Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Franck Hounsa, président de l’Ong Divine connexion worldwide : « Aujourd’hui beaucoup savent que dire ‘’albinos’’ c’est insulter »

Franck Hounsa, président de l’Ong Divine connexion worldwide : « Aujourd’hui beaucoup savent que dire ‘’albinos’’ c’est insulter »

Entre stigmatisation, enlèvement, assassinat et malaises dermatologiques, la vie des personnes péjorativement appelées ‘’albinos’’ n’est pas du miel. L’un des combats de l’Ong Divine connexion worldwide (Dcw) est leur protection et le respect de leurs droits. Son président Franck Hounsa fait ici un bilan des luttes menées en leur faveur depuis des années.

Propos recueillis par Nadège Sènan WANGNANNON

 

Bénin Int. : Quel a été votre message à l’endroit de la communauté lors de la récente journée internationale des personnes atteintes d’albinisme ?

Franck Hounsa : Le voyage de 1000 jours commence par le premier pas. Nous avons commencé cette activité depuis sept ans et maintenant nous pouvons nous réjouir du fait que si on questionne Google aujourd’hui on peut avoir plein d’article sur l’albinisme. Au début, il y avait peu d’information à propos sur la toile. Aujourd’hui beaucoup savent que dire ‘’albinos’’ c’est insultant, c’est les révolter. De plus les personnes atteintes d’albinisme savent que les rayons solaires sont leur pire ennemi. Notre travail s’avère lent mais il est soigné et il a de l’avenir. C’est d’ici 15 ans, 20 ans que nous allons voir les fruits de ce que nous semons aujourd’hui. Quand les élèves que nous parrainons avec l’aide de nos partenaires seront demain des ministres, députés, hommes d’affaires, et que finalement nos têtes blanches vont tacheter toutes les institutions de la République et les sphères d’influence, c’est en ce moment que nous dirons : nous avons réussi. Ainsi, c’est trop tôt de faire un bilan.

Après 7 ans de sensibilisation, personnes atteintes d’albinisme s’affirment-elles fièrement en public ?

Nous informons beaucoup, et ceux avec qui nous sommes en relation sont de plus en plus ouverts au public. Néanmoins il y en a qui sont toujours fermés. Le travail n’est pas encore fini. De toutes les façons beaucoup de personnes atteintes d’albinisme juste en regardant notre exemple, savent que désormais elles sont des personnes à part entière comme les autres et peuvent faire toute chose et bien lorsqu’on leur donne les moyens, et en considérant leurs déficiences.

Les problèmes de peau avec les dépenses qu’ils nécessitent, Comment arrivent-elles à les gérer au Bénin ? Est-il aisé ?

C’est comme demander à une luciole de cacher sa lumière. Ce n’est pas possible. On ne peut donc pas faire l’impossible pour nous cacher dans une atmosphère où c’est rare d’être en dessous de 26° alors que déjà à 20 ou 21° si les rayons solaires sont là, nous sommes brulés. Si c’était une interview télévisée, vous verrez mon chapeau sur la tête et mon pagne juste derrière moi. C’est nos cris vers les personnes atteintes : un chapeau sur votre tête, et un pagne pour vous couvrir et vous protégez autant qu’il faut. Il y a beaucoup de personnes qui négligent ce que nous disons. Nous ne pouvons pas vous dire de rester chez vous car nous ne pouvons pas vous donner à manger, et même si nous arrivons à le faire, nous ne pouvons pas le faire à l’endroit de votre famille. Donc vous devez sortir pour aller chercher votre pain quotidien. Mais lorsqu’on sait qu’on a une déficience, on sait en prendre soins. Porter des chaussures fermées, des vêtements à manches longues, un pagne pour se couvrir s’il y a soleil ou pas, puisque dans l’un de mes articles je disais ceci « ce que le maitre-là ne savais pas, c’est que s’il y a soleil ce n’est pas lui qui dit mais c’est moi qui dit ». Donc s’il y a soleil, c’est celui qui est atteint d’albinisme qui dit et non les autres.

Des personnes atteintes d’albinismes qui sont des modèles de réussites malgré les stigmatisations. Il y en a-t-elle ?

Il y a la sœur Ucile Amoussou Ablé titulaire d’un DEA en droit privé fondamental. Actuellement, elle est dans une structure judiciaire de la place ; Carlos Amoussou un greffier, qui a aussi un DEA en droit ; Athanase Hounkalin, artiste confirmé qui joue les musiques traditionnelles et modernes ; Samson Sognigbé qui a son entreprise d’informatique et de réparation d’ordinateur, et moi de même si on peut me citer comme quelqu’un qui a réussi. Pour dire que les personnes atteintes d’albinisme sont comme tout le monde ; elles travaillent et méritent respect et considération.

Un mot à la population à l’endroit de ces personnes

Nous ne sommes pas source de richesse comme les gens le pensent, nous ne sommes pas non plus différentes des autres du point de vue morphologique. Nous sommes tous les mêmes, juste que chez nous la mélanine manque dans notre peau et dans nos yeux et nous ne pouvons rien contre cela. Je demande à chacun et à tous d’avoir une attitude inclusive vis-à-vis des personnes atteintes d’albinisme. A l’endroit des enseignants et éducateurs, qu’ils augmentent la taille des écritures sur les épreuves pour permettre aux apprenants atteints d’albinisme qu’ils ont dans leurs salles d’avoir la même chance que les personnes non atteintes. Je demande aussi à l’Etat de prendre ses responsabilités par rapport à la promotion et à la protection des personnes atteintes d’albinisme. Nous ne sommes pas nombreux, à peine nous sommes 2000 ou 2500 au Bénin. Les crèmes solaires coutent excessivement cher. Moi-même je n’arrive pas à les payer, et dans ces conditions, comment on peut demander à quelqu’un qui n’arrive pas à manger de payer des crèmes solaires alors que nous avons un ministère des Affaires sociales qui peut valablement s’en occuper ? Je sais que le gouvernement fait beaucoup pour les personnes en situation d’handicap, néanmoins je lui demande un effort supplémentaire pour prendre en compte les personnes atteintes d’albinismes dans leurs programmes d’activité.

 

Laisser un commentaire

Top