Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Film « Injustice » : L’image d’une Afrique hantée

Film « Injustice » : L’image d’une Afrique hantée

Longtemps annoncé, le film ‹‹ Injustice ›› du Béninois Gabriel Agbahonou est désormais disponible. L’avant-première a été présentée le jeudi 26 mai à Canal Olympia de Cotonou. Émotions, actions, suspense, révolte, regret et délivrance, c’est le résumé de près de 110 minutes de film qui a tenu en haleine le public avec la présence du ministre du Tourisme, de la culture et des arts Jean-Michel Abimbola.

Par Raymond FALADE

Isaac Houéto, est propriétaire d’une boutique dans le quartier Ganhi, à Cotonou convoité par Alain Deschamps, un richissime homme d’affaires étranger qui a pour projet de raser une grande partie du quartier pour y construire des centres commerciaux de haut standing. Le maire de la ville, Ernest Koffi, s’oppose à cette décision à la veille des élections municipales. Carole Houéto, la femme d’Isaac, journaliste et rédactrice en chef à la télévision nationale, mène des investigations sur le dossier avec sa collègue Jessy Lawson.
Cette dernière découvre une affaire qui entache la réputation du maire Ernest Koffi et confie les preuves à Carole. Alain Deschamps, mis au courant, décide de récupérer les preuves par tous les moyens en vue de faire chanter Ernest Koffi. Dans ce bras de fer, l’univers de Isaac et de sa famille s’effondre.

 

LIRE AUSSI :  7ème projection Wà Cinéma : Réalité de l’insécurité et du trafic de la drogue au Mali avec le film Wùlu

Isaac, accusé de meurtre, est arrêté. À Ganhi, des gros bras l’aident à s’évader. Depuis sa cachette, il décide de retrouver les vrais coupables afin que justice soit rendue. « Injustice » est le visage de certains pays africains où règnent la corruption, le chantage, la méchanceté, où les hommes sont prêts à tout pour de l’argent, le poste et la réputation. Face à ces actes, faut-il attendre la justice des hommes qui tarde à venir ou celle de Dieu qui ne viendra peut-être jamais. De toutes les façons, l’acteur principal Isaac Houéto, s’est vengé en usant aussi de violence avant l’intervention des autorités compétentes.

Soutien politique

C’est une révolution dans le cinéma béninois. L’affiche de l’avant-première d’ « Injustice » la témoigne ainsi que l’affluence et la ferveur qu’il y a eu autour de sa projection. De toute l’histoire du cinéma béninois, jamais un film n’a suscité autant l’attention des salles de projection que « Injustice ». Equipe technique 100% béninoise, le chef-d’œuvre a été tourné dans trois pays : la France, le Togo et la majorité au Bénin.

 

LIRE AUSSI : Projection de films expérimentaux : ”La Traversée” de Arcade Assogba au menu

La projection de l’avant-première de ce film a été soutenue par le gouvernement au regard de sa qualité. Il y a longtemps que le Bénin souhaite avoir à l’écran un tel film. C’est enfin là. Ce qui justifie le soutien du gouvernement à travers le ministère du Tourisme, de la culture et des arts à ce projet. Le rêve est donc permis désormais, s’est réjoui le ministre Abimbola qui a rappelé les différentes actions du gouvernement pour la promotion de la culture dans toutes ses formes.
La diffusion de ce film dans le réseau Canal Olympia, premier réseau de salles de cinéma et de spectacles en Afrique, avec 18 salles de cinéma et spectacles implantées dans 12 pays montre la qualité du travail abattu par Gabriel Agbahonou et son équipe.
Le projet a été porté par la maison de production Morning star. À en croire la promotrice déléguée de la maison de production, Bellemida Agbidinoukoun, le film « Injustice » est le premier film béninois à connaitre une telle diffusion en salle de cinéma.

 

LIRE AUSSI : Martial Adjaka, artiste plasticien : «L’art est aussi un levier d’éducation »

Le film met en lumière le cinéma béninois et toutes les potentialités dont il regorge avec ses acteurs, ses scénarios ainsi que l’ingéniosité de ses réalisateurs.

Laisser un commentaire

Top