hounkpè.

Les Fcbe sont donc loin de retrouver leur cohésion. L’existence légale du parti les divise profondément.

Par S. B. AGBON

Laisser un commentaire

Top