Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Inhumation du magistrat Marc Dadaglo : Hommages à un serviteur dévoué

Inhumation du magistrat Marc Dadaglo : Hommages à un serviteur dévoué

Le désormais ancien président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab), Marc Dadaglo a été inhumé le samedi 15 août dernier à Bohicon. La veille, la famille judiciaire a rendu hommage à ce ‹‹serviteur qui alliait zèle et bravoure ››. La cérémonie qui s’est déroulée à la Cour de Cotonou a connu la présence de plusieurs personnalités du monde judiciaire dont le président de la Cour constitutionnelle Joseph Djogbénou.

Par Raymond FALADE

Précédemment président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab), Marc Dadaglo est décédé le vendredi 5 juin dans sa 57e années des suites d’une longue maladie. Dans son discours d’adieu à ce magistrat hors pair, Timothée A. Yabit directeur adjoint de cabinet du Ministre de la Justice et de la Législation a regretté le départ d’un ‹‹serviteur qui alliait zèle et bravoure››. Pour lui, Marc Dadaglo n’est pas mort. Il se repose d’un travail acharné. Deen Ibrahim, vice président de l’Unamab ajoutera à son tour, que Marc Dadaglo est caractérisé par l’abnégation, don de soi et le partage. ‹‹Il est parti avec courage et humilité. Mais cette disparition a ébranlé nos armes et nos cœurs>>, a-t-il regretté avant d’inviter la famille à sécher les larmes. Le représentant des syndicats de la justice a quant à lui rendu un hommage solennel à celui là qu’il a appelé ‹‹une victime du devoir››. Au tant de mots pour qualifier un homme qui a servi son pays avec loyauté toute sa carrière. Le représentant du syndicat a conclu son intervention par des mots du psalmiste. ‹‹Sauve, Yahweh! car les hommes pieux s’en vont, les fidèles disparaissent d’entre les enfants des hommes››. Selon le président de la chambre des huissiers du Bénin, Me Marcelin Zossoungbo, représentant les différentes chambres, ce n’est pas la longueur d’une vie qui compte mais sa qualité. ‹‹C’était un juge compétent. Je nous invite à garder son sourire et son optimisme››, a-t-il exhorté.
Quant à sa fille, qui a emboîté les pas de son père, en embrassant la formation à la faculté de droit, c’est par une chanson qu’elle a rendu un hommage mérité à son géniteur.
Il faut rappeler que le président de la Cour constitutionnelle et ses pairs, les juges de la Cour suprême, de la Haute cour de justice, et autres acteurs du secteur justice ont pris part à cette cérémonie d’hommage.

Laisser un commentaire

Top