Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Soutien de la Fondation Amos Langanfin au Pag : Plus de 200 jeunes de la région Agonlin aguerris à l’auto-entrepreneuriat

Soutien de la Fondation Amos Langanfin au Pag : Plus de 200 jeunes de la région Agonlin aguerris à l’auto-entrepreneuriat

Deuxième phase réussie du projet de formation à l’auto entrepreneuriat des jeunes initié par la Fondation Amos Langanfin (Fal). Ce samedi 3 septembre, filles-mères, personnes en situation de handicap et jeunes déscolarisés ont reçu leurs attestations après deux semaines de formation 100% pratique dans des filières porteuses d’avenir.

Par ©Sêmèvo Bonaventure AGBON

Salle comble, des jeunes profondément heureux. Des produits exposés comme preuve palpable de deux semaines de formation efficace. Objectif atteint, se réjoui Amos Langanfin, président de la Fondation éponyme. « Aujourd’hui vous savez faire du gâteau, du savon liquide, sirop, champoing, monter un panneau solaire, élever des animaux, fabriquer des jus de fruits. Vous avez tous appris à faire quelque chose. C’est ce que la Fal veut : que vous sachiez faire quelque chose et que à travers ce que vous savez faire vous puissiez vous prendre en charge ».

Pag Fondation Amos Langanfin -
Des produits fabriqués par les bénéficiaires

En vue de l’insertion professionnelle des récipiendaires, la formation a embrassé une série de filières porteuses d’avenir, telles que le cadrage et montage audiovisuel, l’agroalimentaire et le cosmétique, la décoration, graphisme, l’informatique et l’installation décodeur et montage de panneaux solaires.

 

LIRE AUSSI: Enracinement du Bloc républicain dans les 23 et 24 Ce : Amos Langanfin mise sur le football

 

L’engouement des jeunes autour des formations pratiques confirme le diagnostic du président Amos Langanfin. Ce sont plus de 200 jeunes désormais outillés dans la région d’Agonlin, Zagnanado, Covè et Ouinhi au titre de la seconde cohorte.

L’option de l’auto-emploi est la meilleure aujourd’hui, face à l’échec du fonctionnariat. Le jeune leader l’a réitéré : « Nous ne pouvons pas tous devenir agents de l’État, nous n’avons pas aussi tous la chance d’étudier. Il y en a qui sont analphabètes mais qui gagnent bien leur vie. La meilleure manière de vivre aujourd’hui c’est d’être libre et d’être entrepreneur. Lorsque vous vous planifiez, lorsque vous créez votre entreprise vous la gérez comme vous l’entendez et vous gagnez aisément votre vie ».

Pag soutien Fondation Amos Langanfin
Le président Amos Langanfin au milieu

L’enjeu est aussi bien saisi par les bénéficiaires. Fidèle Zokpon, leur représentant a reconnu que la pauvreté due au chômage sévissait dans leur rang. La Fondation Amos Langafin vient alors y remédier. « C’est une aubaine qu’il nous a offerte. Beaucoup d’entre nous ont fait une formation académique mais sont au chômage jusque-là. Il a permis à ce que nous fassions cette formation en vue de débuter une entreprise personnelle pour subvenir à nos besoins. C’est aussi une aubaine pour nos mères, nos mamans qui doivent aider leurs époux dans le foyer. Nous ne saurions mesurer la grandeur de cette aubaine qu’il nous a offerte », s’est-il confondu en gratitude. Ils ont chanté un hymne de reconnaissance à la Fal pour l’investissement de taille consenti à leur profit.

Gabriel Tobossou, un sage de Zagnanado voit déjà en chacun des jeunes formés, une semence d’entreprise. Sa germination et son rayonnement, a-t-il insiste, exigent que les bénéficiaires exercent effectivement la formation pratique reçue. « Désormais la pauvreté est derrière nous. Il revient aux bénéficiaires de mettre en valeur leur savoir-faire », les a-t-il exhortés.

S’appliquer et à s’installer après la formation, c’est d’ailleurs le seul retour que la Fal espère d’eux pour le bonheur des foyers. « Ce sera une grande reconnaissance à l’endroit de la Fal », a avoué le président Amos Langanfin.

La Directrice exécutive adjointe de la Fondation Amos Langanfin a la même lecture que le sage. « Ce qui mine une formation qu’on a reçue, a-t-elle reprécisé, c’est d’aller se reposer », a déconseillé Théodora Fassinou. Elle a incité chacun à « faire son propre marketing » afin d’imposer son produit par la qualité. En la matière, la Fal a tout prévu. Lors de la cérémonie de remise d’attestation les récipiendaires ont suivi une communication du coach Lazare Gbégan, qui leur a prodigué des conseils en entrepreneuriat.

 

LIRE AUSSI: Maire Rufino d’Almeida : « Bohicon est la référence s’agissant de la répression des chargements hors parc »

 

La formation pratique au profit des jeunes démarrée à Zogbodomey le samedi 23 avril avec 116 jeunes, vient en appui au Programme d’action du gouvernement (Pag) du président Patrice Talon. « La Fal aujourd’hui s’essaye à accompagner le Pag, à inciter à l’auto emploi à travers l’entrepreneuriat », a rappelé Amos Langanfin.

Fondation Amos Langanfin - bénéficiaires
Des centaines de jeunes sortent de l’oisiveté (Vue des récipiendaires)

Au regard du succès, de l’engouement enregistré à la première phase (des communes de Zogbodomey et de Zakpota) et à la seconde phase, la Directrice exécutive adjointe de la Fondation Amos Langanfin, Théodora Fassinou a soumis au président comme perspective, ou prochain chantier la création de grands centres agroalimentaires et de cosmétiques au profit des bénéficiaires. Sans oublier également la question de la certification en matière de sécurité sanitaire évoquée par le sage Gabriel Tobossou.

Laisser un commentaire

Top