Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Gestion de l’eau et des risques environnementaux : La solution ‘’Marema’’ pour les métropoles africaines

Gestion de l’eau et des risques environnementaux : La solution ‘’Marema’’ pour les métropoles africaines

Le Master Marema (Master en Ressources en Eau et Risques Environnementaux dans les Métropoles Africaines’’) était au centre d’une table ronde hier, mercredi 16 octobre au Campus numérique de l’Uac. L’objectif est d’échanger avec les participants sur l’opportunité qu’il constitue en recueillant aussi leurs commentaires et observations en vue de l’adapter aux besoins du monde professionnel.

Par S. B. AGBON et Barnabé KINTOHOU

Les métropoles africaines restent confrontées aux défis des risques environnementaux (inondation par exemple) et la gestion des déchets (solides et liquides) qui ne cessent d’accroître au rythme de la poussée démographique. Pendant ce temps, l’Afrique manque de compétence ou d’expertise propre pour proposer des solutions viables. C’est ce vide que le master Marema vient combler. « Le projet Marema est né d’une ambition de former des spécialistes pointus dans un domaine bien spécifique. C’est-à-dire les questions liées aux problèmes d’eau dans les centres urbains et périurbains. Donc c’est une formation qui va faire sortir des diplômés spécialisés surtout dans les questions environnementales autour des grandes villes africaines », a justifié le docteur Mathieu Houssou, point focal Marema. Le directeur de l’Institut national de l’eau se fait plus explicite à propos. Il a déploré en effet la manière dont le secteur de l’eau principalement et les problèmes environnementaux sont gérés. « La plupart des activités que nous menons se sont jusque-là concentrées sur la problématique de l’eau en milieu rural : comment faire pour donner de l’eau potable aux populations. Et l’on n’a occulté les problèmes liés aux activités anthropiques surtout dans les grandes villes où se concentrent les problèmes de tout genre : assainissement, occupation de sols, l’urbanisation accrue sans que l’on ait de spécialistes dans ce domaine pour pouvoir régler les problèmes spécifiques à ces grandes villes et principalement aux métropoles des pays en Afrique. Chaque fois que le problème se pose, on est obligé de faire recours à une expertise externe qui à son arrivée, fait recours également à l’expertise qui n’existe pas sur le terrain. Donc c’est ce vide que l’on a voulu combler qui a abouti à la mise en place de l’offre », a introduit le professeur Daouda Mama.

Le Master Marema permettre donc « l’émergence de ces spécialistes pointus, via une formation de haut niveau ouverte sur le monde professionnel et centrée sur la pratique ». Conçu dans un format de qualité internationale de l’enseignement supérieur, Marema est un master régional dans lequel cinq universités sont impliquées à savoir l’Uac à travers l’Institut national de l’eau (Ine) ; l’Université Nangui Abrogoua et l’Institut national polytechnique Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire), l’Université de Yaoundé 1 et l’Université de Ngaoundéré (Cameroun). Sans oublier les universités européennes (Université de Montpellier, Université de Grenoble, Université de Barcelone et Université Catholique de Louvain) comme partenaires d’appui. La partie numérique du master sera assurée par les Campus numériques francophones des universités membres avec l’appui de l’Ird, institution initiatrice et la Coordination est assurée par l’Université de Montpellier, a indiqué Stefano Amekoudi, directeur du Campus numérique de l’Uac.

« La formation Marema se veut un creuset où les professionnels de l’eau, les étudiants et les enseignants se rencontrent pour affiner la formation des spécialistes des questions liées à l’eau et à l’environnement dans les villes africaines. L’objectif est de coopérer entre chercheurs, enseignants et étudiants de ces universités dans une approche de mobilité pour former des experts pointus dans le domaine de l’eau et de l’environnement spécifiques aux métropoles Africaines », a poursuivi le point focal. Mais « beaucoup sans doute ne sont pas au courant de ce qui se passe au niveau de cette formation », pense Daouda Mama. Et c’est pourquoi la table ronde permettra d’informer les professionnels sur l’existence d’une offre de formation régionale à l’Institut national de l’eau (Ine) sur les ressources en eau et risques environnementaux dans les métropoles africaines ; permettre aux professionnels d’offrir leur vision du métier afin d’affiner les curricula, de s’investir dans des projets et de conseiller les étudiants ; et enfin d’optimiser le futur recrutement d’un profil correspondant aux besoins des entreprises.

Soulignons que le Master Marema est financé par le programme Erasmus + Capacity Building in Higher Education de la Commission européenne.

Laisser un commentaire

Top