Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Fonction publique : 5641 agents reversés de manière fantaisiste (Au lieu de la radiation, le gouvernement opte pour le social)

Fonction publique : 5641 agents reversés de manière fantaisiste (Au lieu de la radiation, le gouvernement opte pour le social)

Le reversement dans la Fonction publique souffre de graves irrégularités. Telle est la conclusion qui se dégage de l’opération de vérification de la régularité des reversements des agents occasionnels et autres agents contractuels de l’État que le conseil des ministres de ce mercredi 11 septembre a publié. Corruption, usage de faux, légèretés, favoritisme… sont à la base de cette situation.

Par Sêmèvo B. AGBON

C’est lors du conseil des ministres du 11 janvier 2017 que le gouvernement a décidé de cette opération de vérification de la régularité des reversements des agents occasionnels et autres agents contractuels de l’État, a rappelé le ministre de la communication et de la poste, porte-parole du gouvernement Alain Orounla lors de son point de presse ce 11 septembre à la Présidence. Conduite par une Commission interministérielle, 37 607 dossiers ont été soumis à cette opération. « Les anomalies relevées sont relatives, entres autres, à l’âge d’intégration des agents dans la Fonctions. En effet, certains agents ne remplissaient pas la condition des 18 ans minimum au moment de leur reversement et d’autres avaient déjà passé l’âge d’admission à la retraite, soit 60 ans. Des irrégularités portent également sur les diplômes produits par certains agents. Ainsi, l’on note des discordances de dates entre lesdits diplômes et les actes de naissance, la postérité de parchemins à la date de recrutement de l’agent, de même que des diplômes obtenus à l’étranger mais non assortis de certificats d’équivalence ou d’authenticité », a décrit Alain Orounla.

Il ressort que 25 135 agents ont été reversés sans faute. Par contre, 5 641 l’ont été de manière fantaisiste, a rapporté Alain Orounla. En principe « Ceux-ci devraient faire l’objet d’un renvoi pur et simple de la Fonction publique », a-t-il précisé. De plus ils sont 3 860 agents qui ne se sont pas fait recenser mais percevaient indument des salaires. Le conseil observe que ces irrégularités sont généralement imputables à « divers responsables politiques et administratifs, et que les agents concernés sont en situation d’emploi depuis plus d’une dizaine d’années déjà ». Pour cela, voulant faire du social le gouvernement a décidé de les maintenir en service à l’exception des détenteurs de faux diplômes, a annoncé Alain Orounla.

Laisser un commentaire

Top