Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Esclavage noir du 16ème au 19ème siècle : Une mission américaine d’investigation en terre béninoise

Esclavage noir du 16ème au 19ème siècle : Une mission américaine d’investigation en terre béninoise

esclavage

Un colloque international scientifique sur l’esclavage noir du 16e au 19e siècle s’est ouvert mardi 29 novembre à l’Université d’Abomey-Calavi. L’objectif global est de permettre aux participants américains ou africains de réfléchir sur les moyens et mécanismes de lutte contre le racisme afin de rester dans la tradition des abolitionnistes.

Par Donatien Fernando SOWANOU (Stag.)

Incorporer dans la lutte contre le racisme de nouvelles techniques de combat‚ c’est l’objet de ce colloque qui réunit américains du cercle religieux et universitaires béninois.
Le professeur Julien Gbaguidi, président du comité d’organisation a salué tous les acteurs présents à ce symposium international‚ qui sont venus de partout. C’était l’occasion pour lui de reconnaître cette persistance de l’esclavage dans le monde actuel reconverti en racisme mais qui mérite d’être combattu sous toutes ses formes.

« Le contexte scientifique de cette rencontre est simplement le combat itinérant de la lutte contre le racisme. Ce symposium international nous permettra de réfléchir à nouveau sur les effets de l’esclavage qui perdurent toujours dans le monde »‚ souligne le professeur Julien Gbaguidi.
« Ce symposium portera sur les regards historico-socio-sémantique de spécialistes scientifiques pour une éthique vitale humaniste et humanitaire » a ajouté le professeur Julien Gbaguidi.

LIRE AUSSI: Rév. Dr Gnonhossou a/s Colloque sur l’esclavage noir : « Murir notre compréhension de ce qui s’était passé »

En prélude au colloque, une équipe multidisciplinaire américaine de douze membres s’est rendue au Bénin. Elle est conduite par Rév. Docteur Sègbégnon Mathieu Gnonhossou, pasteur et professeur de Missiologie wesleyenne. L’équipe a travaillé sur le journal de l’abolitionniste chrétien David Ingraham, document qui renseigne sur le dernier navire négrier, l’Ulysse et de la vie de ses occupants.

Le travail de l’équipe ponctué par le colloque, apportera un élément nouveau à l’esclavage des temps modernes. Pour lui ce n’est que le changement de paradigmes. « C’est d’abord de nous rendre sensible à ces stratégies qu’utilisent les esclavagistes pour amadouer et faire aimer la servitude par les victimes. » Il fait dans ce cas une proposition pertinente. « Si nous pouvons discerner et disséquer ce que veut dire nos servitudes aujourd’hui, ce serait une véritable source de motivation pour notre combat vers la liberté » souhaite t-il.

Le vœu du Révérend pasteur Sègbégnon Mathieu Gnonhossou à la fin de ce colloque est de voir les résultats publiés en un document. Lequel document doit être rendu disponible partout aux générations futures surtout‚ précise t-il‚ afin que soit éradiquée à jamais la politique de servitude dans le monde.
Le symposium prend fin le 7 décembre prochain.

L’équipe américaine s’est rendue entre autres, au Mausolée Hackoh de Dangbo. “Nous avions appris au sujet des résistances à l’esclavages et les divinités associées à cette lutte”, témoigne Rév. Gnonhossou.

Laisser un commentaire

Top