Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Déficit quantitatif et qualitatif en personnel enseignant : La solution prospective du gouvernement (Une base de données pour les aspirants aux métiers d’enseignants)

Déficit quantitatif et qualitatif en personnel enseignant : La solution prospective du gouvernement (Une base de données pour les aspirants aux métiers d’enseignants)

En conseil des ministres le jeudi 2 mai, le gouvernement a affiché sa volonté de pallier au déficit quantitatif et qualitatif en personnel enseignant par la constitution d’une base de données des aspirants aux métiers d’enseignants du primaire et du secondaire général.

Par S. B. AGBON

En vue de pallier au déficit quantitatif et qualitatif en personnel enseignant, le gouvernement a décidé de constituer une base de données des aspirants aux métiers d’enseignants. Sont concernés, les titulaires d’un diplôme des Écoles normales d’instituteurs (Eni) et des Écoles normales supérieures (Ens) ; d’un diplôme de baccalauréat au moins et candidats aux métiers d’enseignants à la maternelle et au primaire ; d’un diplôme de Licence dans une discipline enseignée et candidats aux métiers d’enseignants du 1er cycle du secondaire général ; et d’un diplôme de Maîtrise ou de Master 2 dans une discipline enseignée et candidats aux métiers d’enseignants du second cycle du secondaire général. Selon le relevé du conseil des ministres, un registre d’inscription sera ouvert à cet effet. S’ensuivra une appréciation des compétences des aspirants inscrits, ce qui permettra de constituer la base de données.

Le gouvernement a motivé sa décision par le constat que le déficit quantitatif et qualitatif en personnel enseignant s’accentue au fil des années du fait de l’augmentation exponentielle de la population scolarisable. Conséquence, il existe dans certaines localités, des groupes pédagogiques sans enseignants aggravé par un défaut d’utilisation optimale du temps scolaire. Sans oublier la surcharge de travail chez nombre d’enseignants et des conditions d’études inappropriées pour les apprenants. Alors, si rien n’est fait, l’absence d’un mécanisme prospectif, efficace et efficient de gestion de personnel enseignant compromettra sur la durée, la qualité de l’éducation, prévient le conseil. La résolution durable d’une telle situation nécessite des informations à un double niveau, a conclu le gouvernement. Le premier niveau concerne l’état des lieux détaillé de l’ampleur des besoins ; et le second, précise le relevé du conseil des ministres, se rapporte à la capacité à pourvoir effectivement aux besoins, d’où la nécessité d’explorer la quantité et la qualité des ressources humaines susceptibles de servir dans le sous-secteur.

 

Laisser un commentaire

Top