Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Hausse des prix des produits de grande consommation : La solution transitoire du gouvernement

Hausse des prix des produits de grande consommation : La solution transitoire du gouvernement

La flambée des prix des produits de grande consommation préoccupe sérieusement le gouvernement. Le sujet était à l’ordre du jour de la séance ordinaire du conseil des ministres du mercredi 16 juin. En prélude aux mesures spécifiques à venir, le gouvernement a pris une décision temporaire.

Par Laurent KOKOU

Les denrées de première nécessité seront désormais interdites de sortie du territoire National. C’est en substance la mesure transitoire prise par le gouvernement pour alléger les peines des consommateurs béninois soumis depuis des semaines à une montée exponentielle des prix des produits de grande consommation sur le marché. En effet, la faible pluviométrie qui s’observe depuis la dernière campagne agricole, d’autres facteurs exogènes mais aussi le trafic de la production nationale vers la sous-région ont engendré une surenchère des céréales et autres produits de première nécessité. Et parvenir à juguler au plus tôt cette situation reste une préoccupation de haute portée pour le gouvernement. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a mis sur pied un comité technique qui travaille sur la question et qui qui va proposer dans un bref délai, des mesures idoines pour venir à bout de cette situation de cherté. Mais dans l’immédiat, le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique a été expressément instruit à l’effet de veiller à éviter les sorties incontrôlées desdits produits qui amenuisent dangereusement les stocks nationaux et induisent le renchérissement des coûts à la consommation. Le gouvernement vient encore de prouver que le panier de la ménagère reste une préoccupation de taille en témoigne la pertinence des dispositions prises. La bonne foi du gouvernement ainsi que son sens de responsabilité sont d’autant plus prouvés qu’il est unanimement admis que la flambée des prix n’est pas un phénomène propre au Bénin mais plutôt international. D’ailleurs aucune taxe n’a été instituée sur les produits agricoles et qui pourrait rendre la politique gouvernementale en la matière, responsable de cette flambée.

Laisser un commentaire

Top