Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Dr Patrick Hinnou, politiste et expert en gouvernance : « Je ne pense pas que ce décès de Rosine Soglo soit l’occasion de dégel politique »

Dr Patrick Hinnou, politiste et expert en gouvernance : « Je ne pense pas que ce décès de Rosine Soglo soit l’occasion de dégel politique »

La Première dame de l’ère du renouveau démocratique, Rosine Vieyra Soglo a cassé sa pipe dimanche 25 juillet à l’âge de 87 ans. Depuis, les supputations et hommages vont bon train. Son fils Léhady actuellement en fuite pourra-t-il assister aux obsèques de sa mère ? Le Dr Patrick Hinnou, sociologue-politiste et expert en gouvernance démocratique s’est prononcé sur la question et l’éventualité de l’instauration d’un Prix en mémoire de la défunte. En résumé, l’enseignant-chercheur à l’Uac ne pense pas que ce deuil soit une occasion de dégel de la tension politique.

Propos recueillis par Sêmèvo Bonaventure AGBON

 

Bénin Intelligent : Le décès de Rosine Vieyra Soglo, est-ce une grosse perte pour le Bénin ?

Dr Patrick Hinnou : Naturellement ! C’est une perte qu’on ait enregistrer le décès de Rosine Vieyra Soglo qui a été un acteur de premier plan dans l’animation démocratique au Bénin. Vous n’êtes pas sans savoir qu’elle est la toute première femme à avoir créé et animé constamment le parti politique la Renaissance du Bénin (Rb). Elle a été un personnage politique qui a fait montre d’un leadership politique féminin qui s’est imposé, qui crève les yeux d’évidence, et donc la perte de Rosine Soglo est également une perte pour le Bénin. D’abord, en tant qu’être humain tout simplement et ensuite, en tant que femme politique ayant joué un rôle politique dans l’animation de la démocratie. Elle a créé et tenu le parti Rb sur plusieurs périodes, elle a été constamment élue député et elle n’a pas fait piètre figure à l’Assemblée nationale. Elle s’est toujours prononcée sur les questions même les plus épineuses. Rosine Soglo a marqué son époque. Rosine Soglo a imprimé ses empreintes en tout cas sur l’échiquier politique. Dans l’arène politique elle a joué un rôle que les Béninois n’oublieront jamais. De part son expérience, elle a envoyé une image, non seulement aux femmes du Bénin mais également à celles de l’Afrique et du reste du monde. Elle a marqué son territoire politique, elle a montré de quoi elle pouvait être capable, elle a renvoyé une image également aux béninoises et béninois en général. Pour la génération montante, elle constitue un exemple, un exemple en termes de leadership politique, d’élue de la nation ; un exemple en termes d’occupation de l’arène politique et un exemple en tant que femme. N’oubliez pas, c’était une femme intellectuelle qui a mis son savoir au service de la politique pour le bien des populations béninoises.
On peut lui reprocher beaucoup de choses. D’ailleurs, elle fut un être humain et donc, il y a des faiblesses, des insuffisances, mais dans l’absolu elle a joué un rôle très important dans l’animation de la classe politique.

Rosine Soglo c’est la dame de fer à la limite arrogante, qui a souvent dit des choses que personne n’a osé dire. Contrairement à elle, certains, même des élus ont été persécutés et éteints politiquement. Qu’est-ce qui fait l’immunité de Rosine Soglo ?

En tant que femme députée, élus de la nation elle avait l’immunité parlementaire. Deuxièmement, on ne va pas inquiéter Rosine Soglo comme on veut. C’est une femme de caractère qui sait là où elle voulait aller, qui a la verve pour décrire ce qu’elle a à décrire, critiquer ce qu’elle avait à critiquer. C’était la femme qui inspirait beaucoup dans l’arène politique. Donc, elle ne pouvait être aussi facilement inquiétée. Pour inquiéter quelqu’un il faut voir ses capacités en termes de réactivité, et Rosine Soglo était cette dame qui résistait à toute pression, qui ne se laissait pas avoir, qui avait une force de caractère. C’était une femme politique incarnée par un leadership politique qui forçait l’admiration quand bien même il y avait des choses à redire.

La Rb qu’elle a créée n’existe plus, son fils Léhady est en exil. Peut-on alors conclure que Rosine Soglo a connu une triste fin ?

Elle aurait souhaité que ses enfants soient sur le territoire national. Elle aurait souhaité voir la Rb incarnée peut-être par d’autres forces. Elle aurait souhaité que la Rb résiste à l’usure du temps. Triste fin ? C’est peut-être qualifier la situation de cette façon. Mais, lorsque vous naissez vous ne savez pas comment vous allez mourir. Personne ne sait ! En tout cas elle a fait son temps, elle a donné tout ce qu’elle pouvait donner au parti politique. Mais les temps ont évolué aussi. Donc ce qu’elle tenait pour rigide dans le passé, pouvait ne pas résister. Aujourd’hui, il y a des réformes dans lesquelles elle ne s’est pas retrouvée. D’ailleurs, elle les a critiquées tout le temps. Une fin triste ? je ne sais pas. Mais c’est une fin, du point de vue politique, qu’elle n’aurait pas souhaité avoir. Pour ce qui est de la santé, c’est tout à fait normal. Elle avait 87 ans quand même ! Elle a battu le record de longévité si on s’en tient à la moyenne en ce qui concerne l’espérance de vie au Bénin. Donc, elle n’a plus la force qu’elle avait il y a trente ans, quarante ans. C’est tout à fait normal que lorsque vous prenez de l’âge, vous devenez fragile. C’est tout à fait normal que n’ayant plus la plénitude de ses forces, elle sent comme un goût d’inachevé l’ambition qui était la sienne il y a peut-être trente ans, quarante ans. Donc c’est une fin qu’elle n’aurait pas souhaité avoir dans les mêmes proportions.

Le décès de Rosine Soglo constitue-t-il une occasion pour toute la classe politique de se retrouver, surtout pour le gouvernement en place de favoriser le retour des exilés parmi lesquels figure Léhady Soglo ?

Je ne suis pas de cet avis. Rosine Soglo en elle-même n’était pas l’épine dorsale de la lutte. Elle n’était pas seule. Il y a d’autres tenanciers. Qu’elle passe de vie à trépas maintenant ne veut pas dire que toutes les voies sont ouvertes pour qu’il y ait dégel, retour des exilés. Je ne pense pas, surtout que les raisons qui ont été à la base de la fuite de ceux là qui se sont retrouvés en exil, sont à loger dans un autre palier. Le chef de l’Etat actuel est resté ferme sur un certain nombre de considérations. Face à sa fermeté, certains ont estimé qu’ils ont été évincés, écartés, pourtant la ligne de conduite du chef de l’Etat est quand même lisible. Même à l’issue de la présidentielle de 2021, on a senti une certaine fermeté dans ses propos. Il est resté droit dans ses bottes. On peut soutenir que cette logique ne tient pas, mais pour lui c’est une logique qu’il défend. Le connaissant un peu sur ce ton de fermeté, je ne pense pas que ce décès de Rosine Soglo soit l’occasion de dégel politique. S’il y a des actions qui sont menées pour qu’il y ait dégel, elles ne pourront être attribuées au décès de Rosine Soglo, selon la lecture que je fais de la situation. On regrette le départ de Rosine Soglo qui a joué un grand rôle mais il y a longtemps elle souffrait, pourtant on n’a pas connu le dégel. S’il y avait des choses à faire on les aurait faites bien avant qu’elle ne décède. Donc je ne pense pas que ce soit maintenant l’occasion pour les deux camps en présence de se parler. Si cela arrivait, ce ne serait pas du fait du décès de Rosine Soglo.

La question en filigrane c’est de savoir si son fils Léhady pourra participer aux obsèques de sa maman ?

Moi, je ne pense pas. Pourquoi veut-on forcément que Léhady y participe ? C’est vrai, c’est sa maman et légitimement, il est en droit d’espérer participer ou de faire les obsèques de sa maman. Mais, nous sommes dans un contexte, une situation exceptionnelle. Je ne pense pas que le pouvoir en place va passer en perte et profit les raisons qui ont été à la base de la fuite de Léhady. Il y a des choses qu’on lui reproche, il peut avoir raison ou non ; je n’en sais rien, je ne suis pas juge, mais une fois que la situation n’est pas réglée il serait difficile au pouvoir en place de lui permettre de venir faire les obsèques de sa maman. Je ne pense pas que le chef de l’Etat actuel soit dans cette posture. S’il le fait tant mieux. Mais, j’ai la lisibilité de l’action du chef de l’Etat, je l’observe sur un certain nombre de choses, j’écoute son discours que j’analyse, et je ne pense pas que ce décès soit un prétexte pour lever tous les blocages judiciaires qui empêcheraient Léhady de revenir au Bénin. S’il revient aujourd’hui il court des risques. En tout cas, s’il veut continuer à rester à l’abri ce n’est pas le moment de venir. Il viendra certainement quand tout sera clarifié, quand toutes les mesures seront levées. A moins qu’il ait entrepris des démarches parallèles pour répondre des faits devant les juridictions. S’il fait cette option, il vient et on l’arrête certainement. Parce qu’on avait voulu l’arrêter avant. C’est tout à fait logique ce que je dis : le décès de Rosine Soglo ne servira pas de prétexte à son arrivée. Il y a des conditions à remplir pour qu’il revienne au pays en toute quiétude. Parce qu’il est attendu de pied ferme par les juridictions. Si on n’a pas réglé ces questions, je ne pense pas que le décès de sa maman soit l’occasion pour lui de rentrer sans être inquiété.
Ce n’est pas le premier cas. Laurent Gbagbo a perdu sa maman en Côte d’Ivoire. Vous savez bien les conditions dans lesquelles il avait été arrêté. Quand bien même il était libre, je crois, il ne pouvait pas rentrer simplement pour faire le deuil de sa maman. Il ne pouvait pas rentrer sans être inquiété. Maintenant il est rentré parce que les conditions sont réunies.

Un prix en honneur de Rosine Soglo, vous êtes pour ?

Pourquoi pas. Rosine Soglo a marqué son histoire, l’histoire du Bénin en général et l’histoire politique du Bénin en particulier. Ce serait même souhaitable qu’on en arrive à instituer un prix en son nom. Parce que cela va créer l’émulation au sein de la génération montante. Des femmes comme Rosine Soglo le Bénin en avait eu besoin, le Bénin en a encore besoin, et le Bénin en aura toujours besoin. Parce que l’animation de la vie politique doit être faite par des femmes averties et aussi des hommes avertis, question genre oblige. Nous sommes en démocratie et qui parle de démocratie dit avant tout, animation de la vie politique. Et donc, Rosine Soglo constitue une actrice que le Bénin ne saurait oublier.

Merci.
Merci.

Laisser un commentaire

Top