Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Démolition du marché Ganhi à Cotonou : Les commerçants inquiets‚ le délégué central rassure

Démolition du marché Ganhi à Cotonou : Les commerçants inquiets‚ le délégué central rassure

Le marché de Ganhi dans le 5e arrondissement de Cotonou est concerné par le projet de modernisation des marchés. A cet effet, il est annoncé la démolition de l’actuel site. L’information relayée ces derniers jours dans les médias suscitent des inquiétudes chez les commerçants même si d’autres saluent la décision qui selon eux, leur permettra de mener leurs activités commerciales dans un cadre adéquat.

Par Raymond FALADE

En décembre 2019, le gouvernement a lancé les travaux de construction des marchés urbains dans la ville de Cotonou. La reconstruction du marché de Ganhi avait été également décidée. Selon le projet, tout le marché et les boutiques qui l’entourent seront démolis. A cet effet, les usagers seront informés au cours de ce mois et auront au maximum un délai de trois mois pour libérer les lieux. Cette information est tombée comme un coup de massue sur la tête pour certaines commerçantes surtout celles qui n’ont pas encore un emplacement stable. « L’information circulait de bouche à oreille depuis peu, mais nous n’y croyions pas. C’est à la radio que nous avons eu la confirmation aujourd’hui. On se demande où est-ce qu’on va nous reloger en attendant la construction du nouveau marché » se plaint Rose, commerçante au marché Ganhi. Elle craint qu’après la reconstruction, elle perd non seulement ses clients mais surtout qu’elle n’arrive plus à avoir une boutique. « Moi qui suis ici par exemple, je n’ai pas de boutique. Je reste auprès des gens qui ont de boutique pour vendre mes articles. Si on nous casse et on nous délocalise, je me demande où est-ce que je vais encore les retrouver ?» s’inquiète Marlene.


Le projet de reconstruction du marché Ganhi ne date pas d’aujourd’hui‚ relève le délégué central du marché El Hadj Rafiou Adigoun. A l’en croire, toutes les femmes sont déjà au courant de la démolition et de la reconstruction de ce marché. Il reconnait que les plaignantes sont des vendeuses et vendeurs ambulants ou installés aux alentours du marché. « Mais tous ceux qui sont dedans et qui ont leur place avec leur numéro et payent à la Sogema sont tous informés »‚ a-t-il indiqué. Il a rappelé que le directeur général de la Société de gestion des marchés autonomes (Sogema) les avait déjà invités il y a environ cinq à six mois, pour une séance de travail. C’est à cette occasion précise-t-il, qu’ils ont été informés. A cet effet‚ poursuit-il, « il nous a demandés de recenser tous les commerçants ayant un emplacement dans le marché. On a fait le travail nous-mêmes. Le Dg de la Sogema aussi a envoyé ses agents qui sont venus encore recenser. Tous dans le marché, nous savons que le marché sera reconstruit » a expliqué Rafiou Adigoun. Par ailleurs informe-t-il, tous ceux qui n’ont pas de place également dans le marché ont été recensés après, par le ministère du Cadre de vie et du développement durable. « Quand on va finir la construction, ceux qui ont de numéro seront classés premièrement et ensuite les ‘’sans numéro’’ après » a-t-il confié.
En attendant la reconstruction du marché Ganhi, les usagers seront relogés sur un site à environ 500 mètres du site actuel‚ a informé le délégué central du marché. Ce site selon ses explications, est déjà en cours d’aménagement. « On attend que le top des autorités compétentes pour rejoindre le site. Nous sommes déjà prêts depuis » a rassuré Rafiou Adigoun. Car, ajoute-t-il, le marché est un vieux marché. « On a construit cela depuis 1960. C’est le préfet-président Hubert Maga qui l’a construit. C’est le premier marché de Cotonou. Je demande à mon président de nous construire un bon marché pour que désormais, Ganhi ait un bon visage » a formulé Rafiou Adigoun.

Laisser un commentaire

Top