Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Élections législatives : Oswald Homeky, le nouveau golden boy de la politique au Bénin

Élections législatives : Oswald Homeky, le nouveau golden boy de la politique au Bénin

Alea jacta est. Le sort en est jeté. Sommes-nous bien tenté de dire. Après un processus électoral agité et controversé, les élections législatives ont été effectives dimanche 28 avril et moins d’une semaine après, la Cour Constitutionnelle a livré les résultats provisoires. A l’arrivée, l’Union progressiste s’en est sortie avec 645.214 voix (soit 56,22%) et obtient 47 sièges. Son adversaire, le Bloc républicain les 36 sièges restants avec ses 502.411 voix (43,78%). Mais derrière cette performance réalisée par l’Union progressiste, un golden boy dont la cote monte inéluctablement : Oswald Homeky. Son élection, désormais en tant que député à l’Assemblée nationale est la consécration d’un long parcours de militant mais le résultat d’un leadership avéré dans une géographie politique compartimentée.

À seulement 37 ans, Oswald Homeky est le symbole de la promotion et de la confiance de Patrice Talon dans les aptitudes et les compétences de la jeunesse. En 2016, il n’était encore qu’un discret ministre des Sports. Dix-huit mois plus tard, il s’est vu élargir ses prérogatives ministérielles en dirigeant en plus le Tourisme et la Culture. En 2018, il ne disposait que d’un budget ministériel de 18 milliards de Fcfa. Douze mois plus tard, il est passé du simple au triple soit 58 milliards de Fcfa. C’est la preuve de l’importance et de la place de ce jeune originaire du département du Couffo. Avec une fine mais redoutable efficacité, il a évacué le football national de sa plèbe l’ayant plongé dans une crise perpétuelle. Avec maestria, il permit la qualification des Écureuils à la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Avec un leadership éclairé, il a accumulé les performances sur les nombreux points de sa feuille de route. Il a en effet réussi là où plusieurs ministres ont échoué.

Dans sa mécanique de confiance et d’anticipation, il a multiplié les succès. En raison de cette efficacité et de sa politique de résultat, il s’est vu confier par le Chef de l’Etat à la veille des élections législatives, la coordination des équipes de jeunes de sa majorité. C’est à croire que les fées qui se sont penchées sur son berceau ont bien travaillé. Et c’est sans défaut. Les résultats sont au rendez-vous. Malgré son positionnement comme troisième titulaire sur la liste dans la 11ème circonscription électorale, il s’est donné à la tâche. Avec intelligence et modernité, loyauté et conviction mais aussi un engagement offensif. Autant de qualités qui, pour un peu, passent aujourd’hui pour du toc. Non seulement les trois sièges en compétition sont raflés par l’Union progressiste mais avec un score jusqu’ici jamais égalé non seulement en termes de suffrages exprimés pour la liste mais aussi en comparaison avec la liste concurrente sur toute l’étendue du territoire. Un résultat saisissant qui confirme l’ascension fulgurante de celui qui avait créé en avril 2015, le Front pour l’alternance en 2016 (FA 2016) pour porter la candidature de Patrice Talon.

A l’arrivée et selon les résultats provisoires de la Cour Constitutionnelle, l’Union progressiste totalise dans les communes d’Aplahoué, de Djakotomey et de Klouékamè un score total de 74.014 suffrages exprimés contre 24.010 pour le Bloc républicain. Un résultat nettement excellent qui révèle la qualité du travail abattu par Oswald Homeky et son équipe de campagne malgré un contexte électoral aussi clivant où l’abstention a été aussi grande. 74.014, c’est en même temps le plus fort score réalisé toutes les deux listes confondues et dans toutes les 24 circonscriptions électorales. Et ce résultat est l’illustration parfaite de sa pratique du pouvoir néanmoins entourée de secret. Mais pragmatique et réaliste. Consensuelle et ambitieuse. Oswald Homeky est un homme complexe, conscient de la curiosité mêlée de fascination qu’il suscite. Cela s’est ressenti dans les urnes. Et ce n’est pas pour rien que malgré qu’il soit ministre, il fut positionné troisième titulaire sur cette liste après Richard Kocouvi Allosohoun et Gérard Gbénonchi. Sa côte de popularité devait être exploitée stratégiquement et à bon escient.

74.014 voix. C’est plus que les 60.727 voix récoltées par le patriarche Bruno Amoussou en 2015 avec l’Union fait la Nation. 74.014 voix, c’est donc la performance d’un homme qui a pris l’habitude de dissimuler ses intentions jusqu’au moment de passer à l’action. A l’école du bonheur politique, Oswald Homeky devrait bientôt remporter le prix d’excellence. Ses succès se mélangent à celui de son pays. Et qu’il préfère le Parlement au ministère, il sera toujours utile pour les besoins de réformes du gouvernement de Patrice Talon. Tant, il a montré sa capacité à manœuvrer. Et efficacement !

Par Sènakpon DOSSOU

One thought on “Élections législatives : Oswald Homeky, le nouveau golden boy de la politique au Bénin

  1. Simplement très fascinant mon jeune et grand frère. Que Dieu l’élève davantage et toujours lui accorde cet esprit de sagesse et surtout d’humilité qu’il fait montre dans l’exercice des differentes taches qui lui sont confiées au côté de notre cher Président.

Laisser un commentaire

Top