Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Hommage : L’Ong Andia veut réhabiliter la mémoire de la reine Agontimè d’Abomey

Hommage : L’Ong Andia veut réhabiliter la mémoire de la reine Agontimè d’Abomey

On s’achemine vers la réhabilitation de la mémoire de Nan Agontimè, épouse du roi Agonglo, déportée au Brésil. C’est grâce à un projet de l’Ong Andia en collaboration avec l’association Hwendomabou-Guézo. Un atelier de concertation y relatif s’est tenu le vendredi 17 mai au Palais annexe du roi Guézo à Agbangninzoun.

Par Fidélia A. AHANDESSI

« Promotion du patrimoine culturel par l’approche genre avec la réhabilitation de la mémoire de la reine Agontimè au palais du roi Guézo à Agbangnizoun ». Telle est l’intitulée du projet porté par l’Ong Andia. Cette initiative d’ordre culturel a lieu dans le cadre du programme de renforcement de la participation de la société civile (RePASOC), avec le soutien de l’Union européenne, a indiqué Agnès Bogacki, directrice de l’Ong Andi et coordonnatrice dudit projet de réhabilitation. L’objectif est de mettre en valeur le droit humain et la gouvernance locale. Le projet de réhabilitation de la mémoire de la reine Agontimè vise à retracer l’histoire de cette figure, depuis son lieu de naissance à Tindji dans la commune de Za-Kpota en passant par le royaume de Danxomè sans oublier son passage au Brésil.
La première étape du projet consiste en la reconstitution des faits retraçant l’histoire de la reine Agontimè qui fût l’épouse du roi Agonglo et qui a été ensuite déportée au Brésil pour avoir été mise en esclavage. La deuxième étape sera de construire une case de mémoire dans le palais pour la reine. Cette case sera la correspondance de celle de la reine fondée au Brésil et dénommée « Casas das minas ». A cette étape du projet, il sera question d’exposition des objets, des témoignages sur sa vie au Brésil, des photos de la reine en comparaison aux pratiques des cultes issus des ancêtres royaux essentiellement Zomandonou et Ninsouhwé au Bénin. Troisième phase : ce projet ayant reçu le soutien de l’ambassade du Brésil qui a prévu une mission d’étude pour des activités qui permettront aux artistes et artisans de créer des parures cérémonielles pour des divinités du Brésil et du Bénin. Enfin la quatrième et dernière étape du projet consistera à restituer à la population tout le travail qui a été fait ; ceci lors d’un festival de danses, de musiques traditionnelles, des films et théâtres. Aux termes de cet atelier, un comité de suivi du projet a été mis sur place, avec pour président d’honneur le maire d’Agbangnizoun et Agnès Bogacki, directrice du comité.
La reine Agontimè, épouse du roi Agonglo était très connue au royaume de Danxomè. Selon l’histoire, elle a été une figure emblématique de la résistance en tant que prêtresse et a institué le culte des ancêtres royaux de Danxomè au Brésil. La reine a donc fait l’objet de recherches des chercheurs et littéraires qui ont retracé sa vie dans de nombreux ouvrages.

Laisser un commentaire

Top