Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Emploi des jeunes et formation : Kérékou sensibilise les étudiants sur les créneaux porteurs

Emploi des jeunes et formation : Kérékou sensibilise les étudiants sur les créneaux porteurs

La communication sociale initiée par le ministère des petites et moyennes entreprises et de la promotion de l’emploi (Mpmepe) a réuni, jeudi 28 mars à la salle Majestic de Cadjèhoun, plus d’un millier d’étudiants des établissements privés d’enseignement supérieur de la capitale économique, Cotonou. L’objectif est resté le même : fournir à cette jeunesse les informations utiles pour une bonne orientation dans ce contexte de chômage et de sous-emploi.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Parfois, l’enlisement des jeunes dans le chômage ou le sous-emploi résulte d’une mauvaise orientation. Connaître alors les réalités du marché du travail en vue de s’orienter en conséquence s’impose. C’est ce qui préoccupe le département ministériel de Modeste Thiounté Kérékou. Il s’agissait donc hier d’éclairer les étudiants de Cotonou massivement sortis sur « Les créneaux et les métiers porteurs ». Ce rôle d’information est confié à l’Observation de l’emploi et de la formation (Oef). Les échanges ont logiquement démarré par la présentation de cet office gouvernemental. Sa mission, son fonctionnement, les études qu’il a réalisées et ses défis ont été livrés aux étudiants par Marie-Noelle Paraïso, directrice de la diffusion, documentation et partenariat de l’Oef. L’Oef, a-t-elle indiqué, est une structure sous tutelle du Mpmepe qui existe depuis plus de 25 ans. Ces activités ont été relancées en 2016. Il lui incombe de produire des statistiques sur le marché de l’emploi. Il dispose à cet effet d’un personnel dynamique, a-t-elle rassuré.

Grande mobilisation des étudiants des Epes de Cotonou

Depuis son avènement en 2016, le gouvernement du président Talon a entrepris de courageuses réformes dont les effets positifs se ressentent dans tous les domaines notamment le secteur économique, a rappelé le ministre Kérékou. D’où il urge, a-t-il souligné, de pallier la méconnaissance des réalités du marché du travail et l’asymétrie de l’information chez les jeunes. En effet, s’est-il justifié dans son allocution, ce sont « des freins qui entravent l’efficacité des chercheurs d’emploi » et constituent même les principales causes du chômage du sous-emploi des jeunes. « La présente rencontre vise à partager avec vous quelques réalités concrètes du marché du travail dans notre pays. Elle vise à vous éclairer sur les principaux indicateurs qu’il serait pertinent d’avoir à l’esprit dans les choix d’orientation, les choix de carrière, les choix de métiers et même les choix de vie tout simplement », a récapitulé Modeste Kérékou.

Pour atteindre cet objectif, la communication de l’économiste-enseignant, Dr Cyriaque Edon a été déterminante. En développant le thème « Marché du travail au Bénin : les créneaux porteurs », il a révélé avec pédagogie à son auditoire, les réalités du marché du travail, l’état de l’offre de formation dans les universités au Bénin et les secteurs prioritaires du Programme d’actions du gouvernement (2016-2021). Il a surtout insisté sur les métiers d’avenir et les opportunités d’emploi à venir. Comment les étudiants formés en lettres modernes, philosophie, droit, les sciences sociales notamment peuvent-ils entreprendre ? Où trouver les financements ? Ce sont là quelques inquiétudes que les étudiants ont spontanément soumis au présentateur. Les échanges interactifs qui ont suivi témoigne de la prise de conscience des jeunes des nouvelles réalités. Le gouvernement, les a rassurés Cyriaque Edon, se bat pour créer un environnement favorable à l’éclosion des Pme.

Des exemplaires des études réalisées par l’Oef et l’intervention de remerciement de Théophane Ayi, promoteur de ‘’l’Uatm Gaza formation’’, porte-parole des responsables d’établissement privés d’enseignement supérieur ont mis fin à la rencontre. Signalons que l’étape de Cotonou, la cinquième, fait suite à ceux des universités d’Abomey-Calavi, de Parakou, et des centres universitaires de Dassa-Zounmè et de Lokossa.

Laisser un commentaire

Top