Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Restitution d’une dent de Patrice Lumumba : « Il s’agit d’un travail mémoriel qui ne doit pas surprendre »‚ selon le politologue Codjo Orisha

Restitution d’une dent de Patrice Lumumba : « Il s’agit d’un travail mémoriel qui ne doit pas surprendre »‚ selon le politologue Codjo Orisha

La Belgique, ex colonisatrice de la République démocratique du Congo (Rdc) a restitué, lundi 20 juin une dent attribuée à Patrice Lumumba, le premier ministre après les indépendances assassiné dans le Katanga et dont le corps a été démembré puis dissous dans de l’acide le 17 janvier 1961 avec deux frères d’armes. La dent ayant valeur de ‘’relique’’ a été saisie chez un policier belge qui s’était vanté dans les médias d’avoir participé au meurtre. Sa restitution est censée permettre aux proches d’achever leur deuil et au gouvernement d’ériger un Mémorial en l’honneur du disparu.

Codjo Orisha, analyste des questions de Relations internationales et de Défense et stratégie estime que cette restitution intervient à une époque de « mouvements décolonial et Black live matter » où les puissances avec un passé funeste cherchent à gagner la sympathie dans les ex-colonies face à d’autres puissances concurrentes (Chine, Russie, Brésil, Turquie). Ce qu’il souhaite surtout, c’est « l’ouverture des documents mis sous scellés par la justice belge et qui sont présents dans les archives de leur parlement » afin de mieux faire la lumière sur ce crime. Comme leçon, « l’Afrique ne doit plus subir ces types de drames qu’à deux conditions : unité et travail », exhorte Codjo Orisha.

 

Propos recueillis par Sêmèvo Bonaventure AGBON

 

Bénin Intelligent : La restitution d’une dent de Lumumba cette année‚ 61 ans après sa disparition peut-elle apaiser les mémoires blessées ?

 

Codjo Orisha, analyste : Merci pour l’opportunité que vous m’offrez d’opiner sur la question. Restituer une dent permet de faire sans doute un deuil.

Est-ce que cela permet d’apaiser les mémoires blessées, il n’y a pas que ces dernières qui soient blessées. Il ne faut pas oublier que Lumumba fut assassiné pour ses idées nationalistes.

C’est-à-dire que sa mort a encore un grand impact sur l’unité du Congo Rd déchiré par de violents conflits dans ses régions orientales. Comme on le dit souvent on peut pardonner, mais on ne peut pas oublier.

Dent de Lumumba
Cérémonie de restitution d’une dent de Lumumba

Cela apporte-t-elle un nouveau souffle dans les relations belgo-congolaises ?

 

Oui sans doute… Les deux pays ont connu de nombreuses tensions diplomatiques par le passé. Kabila dénonçait par exemple les multiples ingérences de la Belgique dans les affaires internes du Congo et le ton paternaliste souvent utilisé par le premier. C’est d’autant plus vrai quand Karel De Gucht, alors ministre des Affaires étrangères déclare en 2008 que « la Belgique avait un pouvoir moral sur la Rdc ».

 

LIRE AUSSI: Hommage à René Ahouansou : Le Bénin n’est pas une république bananière ou une “républiquette” de pacotille

 

Mais le point culminant des frictions reste la période allant de 2016 à 2018. En effet, les multiples reports des élections ayant vu l’élection de Félix Tshisekedi n’ont pas manqué de susciter les récriminations de Bruxelles. Pour réponse Kinshasa avait mis fin à la coopération militaire entre les deux pays qui datait de 2004.

L’actuel président Félix Tshisekedi, lui, est beaucoup plus belgophile. Il a passé une grande partie de sa vie dans ce pays et décrit la Belgique comme son ‘’second Congo’’. On pourrait sans doute dire que son arrivée à la tête du pouvoir congolais à revivifier les liens entre les deux pays.

Ainsi, après la visite de son père en 2010, le roi Philipe et la Reine Mathilde veulent consolider les liens entre le Rdc et la Belgique. Le retour de la dent du héros national Patrice Lumumba reste le point fort de cette visite. Il marque par ailleurs un travail mémoriel qui a commencé depuis 2000 et qui s’est accentué ces dernières années avec l’effervescence autour du mouvement décolonial et ‘’Black live matter’’.

 

«Plusieurs ministres belges du gouvernement de l’époque portent‚ en conséquence‚ une responsabilité morale quant aux circonstances ayant conduit à ce meurtre. C’est une vérité douloureuse et désagréable»‚ a déclaré le premier ministre belge Alexander De Croo. Peut-on déduire que la Belgique assume sa responsabilité dans ce qui est arrivé à Patrice Lumumba ?

 

Oui sans doute, mais il faut dire que l’époque s’y prête bien. Tout à l’heure je parlais de mouvement décolonial et Black live matter. Rappelez-vous que de nombreuses statues en lien avec la traite négrière et la colonisation ont été déboulonnées en Europe et en Amérique ces trois dernières années. Donc il s’agit d’un travail mémoriel qui ne doit pas surprendre quand on sait que récemment, c’est le Bénin qui s’est réapproprié une partie de son histoire en allant chercher 26 trésors royaux longtemps gardés en France.

Dent de Lumumba
La dent de Lumumba saisie chez un ancien policier belge

La famille peut-elle donc exiger des réparations de l’État belge ?

 

C’est bien possible…. Mais c’est un long processus qui a d’abord commencé par la reconnaissance par la Belgique de son implication dans l’assassinat de l’ancien premier ministre, puis les regrets formulés pour les « actes de violence et de cruauté » pendant la période coloniale par aussi bien le roi que par son premier ministre Alexander Croo.

Pour de nombreux observateurs, on note toutefois l’absence d’excuse du souverain belge. C’est bien, mais je pense que ce qu’il faut beaucoup plus souhaiter c’est l’ouverture des documents mis sous scellés par la justice belge et qui sont présents dans les archives de leur parlement.
Cela permettra à la famille Lumumba de mieux situer les responsabilités en ce qui concerne la mort de leur père. Ce sera sans doute la plus grande réparation pour les Lumumba, le Congo et l’Afrique.

 

LIRE AUSSI: Intellectualisme au Dahomey : La fausse citation attribuée à Emmanuel Mounier

 

Lors de la cérémonie‚ Juliana Lumumba, la fille du disparu a posé un certain nombre de questions : «Quand es-tu mort ? Où es-tu mort ? Comment es-tu mort ? Qui t’ont assassiné et pourquoi ?» Restituer une dent sans répondre à ces préoccupations‚ sans faire la lumière sur la disparition et rendre justice…est-ce suffisant ?

Comme je le disais tantôt, il faut souhaiter que le parlement belge veuille bien rendre public les documents secrets gardés au sein de ses archives confidentielles. Mais cela méritera sans doute un autre combat encore plus acharné. François Lumumba l’un des fils de Patrice Lumumba. l’a commencé depuis 2011 en se constituant partie civile au pénal dans une plainte pour assassinant contre son père.

Si l’enquête semble se conclure sur la responsabilité morale de la Belgique, l’opposition du parlement belge à la saisie de certains documents confidentiels par le juge d’instruction en charge du dossier laisse quelque peu un gout amer…

 

Y a-t-il une leçon que l’Afrique‚ les jeunes…doivent-ils retenir de cet événement ?

 

Oui absolument….Hahah tous nos héros sont morts assassinés. Bon plus sérieusement, les jeunes doivent comprendre que l’Afrique ne doit plus subir ces types de drames qu’à deux conditions : unité et travail.

 

La plupart des jeunes qui ont affiché un certain anti-impérialisme‚ en vue du décollage de l’Afrique ont été tués‚ destitués ou maltraités. Après 62 ans d’indépendances‚ est-ce toujours risqué de vouloir être afrocentrique ou panafricaniste à la tête ou dans nos États africains ?

 

Oui je le pense bien. En fait nous sommes dans un monde où chaque puissance avance ses intérêts. Le plus souvent nous subissons cette guerre d’influence entre puissances. Inutile de rappeler que Lumumba est mort pour nationalisme et rapprochement avec le bloc de l’Est.
Ainsi de la Côte d’Ivoire de 2010-2011 au Mali actuel, il faut dire qu’aujourd’hui, les choses n’ont véritablement pas changé. Il existe toutefois une différence entre maintenant et avant. C’est que les peuples sont un peu plus éduqués et peuvent former un bouclier autour de leur dirigeant.
Mais ce ne sera pas facile. Il faudra que les pays d’Afrique puissent savoir jouer des rivalités entre puissances pour se développer. Sinon on sera écrasé et rassurez-vous, ce ne sera pas la faute des autres, car quand on a la puissance on l’exerce.

 

L’analyste Banda Kani a déclaré sur la chaîne Panafricanistes Tv à propos de la restitution de la dent de Lumumba, ceci :

«C’est un crime contre l’humanité. On déguise ça en convivialité politique et le bourreau vient remettre son butin, le reste du butin du crime. Ils ont démoli Lumumba dans l’acide, ils ont gardé sa dent pour se moquer de nous et de sa famille. Et aujourd’hui, on vient remettre ça et on va rire. Son fils va recevoir ça et on dit : «la Rdc c’est la solidarité, vraiment il faut oublier le passé». C’est une honte !

Au nom de Lumumba et du combat qu’il a mené-ce n’est pas une affaire de famille ; Lumumba n’est pas mort pour sa famille. Il est mort au-delà de la Rdc. C’est un patrimoine universel‚ Patrice Lumumba. Au nom de ce combat nous dénonçons ça. On va juger ses criminels. Quand un État africain est coupable de ce qu’ils appellent, eux, crime, en fonction de leur justice, on le déporte à la Cpi, on le condamne à la perpétuité. On a fait payer aux juifs des rançons, des réparations extraordinaires jusqu’au dernier juif. Mais quand c’est les africains, parce qu’on sait que nous sommes émotifs, et que nous rions tout le temps, on fabrique des choses comme ça. Il est inacceptable que la dent de Lumumba soit remise dans ces conditions. Je réclame la justice pour Lumumba. Nous réclamons la justice ! Ça ce n’est pas de la Justice… »

Que pensez-vous de sa réaction et du mépris envers les africains qu’il relève ?

 

Je ne dirai pas qu’il a tort et je comprends très bien son amertume. Mais je dis souvent, l’Afrique doit apprendre à se faire respecter, cela passe par le travail et la rigueur dans la gestion. Il nous faut devenir aussi une puissance. Pour ce faire, il faut déjà miser sur une éducation de qualité, base réelle du développement.

Les nombreux gestes de mea culpa de l’occident après le passé funeste que nous avons eu avec l’Europe et l’Amérique et qui continue aujourd’hui ne sont pas anodins. La nouvelle donne géopolitique avec des concurrents aussi redoutables que les chinois, les russes, les turques ou encore les brésiliens incitent à resserrer les liens avec les anciennes colonies.

Mais le passé est douloureux vous savez. Si Tshisekedi veut « œuvrer à la consolidation des relations séculaires qui unissent pour l’éternité » le Congo et la Belgique, ce n’est pas l’avis de tout le monde.

À ce titre, que la haine de l’occident ne nous pousse dans les bras d’autres puissances. Le seul choix doit être l’Afrique. Mais ça c’est un autre combat.

Merci.

 

LIRE AUSSI: Agression des statues d’esclavagistes : « Nous sommes en face de la remise en cause de l’ordre ancien» (Socioanthropologue Raymond Assogba)

Laisser un commentaire

Top