Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Formation et employabilité au Bénin : Les acteurs se décident face aux réalités actuelles

Formation et employabilité au Bénin : Les acteurs se décident face aux réalités actuelles

Le ministre d’État  chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané a lancé, jeudi 25 février au Novotel Orisha de Cotonou, la table ronde de réflexion entre universités, entreprises et décideurs. Elle s’inscrit dans le cadre de la réduction du taux du chômage et de la création des offres de formation en adéquation avec le marché de l’emploi.

Par Sabirath AWO (Stag.)

Universités, entreprises et décideurs se préoccupent du chômage des jeunes. Placée sous le thème ‘’Formation et employabilité au Bénin et dans la sous-région », la table ronde offre deux jours de réflexions entre les acteurs du système éducatif, les entreprises et les décideurs pour moderniser l’offre de formation universitaire en vue de faciliter la mobilité et l’insertion professionnelle des apprenants.

Le président du comité d’organisation, Josué Koladé Azandégbé a indiqué que cette assise se veut participative entre autorités, formateurs, et chefs d’entreprise sur l’animation de la problématique formation-emploi afin d’y apporter des solutions plus idoines. Plusieurs raisons, souligne-t-il, sous-tendent la tenue de ces journées de réflexion, entre autres l’instauration du système Lmd depuis une dizaine d’années,  l’introduction des Tics dans les systèmes de formation, et tout récemment l’adoption de la stratégie nationale de l’Eftp et la hausse du taux de chômage. « Il nous paraissait impérieux de faire une pause, mais aussi de repenser des stratégies innovantes à apporter pour juguler l’action en profondeur », a affirmé le Président du Comité. La problématique majeure qui doit focaliser entre autres les attentions au cours de cette séance reste les domaines de créations de l’emploi dans un contexte des nouveaux métiers du numériques, a précisé le ministre d’État chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané.

Le représentant des étudiants, Ludger Zanou a salué l’initiative. Il y trouve le témoignage de l’importance de la problématique de l’emploi pour le gouvernement du Bénin. Il pense qu’à l’issue des échanges que l’adéquation entre la formation et l’emploi va non seulement faciliter l’employabilité pour les personnes à la recherche du travail ou en situation de sous-emploi, mais aussi leur permettra d’adapter les compétences aux nouvelles opportunités d’emploi.

La réduction du chômage, préoccupe le gouvernement

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladekan a noté que plus de 100.000 jeunes au Bénin se retrouvent chaque année sur un marché de l’emploi saturé et seuls 33% des jeunes de 15 à 35 ans ont un emploi alors que ceux-ci représentent environ 60% de la population totale. Au regard de ce constat, elle a suggéré que « l’enseignement supérieur et la recherche scientifique alignent leurs offres de formation et d’innovations en réponse aux besoins des entreprises, avec comme perspective leur transformation dans un contexte économique en pleine évolution ».

En 2016 l’état des lieux du marché de l’emploi a révélé selon les statistiques que  4 millions de jeunes sont en sous-emploi au chômage, a dévoilé le ministre d’État chargé du plan et du développement. C’est dans ce contexte poursuit-il que « le gouvernement a créé en 2020 environ huit cent mille emplois». Ce qui est important de voir selon le ministre Abdoulaye Bio Tchané c’est « la dynamique de création de nouveaux emplois. Si nous continuons dans cette direction, il est évident que d’ici quelques années on parlera moins de sous-emplois» a-t-il rassuré.

Le Coordonateur résident des Nations unies Salvator Niyonzima a participé par visioconférence à la cérémonie.

Laisser un commentaire

Top