Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Difficile consensus autour des législatives 2019 : « Le Bénin n’est pas en crise » selon Barthélemy Kassa

Difficile consensus autour des législatives 2019 : « Le Bénin n’est pas en crise » selon Barthélemy Kassa

Face à la presse vendredi dernier, les membres du Bloc républicain ont éclairé l’opinion nationale et internationale sur le processus électoral et particulièrement sur les tractations et manœuvres en cours au parlement en vue des législatives inclusives au Bénin. La conférence de presse s’est déroulée vendredi 22 mars à Azalaï hôtel de Cotonou.

Par Laurent KOKOU

Qu’en est-il de l’absence de l’opposition aux élections législatives prochaines ? Les accusations de favoritisme dont les opposants accablent le Bloc républicain sont-elles fondées ? Quel sens revêt la main tendue du chef de l’état et que retenir des concertations en cours au parlement ? Autant d’interrogations auxquelles ont répondu les honorables Adam Bagoudou, Barthélemy Kassa, Arifari Bako, Rosine Dagniho et autres personnalités influentes du Bloc républicain. Tout en déplorant le fait que certains partis politiques soient recalés et en manifestant le souhait du Br que la compétition soit ouverte à tous, l’honorable Barthélemy Kassa a martelé que le Bénin est néanmoins loin d’une quelconque crise ou impasse dans la mesure où le pays n’est pas bloqué et que toutes les institutions fonctionnent normalement à ce jour. « Le Bénin n’est pas en crise. On parlera de crise lorsque les institutions de recours sont bloquées et ne fonctionnent plus. Les institutions fonctionnent très bien et où est donc la crise ?» S’est interrogé le député. Selon les orateurs, rien d’étonnant encore moins de suspect que, face à une application rigoureuse et sans faille de la charte des partis politiques et du code électoral, certaines formations politiques se soient vues recalées. À en croire Adam Bagoudou, la bonne foi recommande aux recalés de reconnaître qu’ils ont fait les frais de leur incapacité à se mettre à règle vis à vis de la loi.

Le Bloc républicain : un mérite et non du favoritisme

Le Bloc républicain n’entend nullement cautionner les contrevérités qui font état de ce que le parti aurait bénéficié d’une quelconque faveur. Au regard de la rigueur qui a caractérisé l’étude des dossiers et du niveau de préparation du parti, c’est pratiquement une injure à l’endroit des républicains que de penser qu’ils ont été favorisés. Face à la solidité de leurs dossiers, les arguties et autres accusations non pertinentes ne peuvent que s’effriter ont martelé les conférenciers. C’est pourquoi, ils ont salué le principe de séparation des pouvoirs qui prévaut au Bénin.

Le chef de l’État en bon père de la nation

Pour le Bloc républicain, la main tendue du chef de l’état pour des législatives qui prennent en compte tous les partis désireux, est la preuve tangible que le processus n’a jamais été exclusive. Cette ouverture du chef de l’état « devrait à elle seule suffire à prouver à l’opinion la fausseté de l’idée selon laquelle le Président de la République serait dans une logique d’exclusion de l’opposition au profit des seuls partis de la mouvance. » a soutenu l’honorable Adam Bagoudou.

Houngbédji félicité, les brebis galeuses dénoncées

Le président de l’Assemblée nationale a reçu les félicitations du Bloc républicain pour le travail abattu dans le cadre de la mission à lui confiée par le chef de l’état. « Nous l’encourageons à continuer inlassablement afin de trouver une solution qui ramène la sérénité dans toutes les chapelles politiques », a déclaré Adam Bagoudou. Il a cependant dénoncé avec fermeté la substitution de la proposition des amendements retenus, par un autre texte sorti de nulle part. Pour le conférencier, cela équivaut à une rupture unilatérale du consensus toutes choses dont la finalité est de saboter le processus. Après avoir proclamé son engagement à accompagner le processus pour des législatives inclusives, le Bloc Républicain a appelé ses militants au calme et à la sérénité. « Nous gardons espoir au Bloc Républicain que du fonctionnement normal de nos institutions jaillira la solution pour aboutir à des élections les plus inclusives possibles. » a déclaré l’honorable Bagoudou.

Laisser un commentaire

Top