Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Fondation Vodoun Miétônou : Des défenses de l’identité africaine

Fondation Vodoun Miétônou : Des défenses de l’identité africaine

Loin des yeux, sans tapage…une initiative remarquable fait son chemin et s’illustre dans la promotion des valeurs endogènes et la restauration de l’identité africaine : la Fondation Vodoun Miétônou, située à Tindji, dans le département du Zou, commune de Za-Kpota, à sept kilomètres de la ville de Bohicon.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

« L’Africain est, de tous les peuples du monde, le seul à avoir l’esprit confisqué dans des dogmes occidentaux, l’identité désorientée, coupé de ses origines et convaincu de la négation de sa culture, ses valeurs ». Ce triste constat est à l’origine de la création de la Fondation Vodoun Miétônou, justifie Joachim Ahouangboïssan, le promoteur. Créée depuis 2009 elle s’est alors mise au service du réveil, de l’éveil et de la reconnexion des Africains à leurs sources, condition sine qua none d’un développement intégral contre les  tâtonnements et stagnation depuis 1960.

La pluralité des défis à relever pour y arriver, a conduit la Fondation à lancer plusieurs chantiers dont le plus emblématique relève du tourisme mémoriel.

Au milieu, la statue de Modeste Testas devant la ”Porte du Retour”

Réappropriation 

Trop de sang et de cris stridents parsèment l’histoire de l’Afrique depuis sa collision avec l’Homme blanc. Inutile de fuir ce passé douloureux, il faut se réconcilier avec. Telle est la philosophie de la Fondation. Dans ce sens, elle milite pour le rapatriement et la restauration de la mémoire des fils et filles déportés pour le repos de leurs âmes sur leurs terres d’origine grâce aux rituels appropriés. Ainsi des héros Noirs ont été ressuscités à Tindji, à des milliers de kilomètres de leurs lieux d’existence. A ce jour, trois figures emblématiques de la Grandeur et la fierté noires : Modeste Testas, Jean-Jacques Dessalines (premier empereur d’Haïti, la première république noire au monde), et Marie Laveau trônent majestueusement au siège de la Fondation. Il s’agit de les donner « comme source d’inspiration pour les Noirs. Aux jeunes, elles permettent de revivre l’histoire et de s’en approprier pour leur élévation spirituelle », justifie le promoteur.

La première édition du Tourisme mémoriel ‘’Houéli’’ sous les auspices de la Fondation, s’est déroulée le 10 janvier 2020. Elle a vu se défiler au Bénin, de nombreux Afrodescendants, provenant d’Haïti, Brésil, Usa, France, Cuba…Ils ont passé des jours de découvertes, de recueillement et d’instruction. Une manière de « développer et vendre le Bénin comme destination mondiale de la spiritualité ».

Par ailleurs, face au drame de l’émergence d’une jeune génération coupée de ses origines, la Fondation travaille à la restauration, la réhabilitation, et la re-harmonisation des valeurs ancestrales en péril. Ce qui leur permettra à cette couche de se réapproprier son passé, de retrouver son équilibre existentiel et le chemin lumineux de ses ancêtres, afin de se définir et orienter sa vision du monde.

Vue intérieure de la Fondation

Communauté mondiale des Vodouisants

Lors de leur déportation les Africains avaient emmené et reproduits les us, coutumes et pratiques de leurs ancêtres. Ce qui explique la dissémination de nombreux Vodoun béninois hors du continent africain ; qui sont aujourd’hui vénérés dans des foyers comme le Brésil, Haïti et l’Argentine. « La Fondation ambitionne de créer un lien entre ces adeptes éloignés et ceux du pays de sorte à constituer un réseau mondial des Vodouisants ». La finalité, aboutir chaque année à des pèlerinages au berceau du Vodoun pour renforcer les liens entre ces différentes communautés unies par le même culte. A ce titre, la Fondation, confie son premier responsable, travaille à l’élaboration de la base numérique de tous les pratiquants du Vodoun estimés à quelque deux cent millions dans le monde.

‘’Assin’’, Porte du Retour…

La Fondation s’est également armée de cinq organes pour l’atteinte de ses missions. Au nombre de ces derniers, l’Institut Vodoun Miétônou. Il s’agit d’un centre de recherche en développement endogène, culturel et touristique. Il est consacré à l’étude scientifique des valeurs ancestrales africaines. Il sert de laboratoire d’analyse approfondie sur les danses sacrées et les sons diaphoniques du Vodoun. L’Institut Vodoun Miétônou se veut un haut lieu d’apprentissage, de formation, d’information, et de découverte sur tous les atouts culturel, cultuel, artistique, médicinal et la grandeur du Vodoun longtemps faussement diabolisé. Aussi, l’Institut se charge d’organiser la « Ligue Africaine de la spiritualité » afin de réunir tous les Africains autour d’une seule spiritualité, une manière de panser l’éparpillement des Noirs dépersonnalisés dans des sectes et loges étrangères viscéralement dirigées contre le développement de l’Afrique.

Entre autres prouesses déjà à l’actif de l’Institut, c’est d’avoir retenu le ‘’Assin’’ comme symbole universel du Vodoun et l’érection au Bénin de la ‘’Porte du Retour’’ en opposition à la ‘’Porte du Non-Retour’’ de Ouidah. « Les Afrodescendants, morts ou vivants sont ainsi appelés à faire le chemin inverse sur la terre mère pour se connecter et reconstruire leur Afrique », défend Joachim Ahouangboïssan.

Des Afrodescendants au terme de leur pèlerinage mémoriel

Présence médiatique

A l’ère des technologies de l’information et de la communication, seul le Vodoun qui a donné naissance aux autres civilisations est absent des médias. Ce vide ne persistera plus. ‘’Univers Vodun Magazine’’et ‘’Vodoun TV’’ sont deux médias consacrés au Vodoun. Ils diffuseront des programmes visant à rétablir la vérité au sujet du Vodoun. Ils donneront aux spectateurs et lecteurs à suivre de grands reportages et documentaires de découverte et d’instruction. La chaîne mettra donc en lumière le Vodoun qui existe depuis le commencement et qui a résisté à un millénaire d’agression pour s’exporter partout dans le monde.

En somme les contenus de ces deux médias participeront à la réécriture de l’histoire africaine, le rétablissement de sa grandeur et la réappropriation de l’identité africaines.

La Fondation entend aussi former l’ ‘’Africa United Kingdom’’, la congrégation des Rois d’Afrique, Chefs traditionnels et Sages africains, dépositaires et garants authentiques des us et coutumes traditionnels. « Vu que la plupart des dirigeants politico-administratifs sont sous emprise occidentale, ces autorités morales coutumières sont les seuls à pouvoir reconstruire culturellement et spirituellement l’Afrique à travers le rétablissement des valeurs traditionnelles. Une fois réunis, leur rôle est sera de rétablir l’injustice qui a touché les Africains sur leur terre mère et rappeler les Afro-descendants à l’œuvre de reconstruction du continent de leurs ancêtres », explique-t-il.

Face à autant d’ambitions, les pas déjà posés, la vision et les objectifs ainsi déclinés, la Fondation Vodoun Miétônou appelle les Afrodescendants, les autorités politiques, les institutions et tous ceux qui se retrouvent dans la noblesse du combat à se joindre à elle, à l’appuyer pour imposer la voix de l’Afrique dans le monde.

Laisser un commentaire

Top