Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Échauffourées à Tchaourou et Savè : Comment tout a basculé

Échauffourées à Tchaourou et Savè : Comment tout a basculé

Rencontre de médiation entre sages, chasseurs et militaires à Tchaourou

On en sait désormais un peu plus sur le bilan des échauffourées qui ont lieu à Tchaourou et Savè au cours de la semaine écoulée. Deux points de presses en l’espace de 24 heures ; l’un du ministre Sacca Lafia et l’autre, de son conseiller technique Colonel Spéro Gouchola, tenus respectivement le vendredi 14 et le samedi 15 juin, ont permis au gouvernement de faire le bilan officiel desdits affrontements en vue de situer l’opinion.

Par Laurent KOKOU

Du lundi au jeudi de la semaine écoulée, les communes de Tchaourou puis celle de Savè ont été le théâtre d’une série de manifestations et d’actes de vandalisme perpétrés. Très tôt, ce qui ce qui était au départ une tentative d’obstruction à une procédure d’enquête par un groupuscules d’individus, s’est mué en soulèvement, mettant en action des badauds qui se sont livrés à toutes sortes d’actes répréhensibles aussi bien sur les populations, sur les infrastructures que sur les forces de sécurité et de défense.

De l’obstruction au vandalisme

Selon le ministre Sacca Lafia corroboré par son conseiller technique, c’est pour faire échec à la procédure d’enquête enclenchée en vue d’élucider les actes de vandalisme lors des législatives du 28 avril notamment à Tchaourou, que des individus mal intentionnés se sont organisés pour semer le trouble et perpétrer des actes répréhensibles. « Dans le cadre de leur mission républicaine, de maintien de l’ordre public et de garant de la libre circulation des personnes et des biens, les agents de forces de l’ordre et de sécurité ont été la cible de tirs nourris auxquels ils ont riposté dans les localités de Tchaourou et Savè », a déclaré le Colonel Spéro Lewis Gouchola. Selon le ministre de l’intérieur, les badauds dans leur élan destructeur ont incendié plusieurs maisons, brûlé le commissariat de la localité, bloqué la circulation dans les deux sens de la voie inter-Etats Cotonou-Malanville, dégonflé les pneus et valves de plusieurs centaines de gros porteurs et de bus entraînant leur immobilisation en biais et rançonné les conducteurs. Face à ce pourrissement, une équipe de renfort a été déployée mais les agents du détachement ont été également pris à partie par des chasseurs qui ont érigé des barricades et ont fait usage de fusils de chasse. C’est alors qu’est intervenue la légitime réplique des forces de soutien pour mettre fin à la pagaille.

Dernier bilan : une cinquantaine de blessés dont 10 graves

Au cours de son point de presse du vendredi 14 juin dernier, le ministre Sacca Lafia a fait état d’une trentaine de blessés dans le rang des policiers et militaires déployés. Mais le dernier bilan 24 heures plus tard, selon le conseiller technique du ministère Colonel Spéro Gouchola est évalué à une cinquantaine de blessés dans le rang des agents des forces de sécurité et de défense dont 10 cas graves. Selon le conseiller, ce bilan est « révélateur de l’ambition de ces chasseurs d’attenter à la vie des militaires et policiers Républicains déployés pour le rétablissement de la circulation » ; une situation intolérable dans un pays de droit. C’est pourquoi, il martèle : « Nous devons poursuivre les enquêtes afin de mettre ces gens sous le coup de la justice. Ce qui est clair, force doit rester à la loi. »

Des “chasseurs… recrutés à grand frais”

Selon le Colonel Spéro Gouchola, la population est organisée avec de jeunes badauds pour semer de désordre dans le pays. Il précise que selon les informations recueillies auprès des populations de la localité, les auteurs proviennent d’autres localités extérieures et qu’ils ont été payés pour créer cette situation. « Ces assaillants sont des chasseurs hébergés dans des villages frontaliers comme Kassouala, Gnamboua, Owodé, Okéwo et Igbodja et sont recrutés à grands frais dans un pays voisin du nôtre pour venir commettre des troubles et forfaits sur notre territoire » a précisé le conseiller technique.

Des arrestations puis le retour au calme !

Le colonel Gouchola a précisé que lors de l’intervention des forces de défense, plusieurs délinquants ont été pris en flagrant délit d’actes de vandalisme, de sabotage et de rançonnement des conducteurs de véhicules. Ces derniers répondront de leurs actes devant la justice a précisé le Colonel Gouchola. Il a tout de même souligné avec soulagement que le calme est revenu et que la situation est sous contrôle. « Nous avons le contrôle de la situation », a rassuré le conseiller technique du ministre de l’intérieur. Il n’a pas manqué de présenter « les félicitations républicaines aux paisibles et honnêtes populations de Tchaourou et de Savè, soulagées par l’intervention des forces de défense et de sécurité et qui collaborent avec celles-ci aux fins d’une maîtrise totale de la situation ».

La contrition des chasseurs

24 heures après le retour au calme, le chef des chasseurs des collines à la tête d’une délégation, est allé présenter des excuses aux Forces de défense et de sécurité ce dimanche à Tchaourou. Une manière élégante de reconnaître que ses sujets ont manqué de mesures dans les actes posés. De toute évidence, il devait être porteur du message de ses frères qui certainement regrettent déjà d’avoir cédé à la manipulation sur fond de billets de banque pour perpétrer des actes aussi graves.

Laisser un commentaire

Top