Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Gouvernance locale : Le projet de ville de Adjagboni pour Cotonou

Gouvernance locale : Le projet de ville de Adjagboni pour Cotonou

Cotonou, capitale économique et vitrine du Bénin mérite d’expérimenter une autre approche de développement. C’est ce qu’a essayé de développer Gatien Adjagboni, membre fondateur de l’Union progressiste et consultant en Marketing & Stratégie. Voici les grands axes qu’il propose pour le rayonnement de Cotonou.

Par S. B. AGBON

Le document de 25 pages propose une vision progressiste du développement de la ville de Cotonou. Il est structuré en quatre parties : ‘’Démocratie à la base’’, ‘’gouvernance locale’’, ‘’développement local’’ et enfin, ‘’comment financer cette nouvelle ambition ?’’

Au niveau de ‘’Démocratie à la base’’, Gatien Adjagboni prône le renforcement de la décentralisation. Pour y arriver, il propose un nouveau leadership politique qui encourage d’abord la participation citoyenne à travers par exemple l’organisation périodique de réunions avec les élus locaux et « la journée du Cotonois » une fois l’an autour de thématiques variées pour promouvoir le « vivre ensemble ». Ensuite, la gouvernance concertée de sorte que les « Cotonois » soient coproducteurs des choix de politique publique de la municipalité. Sans oublier, enfin, la redevabilité et le contrôle citoyen de l’Action publique.

En ce qui concerne la ‘’Gouvernance locale’’ Adjagboni insiste sur un nouveau management public qui allie modernisation de l’administration locale (smart Gouv), dématérialisation et professionnalisation de la délivrance des services à la population avec célérité (e-Gouv.), la sécurité locale et la lutte accrue contre la corruption.

Le troisième axe stratégique proposé par le membre fondateur de l’Up porte sur le Développement local. Là aussi, il n’a pas tari d’inspiration pour donner à appliquer un nouveau modèle. Ce dernier est axé sur le marketing territorial, l’économie locale, l’assainissement du cadre de vie et la solidarité locale qui ambitionne entre autres, « la mise en place de la deuxième chance dont l’objectif est de capter les élèves déscolarisés en raison de difficultés diverses au profit des formations professionnelles ».

Dans la dernière partie, des propositions et stratégies d’accroissement des recettes locales à même de servir à financer la nouvelle ambition, sont détaillées. « Afin que nous puissions maintenir le cap, je laisse la place à vos contributions ». Tel est l’appel de fin de l’auteur.

 

Laisser un commentaire

Top