Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Développement du Bénin : Le duo Kohoué-Agossa porte l’attelage « Education-formation-emploi »

Développement du Bénin : Le duo Kohoué-Agossa porte l’attelage « Education-formation-emploi »

Corentin Kohoué et son colistier Irénée Agossa ont été officiellement investis samedi 20 mars, candidats de la dynamique “Restaurer la confiance” (Rlc) pour la présidentielle du 11 avril prochain. Cette cérémonie qui s’est déroulée au stade municipal d’Allada dans le département de l’Atlantique a permis à ce duo de l’opposition de présenter sa vision et le combat qu’il entend mener pour « venir à bout d’un système Talon dit de la Rupture ».

Par Raymond FALADE

Selon les candidats de la dynamique Restaurer la confiance (Rlc), le régime de la Rupture et son chef Patrice Talon ont rompu en cinq ans, la confiance entre les acteurs politiques et le peuple béninois. Dans leur discours officiel lu par le candidat au poste de président de la république Corentin Kohoué, ils ont fait savoir que cette confiance qui régnait au sein de la population garantissait aux Béninois le consensus qui est un gage de paix sociale et de développement. « Je suis au regret de vous annoncer et de constater avec vous que nous avons perdus le lien, le ciment de notre démocratie qu’est le consensus national. » a déploré le candidat Kohoué. A l’en croire, ce consensus national, « a cédé placé à l’arbitraire, l’intimidation, l’exclusion, la ruse, la rage ! Avec pour corollaire des exilés forcés, des peines d’emprisonnement au terme de fallacieux procès et même tout récemment des kidnappings en pleine circulation ». La seule porte de sortie pour la dynamique, reste désormais la réconciliation entre acteurs politiques et le peuple béninois.

S’adressant à la jeunesse béninoise, la dynamique Restaurer la confiance a déploré le chômage ambiant dans lequel cette couche importante du pays végète depuis quelques années. Selon Corentin Kohoué, cela s’est empiré à partir de 2016 avec le vote de la loi sur l’embauche qui pour eux, « est venu précariser, raréfier l’emploi et favoriser les licenciements à tour de bras ». Pour eux, la solution à tous ces problèmes de la jeunesse reste l’éducation. D’où la proposition de l’attelage « Education-formation-emploi » pour aller au développement tant souhaité et « de passer d’un statut de nation consommatrice de richesse d’autrui à un statut de nation productrice et consommatrice de ses propres richesse.

Il a aussi dans son discours invités leurs « frères et sœurs » du parti Les Démocrates, les anciens présidents de la république, les autres forces politiques et personnalités de l’opposition à se joindre à eux pour dire « non à la confiscation des libertés démocratiques chèrement acquises ».

Laisser un commentaire

Top