Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Crise post-électorale : Les notables de Parakou contre l’apologie de la violence

Crise post-électorale : Les notables de Parakou contre l’apologie de la violence

Après les actes de vandalisme et scènes de violence perpétrés dans la ville de Cotonou le mercredi 1ier mai, les sages et notables de la ville de Parakou ont fait une déclaration publique à la faveur de laquelle ils prônent paix et quiétude. Lire leur déclaration.

DECLARATION DES TETES COURONNES, SAGES ET NOTABLES DE LA COMMUNE DE PARAKOU

Nous, rois de Parakou, majestés, têtes couronnées, sages et notables de la commune de Parakou déplorons les incidents qui ont perturbé les élections législatives du 28 avril 2019 sur toute l’étendue de la commune de Parakou et du Bénin en général.

Par la présente déclaration, nous conjurons à jamais ces tristes moments pour la nation Béninoise toute entière en général et pour la commune de Parakou en particulier.

Aussi voudrions-nous inviter le peuple Béninois, les formations politiques et toutes les autres couches sociales à la préservation de la paix sociale et à la protection du patrimoine commun.

En ce qui concerne singulièrement Parakou, nous espérons que la jeunesse, les différentes couches sociales prendront en compte les messages de sensibilisation.

Nous rappelons à tout hasard :

Le président Soglo n’a jamais demandé de détruire Abomey ni Bohicon. Ni même de bruler la maison de Luc Atropo, Maire de Bohicon, dissident RB.

Le président Houngbédji n’a jamais demandé de saccager Porto-Novo. Ni même de bruler la maison de Monsieur Augustin Ahouanvoébla, dissident Prd.

Ici, la maison d’un député a été entièrement brulée à Tchaourou, sous les ordres de qui on sait. Des voitures appartenant à des conseillers communaux ont été entièrement consumées. Leurs maisons saccagées.

Pourquoi vouloir aujourd’hui détruire coûte que coûte Parakou ?

Pourquoi tant de haine ? Pourquoi chaque fois que ce leader en question parle, les mots qu’il utilise sont : « marcher dans le sang. Guerre civile ». Et pour joindre l’acte à la parole, il fait effectivement venir les « siens » pour bruler Cotonou.

Nous rappelons au président Patrice Talon ceci : Lorsqu’on reste impassible face aux agissements de la vermine, on condamne la bonne graine. Le président Patrice Talon doit se réveiller et protéger la population béninoise face à l’inconscience et l’insouciance de certains. Il doit mettre hors d’état de nuire tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à détruire les biens publics ou privés à Parakou, à Tchaourou, à Cotonou et partout ailleurs. Aucun moyen n’est de trop, lorsqu’il s’agit de défendre le peuple. Aujourd’hui, la destinée du peuple de même que sa sécurité sont dans vos mains Monsieur le président. Utilisez tous les moyens nécessaires pour le défendre.

Quant à la population béninoise, la protection de la vie humaine, la protection de nos infrastructures, la sauvegarde de la cohésion et de la paix sociale doivent demeurées les valeurs essentielles du patriotisme et de l’attachement au développement du Bénin. Nous prions chacun d’œuvrer pour la paix.

Vive la commune de Parakou !

Vive le Bénin uni et prospère !

Nous vous remercions.

Laisser un commentaire

Top