Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Fermeture des médias en ligne : Cnpa-Bénin et le Repromed confondent la Haac

Fermeture des médias en ligne : Cnpa-Bénin et le Repromed confondent la Haac

Mardi 7 juillet 2020. La décision tombe comme un coup de massue. La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) diffuse un communiqué au ton péremptoire et au contenu sévère. Elle y dénonce la création tout azimut de médias en ligne et ordonne « tout promoteur de média en ligne au Bénin », « de mettre fin sans délai à toute publication sous peine de se voir appliquer les sanctions prévues par les textes en vigueur ».

Après quelques jours de murmures dans les coulisses, des associations faitières se prononcent. Le Conseil national du patronat de la presse et de l’audiovisuel (Cnpa-Bénin) et le Regroupement des promoteurs et professionnels des médias digitaux du Bénin contre-attaquent et relèvent la responsabilité de la Haac dans ce qu’elle prétend combattre. « Le Cnpa-Bénin s’étonne de cette démarche à travers laquelle l’institution de régulation essaie de se prévaloir de ses propres turpitudes. Car, à la date du 25 mai 2018 au plus tard, les promoteurs de ces médias en ligne avaient été invités à faire les formalités d’autorisation, lesquelles formalités sont restées sans suite à ce jour, alors que dans le cahier des charges, la Haac, elle-même, s’était fixé un délai maximum de trois mois… » Le Repromed, qui a suivi les explications apportées par la Haac lors d’une conférence de presse le vendredi 10 juillet, enfonce le clou et fait observer que l’institution de régulation a manqué à ses devoirs en prenant plus de deux ans pour tenter de se justifier. « En expliquant au cours de ladite conférence de presse que son silence dans le traitement des dossiers est dû, en partie, à la lenteur de la vérification auprès des juridictions compétentes des casiers judiciaires des promoteurs, la Haac reconnaît implicitement que ces derniers n’y sont pour rien dans la situation actuelle. Ils ne sauraient donc pâtir d’une lenteur administrative », a tranché le Repromed. Il aurait souhaité d’ailleurs « une démarche préalable de consultation, d’explication avant toute promesse d’application stricte de la loi qui va contraindre une fois encore au chômage, plusieurs dizaines de professionnels en leur ordonnant de de fermer des entreprises de presse légalement établies et immatriculées au Régistre du Commerce béninois ».

Le Cnpa-Bénin sans langue du bois a invité « l’institution de régulation à être logique et rigoureuse avec elle-même, au lieu de cette tentative de musèlement qui va à l’encontre de la dynamique de promotion de l’utilisation d’internet que promeut si heureusement le gouvernement du président Patrice Talon ». La Haac dirigée par Prosper Moretti est donc renvoyée à sa conscience.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Laisser un commentaire

Top