Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Gestion des Affaires publiques : Les secrets du Leadership féminin selon Madougou

Gestion des Affaires publiques : Les secrets du Leadership féminin selon Madougou

Bien que les femmes sont souvent animées d’un fort désir de contribuer efficacement au développement de la l’Afrique par leur leadership, peu d’entre elles y parviennent véritablement. Ainsi donc, pour renverser cette tendance, l’ancienne ministre béninoise Reckya Madougou a prodigué cinq conseils à ses sœurs afin de faire d’elles des leaders. C’était dans une interview accordée à la chaîne internationale Bbc.
Dans son intervention, elle part d’un constat alarmant. Reckya Madougou déplore la faible présence des femmes dans les hautes sphères du pouvoir. Alors, elle trouve que, « le phénomène du plafond de verre, cet obstacle invisible souvent évoqué pour expliquer le difficile accès aux niveaux supérieurs pour les femmes, fait place à une explication concurrente résidant dans la métaphore du labyrinthe, selon laquelle c’est tout au long du parcours de vie des femmes que le phénomène de la faible représentation s’établit. En même temps, et à côté, existent des carrières professionnelles féminines qui impressionnent, forcent l’admiration, inspirent et donnent envie de se dépasser ».
Or au même moment, « loin des clichés, des femmes de la jeune génération ont envie de faire avancer le monde et de palier les différentes inégalités qui l’entravent ».

Voici les 5 codes pour y arriver

Le premier des cinq codes pour parvenir au leadership est la formation ou l’éducation. « Se former ou s’éduquer parce que ça va être la base de leur avenir, en ce sens où elles apprendront à faire quelque chose. Par la suite, la femme doit essayer de découvrir son talent. « Il est important de découvrir sa vocation, identifier son talent, savoir reconnaître où est-ce qu’on est bon, où est-ce qu’on est fort ; donc chercher des compétences pour valoriser ses talents », a-t-elle souligné. L’audace est le troisième code dont ont besoin les femmes pour s’affirmer. Reckya Madougou rappelle à cet effet, « je n’arrête de dire aux jeunes femmes, « il faut avoir l’audace, il faut avoir du cran ». La société va me traiter de tous les noms d’oiseaux, mais moi c’est ce que j’ai envie de faire. Quel que soit ce qu’on dira de moi, quel que soit ce dont on me traitera… mais je fonce droit parce que je sais que je ne fais simplement rien de mal, que je dois juste avancer par rapport à cette conviction ou par rapport à cet objectif et aller de l’avant. N’empêche que dans ce parcours ou dans ce processus que je peux tomber, je peux avoir des échecs, je peux avoir des difficultés, je peux recevoir des coups ; mais quand je me dis que je dois foncer et que ce sont mes convictions, je fonce et j’apprends des erreurs des autres dans mon environnement ». C’est après qu’il faut la résistance qui est le quatrième code que conseille Madougou. « Il faut apprendre à résister aux écueils que la société parfois, de façon très injuste nous met. Les femmes en vérité souvent sont en proie à des opinions erronées. Souvent dès que c’est des femmes qui sont en vue de par leur métier, de par leur travail ou juste que ce sont des femmes qui ont envie d’en donner, et vous ne pouvez en donner ou vous ne pouvez pas avoir de la visibilité sans créer de la jalousie humaine. Mais si par rapport à ça, si parce que vous êtes femmes et votre visibilité dérange des hommes ou vos comparses, et que vous ne vous êtes pas forgées un caractère d’acier, vous allez abandonner et malheureusement vous allez perdre votre chance. La résistance à toute forme d’exclusion ou d’exactions, parfois c’est des exactions morales… ». Enfin, il faut garder du cœur, « il ne faut pas oublier que vous êtes femmes que vous serez appelées à tempérer, un moment ou un autre, les ardeur, et que parce que vous êtes femmes, vous ne devez pas perdre ni votre féminité, ni votre humanité, ni votre humanisme. Vous êtes un ensemble d’énergies, de caractères, de tendresse et de cœur… »

Ce sont-là les secrets de Reckya Madougou pour un leadership féminin.

Par Edouard ADODE (Ext.)

Laisser un commentaire

Top