Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Ferdinand S. Missenhoun‚ porte-parole des Enseignants aspirants : «Les Ame souffrent énormément pendant les vacances, ils quémandent presque !»

Ferdinand S. Missenhoun‚ porte-parole des Enseignants aspirants : «Les Ame souffrent énormément pendant les vacances, ils quémandent presque !»

Ferdinand Sourou Missenhoun est l’un des porte-paroles de la Fédération nationale des collectifs des enseignants pré-insérés du Bénin (FéNaCEPIB). Il répond à nos questions quant aux revendications des enseignants aspirants et leur mouvement de grève à compter du lundi prochain.

Propos recueillis par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Bénin Intelligent : Depuis quelques jours‚ vous êtes au devant de l’actualité. Pourquoi avoir choisi de boycotter les classes à un moment sensible où vos apprenants sont en devoirs ? Est-ce du chantage ?

Ferdinand Missenhoun : Comprenez simplement qu’il s’agit de l’expression du ras-le-bol d’une catégorie d’enseignants qui souffre le martyr. C’est l’expression de la douleur des enseignants appelés AME qui sont maintenus dans la précarité par le programme de pré-insertion qui est à sa troisième phase de pratique ! Ces enseignants en ont donc par dessus la tête !

Vous avez annoncé une grève de 72h à compter du lundi prochain. Les autorités sont-elles informées et ont-elles essayé de vous calmer ?

Bien que notre employeur soit dans l’illégal avec nous, nous nous sommes soumis aux fondamentaux protocoles procéduriers pour aller en grève. Toutes les grandes dispositions sont donc prises: la motion est déposée très tôt au Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, c’est-à-dire depuis le mercredi dernier; à l’Assemble nationale ; à la Médiation de la République ; etc. Toutes les directions départementales ont reçu copie de cette motion; les directeurs de collèges et proviseurs de lycées également.
Les autorités réussiront à nous calmer quand elles travailleront à la satisfaction de nos points de revendications à savoir: l’extension de la durée de notre contrat sur 12mois avec les mêmes avantages que les permanents ; le retour au quota horaire hebdomadaire normal (18h et 20h selon le corps) et notre insertion définitive dans la fonction publique.

Sur une chaîne de radio‚ le Ddestfp/Atlantique dit comprendre vos luttes pour des conditions meilleures. Mais il vous reproche de faire du forcing alors que le gouvernement actuel n’est même pas sourd à vos cris. Lors de vos rencontres avec les autorités‚ qu’est-ce qui avait été retenu et qu’est-ce qui n’a pas marché au point de vous obliger à protester encore ?

Nous avons tous suivi l’intervention du Directeur département de l’Atlantique. Il est dans son rôle. Quant à nos différentes rencontres avec les autorités, nous pouvons dire qu’elles se sont révélées infructueuses. C’est le rapport de force qui est leur arme. Le contrat de cette année par exemple n’est pas signé. Cependant, quelques-uns de nos collègues (à peine 1%) l’ont reçu dans leur mail. L’Anpe s’est servie de la signature des collègues de l’année passée pour le faire ! Voyez-vous ce qu’est devenu le terme “contrat” dans ce pays ? En dehors de cet aspect, c’est toujours le même contrat de 9 mois depuis bientôt 3ans ! Les Ame souffrent énormément pendant les vacances, ils quémandent presque ! Et dans ce malheureux cycle de précarité, des milliers de nos collègues perdront le droit de concourir dans peu d’années !

Le même Ddestfp vous appelle à la patience‚ le temps que le système Ame soit évaluée afin que le gouvernement puisse voir ce qui est faisable. Pensez-vous avoir trop patienté déjà ?

Nous avons déjà trop patienté.

Votre contrat avec l’Anpe dit que cela «ne confère à son titulaire ni la qualité de fonctionnaire de l’État, ni d’agent de droit public de l’État.» L’article 12 interdit même tout acte ou comportement qui pourrait entraver l’exécution normale de la relation contractuelle. Pensez-vous que les Ame ont un droit de grève ?

L’employeur est dans l’illégal avec nous. Nous devons aussi faire de même pour lui faire entendre raison. C’est un match nul donc !
Merci.

One thought on “Ferdinand S. Missenhoun‚ porte-parole des Enseignants aspirants : «Les Ame souffrent énormément pendant les vacances, ils quémandent presque !»

  1. Dans la constitution béninoise actuelle, il est dit clairement que si un employeur signe un contrat de six mois seulement à son employé, la deuxième année, il lui signe simplement un contrat de 12/12 alors qu’on nous a fait signé un contrat de 9 mois pendant trois ans, donc le gouvernement abuse de nous et nous manipule. Ce même gouvernement entend revoir le salaire des maires et élus locaux, nous nous sommes les laissés pour compte, nos familles ne mangent pendant les vacances, les élus locaux, les maires, les préfets, les députés, et les ministres sont assis sur des millions par mois. C’est déplorable. Touché Bénin

Laisser un commentaire

Top