Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Inauguration du globe ‘’Un monde plus juste’’ : Les enfants fondent la paix sur le respect de leurs droits

Inauguration du globe ‘’Un monde plus juste’’ : Les enfants fondent la paix sur le respect de leurs droits

Il a été inauguré au Village d’enfants Sos d’Abomey-Calavi le vendredi 8 février, un globe dénommé ‘’Un monde plus juste’’. Une initiative de l’association ‘’Enfants du monde’’ et de la Compagnie Zappar en collaboration avec le groupe Gangbé Brass Band et l’Ecole secondaire des métiers d’art (Esma) du Village d’enfants Sos.

Par Sêmèvo B. AGBON

La coque d’un grand globe terrestre habillée par des photos d’environ 7 200 enfants recueillies de par le monde. Chaque enfant sur la photo fait un geste à travers lequel il exprime un message relatif à ses droits. Par ce joyau dénommé ‘’Globe, un monde plus juste’’ l’idée, a précisé Yannick Cochand le promoteur, c’est de promouvoir de manière générale les droits des enfants. « L’association ‘’Enfant du monde’’ nous a demandé de réaliser une œuvre qui représente la parole des enfants. C’est pour cela que nous avons créé ce globe sur lequel 7 200 enfants se sont mis en scène pour illustrer chacun un droit. Certains ont décidé de représenter le droit d’aller à l’école et se sont laissés prendre en photo avec un sac à dos ou un cahier dans la main, d’autres le droit à la santé et se sont fait prendre en photo avec un bandage, etc. Chaque enfant a essayé de montrer un message », a-t-il expliqué. Ont participé à ce projet, sept pays à savoir : la Suisse, la France, le Burkina-Faso, le Bénin, Haïti, la Palestine et le Guatemala. Ils prônent en commun une planète dans laquelle les droits de l’enfant sont respectés. « C’est pour cela que nous avons choisi de coller les droits de l’enfant sur l’image de la planète ou même que ce soit les droits de l’enfant qui dessinent les continents, comme si les droits de l’enfant sont le socle pour que le monde aille mieux », a ajouté Yannick Cochand.

Au Bénin, 1200 élèves d’Abomey-Calavi et de Cotonou ont participé au projet et ont donc leurs photos sur le globe. Leur mobilisation a été assurée par les musiciens du groupe Gangbé Brass Bande. Selon Dehoumon Athanase, membre dudit groupe, tout est parti de leur rencontre avec Yannick Cochand en Suisse : « Il nous a parlé de ce projet qui consiste à faire le tour de plusieurs écoles pour permettre aux enfants de défendre leurs droits, de dire ce dont ils ont besoin pour leur épanouissement, tant à la maison, à l’école que dans la société. C’est ainsi qu’on a sélectionné certaines écoles dans le Littoral et dans l’Atlantique. La participation de Gangbé c’est de mobiliser ces enfants et en même temps jouer à chaque inauguration. C’est ainsi qu’on a joué à Genève au mois de juillet 2018 ».

Le Globe est composé de trois pieds conçus par Hugo, un plasticien Suisse à base de trois châssis de vélo. « Il les a mis ensemble pour soutenir le globe et par-delà soutenir les enfants qui veulent qu’on les aide à défendre leurs droits », a-t-il renseigné. Avant d’être définitivement installé dans la cour de l’Esma du Village d’enfants Sos, le globe inauguré fera le tour (une journée) de chacune des écoles ayant participé au projet. En vue d’immortaliser le projet, le groupe Gangbé Brass Bande a initié le ‘’Nokoué Jazz festival’’ qui a démarré le samedi 9 février à Sô-Ava pour « permettre aux populations lacustres de voir différents artistes défiler dont des artistes Suisses », a justifié Dehoumon Athanase.

Cette année la ‘’Convention des droits de l’enfant’’ a 30 ans, a rappelé Yannick Cochand. Ce texte, a-t-il soutenu, est la preuve que les enfants sont considérés comme de petits adultes, et donc leurs avis comptes.

Laisser un commentaire

Top