Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Dah Ayato et Akpakoun le Doyen : Deux talents unis pour l’humour

Dah Ayato et Akpakoun le Doyen : Deux talents unis pour l’humour

Tout en eux et sur eux donne à rire : un geste déplacé, un regard maladroit, un sourire impertinent, un accoutrement excentrique… Dah Ayato et Akpakoun le Doyen, ce sont deux talents parallèles que l’humour a fini par réunir. Nous sommes allés à leur rencontre à Bohicon, où ils sont basés ; et nous avons recueillis tout sur leur identité, leur organisation et l’horizon qu’ils se battent pour atteindre à l’ombre d’un manager complice.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Segbozo Mahougnon Idelphonse ! Voilà un nom qui ne vous dit rien. Tout comme Samba Sourou Marcel. Deux visages pourtant populaires aussi bien sur Facebook que YouTube mais cachés respectivement derrière les pseudonymes d’acteurs Akpakoun le Doyen et Dah Ayato. Le premier, Akpakoun le Doyen est le plus court et le plus vieux du groupe. 28 ans. Niveau de la classe de Terminale. Il est chef recouvrement au sein d’une agence immobilière. Son compagnon de scène, Dah Ayato qui s’arroge le statut du « plus jeune du groupe », confie être âgé entre « 24-26 ans ». Hors caméra, vendre des divers est son occupation professionnelle au marché de Bohicon. Ils ont en partage la passion illimitée de l’humour qu’ils développent à la tête de ‘’Chronik du rire’’ dont ils sont les acteurs les plus en vue.

Chacun d’eux a d’abord mené une carrière solo pour démontrer et confirmé son talent. Une riche expérience sanctionnée çà et là par des trophées scolaires ou décernés par des bars. Leur union, il y a à peine un an, a aussi toute une histoire. Histoire inséparable de la chaîne de télévision TVC. En effet, sur l’émission ‘’Etê’’, grand creuset d’expression des talents artistiques et culturels où les deux évoluaient séparément, leurs prestations intéressent. Akpakoun le Doyen et Dah Ayato tombent sous les charmes de l’animateur. Il est alors le premier à alors jeter les bases de leur unification sur scène. « Ils nous a appelés un jour dans son bureau et nous a dit : « vous deux, vous êtes les plus talentueux parmi tous ceux qui défilent sur l’émission. Je souhaite que vous jouiez ensemble sur scène », se souvient Akpakoun. A l’époque, ajoute-il, les deux jeunes se connaissaient certes, mais un mur de méfiance et d’hésitation réciproque les éloignait. « Qui va faire le premier pas vers l’autre ? », était la question. Une équation que sans le savoir, la démarche de l’animateur de TVC a permis de résoudre. Ainsi né le rapprochement des deux. « Il a promis nous financer même si la suite n’a pas été heureuse. Alors j’ai proposé à mon compagnon une connaissance capable de nous produire. C’est ainsi nous nous sommes retrouvés avec le PDG de Daagbo Records », retrace Akpakoun.

La vie à deux n’est pas exempte de hauts et des bas. Encore que les dents et la langue se battent dans la bouche, mais sont condamnées à rester ensemble. Akpakoun le Doyen et Dah Ayato en sont conscients. Dans un Bénin où les groupes d’artistes se disloquent souvent, les deux comédiens jurent marquer la différence. Au nom de l’humour, pour « panser les soucis, guérir les tristes ». Ils ont alors pour valeurs : pardon renouvelé, sincérité et ouverture. « L’un doit être doux quand l’autre est chaud », rassure Dah Ayato.

A l’instar des autres membres du groupe, Akpakoun le Doyen et Dah Ayato observent attentivement les battements de cœur de la société, d’où ils puisent leurs inspirations. « Nos inspirations viennent généralement de Dieu. Nos idées à tourner sont extraites des commérages, distractions, amusements, l’actualité ». Pour ne pas tarir de sujets, tout membre est astreint à faire des propositions. « Chacun tient un cahier de note dans lequel il fixe toutes les idées qui lui passent la tête. Après, nous nous retrouvons ensemble pour amender, corriger, modifier et peaufiner ». Un groupe WhatsApp les unis même sur la distance. Une trouvaille pour concilier sans entraves occupation professionnelle et passion.

Le choix de la visibilité avant la rentabilité

Réalisateur de formation, Oscar Gbetin, PDG de Daagbo Records, est le producteur et manager du groupe. Sa propre passion de l’humour, il l’a imprimée à ‘’Chronik du rire’’. « J’adore l’humour, mon passe-temps. J’ai formé des comédiens. Je rédige même des textes d’humour. Mais je ne peux pas être à la fois devant et derrière la caméra ». Avant les deux actuels ambassadeurs du groupe, d’autres comédiens y sont passés, mais n’ont pas été aussi engagés et dynamiques que Akpakoun le Doyen et Dah Ayato. Ce qui justifie leur court passage, rappelle celui qui, en plus d’être manager, joue aussi des rôles de conseiller artistique, de correcteur et d’encadreur.

‘’Chronik du rire’’ ne procède pas, du moins pour le moment, à des lancements de CD. Une orientation choisie par le manager. « Des gens font lancement et personne ne vient. Et ils tombent en faillite, accablés par les dettes. D’où certains acteurs abandonnent. Mais aujourd’hui nous avons les réseaux sociaux qui nous donnent de la visibilité », justifie-t-il. Le groupe se contente donc de produire et diffuser des scènes de courte durée sur les réseaux sociaux. « Il y a déjà une demande sur le terrain. C’est ce qui manque à certains qui y vont sans avoir au préalable cette visibilité. Mais nous notre démarche tranche avec ce standard, à savoir créer la visibilité, une demande qui puisse nous faire décrocher des marchés de spectacle à des festivals, galas, et autres événements d’envergure. Ce n’est pas le nombre de CD produit qui fait connaitre ». Toutefois, « Nous ferons des CD, ce sera une compilation de nos volets », précise Oscar Gbetin.

La passion ne nourrit pas encore convenablement les poches de Akpakoun et Dah Ayato. Ils tirent quelques revenus des prestations dans les hôtels, bars… Ce qui n’enlève rien à leur flamme. « Nous n’y gagnons pas grand-chose pour le moment. Mais nous tenons à révéler notre pays dans sa beauté, ses cultures. Nous nourrissons l’espoir d’être reçus par un président de la République ou un ministre de la Culture », espèrent-ils. Leur rêve : atteindre le sommet de l’humour africain. Pour cela, ils envisagent des productions de qualité en français pour conquérir le marché international.

One thought on “Dah Ayato et Akpakoun le Doyen : Deux talents unis pour l’humour

  1. Bonne rédaction mon cher frère journaliste. Je suis très fier de tes productions. Des productions bien ordonnées, claires, compréhensibles et qui retracent tous les aspects possibles des faits, évenements, portraits, récits et actualités.

    Je voudrais bien prier mes chers talents AKPAKOUN LE DOYEN et DAH AYATO de bien vouloir nous balancer leurs vidéos dans les groupes Wathsapp car beaucoup ne s’interesse pas trop au Youtube.

    Et plus, je les félicites pour leurs différents éfforts dans le cadre du rayonnement de la culture et plus précisement de l’humour dans le Bénin et en Afrique. Ils ne manqueront pas mes maigres soutiens par la grace de Dieu.

    Je ne peux pas finir sans remercier la station de presse écrite , Le Bénin Intelligent pour ce grand travail d’aller à la découverte de nos talents et aussi la propagation des infos d’actuelles en bonne et due forme et en temps convenable rapide.

    Arnaud Eric SAKPE
    65025180

Laisser un commentaire

Top