Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Démocratie Béninoise : Les mises au point de Houngbédji

Démocratie Béninoise : Les mises au point de Houngbédji

La démocratie au Bénin n’est pas finie. ‹‹Elle n’est jamais finie›› Ce sont les propos de l’ancien président de l’Assemblée nationale Adrien Houngbedji, dans son discours, samedi 9 septembre, à l’occasion de la célébration du  30e anniversaire du Parti du renouveau démocratique (Prd) dont il est le président-fondateur.

Par R. F.

Le Parti du renouveau démocratique (Prd) reste collé à la démocratie, socle de son engagement. Malgré les difficultés qu’il traverse, son président garde l’espoir et croît toujours que la barque Prd ne chavira point. ‹‹J’entends souvent dire ici et là, que la démocratie au Bénin, c’est fini ; que la Conférence nationale est à remise dans les placards de l’histoire››, a rapporté Adrien Houngbédji. Mais à ceux-là, l’ancien président de l’Assemblée nationale,  a rassuré ‹‹avec la même conviction, que la démocratie n’est pas finie››. ‹‹Elle n’est jamais finie›› a-t-il martelé.

Pour lui, la démocratie béninoise renaîtra toujours de ses cendres. ‹‹Vous la croyez morte, enterrée ; elle renait toujours de ses cendres ; elle est un point à l’horizon. Essayez de la bâillonner ; ce sera toujours pour un temps ; elle finit par balbutier et de balbutiement en balbutiement, elle finit par pousser de vrais cris›› a-t-il prophétisé.

Pour Adrien Houngbédji, la démocratie béninoise est un édifice en perpétuelle construction. C’est pourquoi, ‹‹La cause de la démocratie est une belle cause. Il faut y croire toujours et sans relâche›› a-t-il fait savoir, avant d’inviter chacun à y ‹‹travailler encore et encore››. ‹‹Chacun à la place qui est la sienne ; chacun avec les atouts qui sont les siens›› a insisté le président du Prd.

Intégralité des recommandations issues de l’Université de vacances du PRD

Considérant les résolutions de la Convention du PRD réunie le 21 février 2014 à Ifangni qui fixent la nouvelle ligne politique et stratégique du parti ; à savoir l’abandon de la ligne d’opposition aux régimes à venir, au profit d’une ligne de soutien aux gouvernements légitimement élus, parce que ce soutien est de nature à accélérer l’accès des populations aux programmes de développement les plus élémentaires (routes, électricité, eau, écoles, centres de santé… etc.) ; qu’en exécution de cette nouvelle ligne, le PRD a apporté tout son soutien au Président Patrice TALON, à l’Assemblée Nationale 7ème législature, par sensibilisation des populations, par l’adoption en toutes circonstances d’un comportement favorable à la paix, par ses prises de position visant à l’instauration d’un dialogue démocratique entre acteurs politiques.
Qu’en retour, le PRD a constaté que certaines actions de développement du gouvernement Talon ont été étendues à des populations jusque-là marginalisées ; que le visage de certaines villes, dont Porto-Novo la capitale, s’en est trouvé amélioré.
Considérant toutefois que la raison d’être d’un parti n’est pas d’applaudir en spectateur les quelques réalisations consenties par un régime ; que la raison d’être d’un parti politique est la conquête et l’exercice du pouvoir d’Etat, la défense de ses valeurs et de son projet de société, la promotion de ses cadres et de ses militants, une participation active à l’animation de la vie politique, et une contribution de tous les instants au développement et au mieux-être des populations.
Considérant que les élections présidentielles constituent le summum du débat politique ; que leurs résultats sont le déterminant essentiel du développement et du mieux-être ; que dès lors les principaux courants d’opinion et de pensée, doivent nécessairement y prendre part et jouer un rôle essentiel ; que le PRD est précisément un des principaux courant d’opinion et de pensée au Bénin.
Considérant en effet, que le PRD compte aujourd’hui 30 années d’existence et d’animation continue de la vie politique ; qu’il est à ce jour le seul parti politique issu de la Conférence Nationale et est donc à ce titre, le plus ancien parti du Bénin.
Considérant que pendant ces 30 années, le PRD a été le seul à réunir à bonne date ses instances dirigeantes, à respecter ses échéances statutaires (congrès, conseil national, université de vacances, bureau politique, etc.); le seul à renouveler régulièrement ses structures ; le seul à avoir participé à toutes les élections (présidentielle, législative, communale), exception faite des élections législatives de 2019.
Considérant que le score du PRD aux différentes élections a varié entre 10 et 32% ; qu’il a été crédité de 6% des suffrages nationaux aux dernières élections communales, face à l’armada des deux partis officiels que sont l’UP et le BR, score qui en fait malgré tout le 4ème parti en nombre d’électeurs ;
Que face à cette armada, le PRD a obtenu la majorité des suffrages dans les villes de Porto-Novo capitale du Bénin, Sèmè-Podji et Adjarra qui sont ses fiefs traditionnels et le sont demeurées.
Que n’eût été une loi électorale scélérate, inique et ciblée votée par la 8ème législature de l’Assemblée Nationale, la ville capitale Porto-Novo, et les villes de Sème-Podji et d’Adjarra seraient aujourd’hui encore dirigées par des maires et conseillers PRD.
Considérant que la volonté de fragiliser, de marginaliser et éliminer le PRD est une constante de tous les régimes qui se sont succédés, lorsqu’ils ne parviennent pas à l’asservir où à l’annexer ; que le régime de la Rupture ne fait pas exception à ce comportement; que cet acharnement de tous les régimes est d’autant plus injustifié que le PRD est le seul à pouvoir se targuer d’avoir toujours professé et pratiqué la paix et la non-violence , le respect de l’état de droit et des droits de l’Homme, le respect des libertés et de la démocratie qui sont le socle de son engagement ; que cet engagement n’a jamais été pris en défaut, et a contribué plus d’une fois, à faire du Bénin, le modèle de démocratie apaisée enviée et citée partout en Afrique et dans le monde ;
Considérant que le PRD a une âme et une histoire profondément ancrée dans l’histoire du Bénin, avec des militants nombreux, convaincus et déterminés ; que vouloir le faire disparaître est une entreprise nuisible à la paix et à la stabilité ; qu’un tel parti ne saurait être exclu du grand débat national que constituent les élections présidentielles ; qu’il doit au contraire y tenir sa place et toute sa place pour donner un vrai sens à ces élections ; que telle est la volonté exprimée par l’ensemble des participants à l’Université de Vacances.
Considérant que les décisions qui découlent de cette volonté relèvent de la compétence du Conseil National et/ ou du Congrès Extraordinaire selon le cas sur proposition de la DEN ; ces instances tiendront leurs assises courant novembre décembre 2020.
Considérant que la période qui s’ouvre est donc celle du dialogue et de la concertation avec les forces politiques de la Nation, pour parvenir à des élections inclusives, transparentes, justes et apaisées.
En conséquence, l’Université de Vacances exhorte le Conseil National et/ou le Congrès à examiner avec lucidité la volonté exprimée par les participants.
Invite les militants à la vigilance et à la sérénité.

Fait à Porto-Novo le 20 septembre 2020

Laisser un commentaire

Top