Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Fermeture des frontières nigerianes : L’économie béninoise tient

Fermeture des frontières nigerianes : L’économie béninoise tient

Prophètes, analystes… ils sont nombreux à prédire l’apocalypse à la fermeture unilatérale des frontières du géant de l’est, le Nigeria. Même si cette mesure enfreint à l’esprit communautaire de la Cedeao, elle aura révélé une économie béninoise forte, résiliente face ‘’quinte de toux’’ du grand voisin.

Sans doute c’est déjà l’un des fruits de la gouvernance du président Talon pour une économie indépendante. C’est vrai que le Nigeria reste une opportunité pour le petit pays de 10 millions d’habitants. Mais c’est aussi un devoir pour ses autorités de se battre pour une autonomie économique.

Ce qui se fait déjà ressortir. Pour preuve depuis deux mois de fermeture des frontières, les stations d’approvisionnement en produits pétroliers fonctionnent normalement. C’est dire que le gouvernement en futuriste, a mis en place les conditions favorables pour que les opérateurs privés s’installent progressivement dans le pays. A défaut, les stations seraient déjà à sec. Mais depuis, à part une légère augmentation des prix qui se stabilisent autour de 400F, les citoyens s’approvisionnent comme si de rien n’était. Pas de longues et interminables files d’attente.

Par ailleurs, la résilience de l’économie béninoise se lit aussi dans la filière des véhicules d’occasion. Depuis 2015 le Nigeria y a opéré des réformes qui l’ont plongé dans une tendance baissière. Une descente aux enfers confirmé en 2016 car le pays de Buhari importe directement les véhicules sur son marché. On s’attendait à ce que cela tue l’économie béninoise au regard de ce que cette filière générait. Hélas ! le Bénin a résisté, son économie n’est pas pour autant asphyxiée. Le marché est resté dans cet état et notre économie se porte au mieux en générant de plus en plus de résultats.

Patrice Talon et son gouvernement agissent donc pour l’avenir, en prenant des décisions politiques qui mettent l’économie en sécurité par rapport aux éventuels phénomènes conjoncturels liés aux chocs exogènes.

S. A.

Laisser un commentaire

Top