Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Insalubrité à Zongo : La Sgds multiplie le nettoyage et la sensibilisation

Insalubrité à Zongo : La Sgds multiplie le nettoyage et la sensibilisation

Le quartier Zongo dans le 5è arrondissement de Cotonou est dans l’insalubrité totale. Malgré les efforts de la Société de gestion des déchets et de la salubrité du Bénin (Sgds Sa) pour l’assainissement et la salubrité de la zone, des déchets de tout genre polluent toujours les rues. Le samedi 21 mai, les opérateurs de la Société sont descendus à nouveau sur le terrain pour une journée de marche de nettoyage des avaloirs, trottoirs, terres pleins centraux, chaussée suivie de sensibilisation des riverains et usagers du quartier.

Par Raymond FALADE

Cette journée de marche de nettoyage et de sensibilisation a été conduite par les superviseurs de la Société de gestion des déchets et de la salubrité du Bénin (Sgds Sa). De la Mosquée Zongo au carrefour de la bourse de travail, les Pme, les animateurs territoriaux et les superviseurs de la Société de gestion des déchets et de la salubrité du Bénin (Sgds-Sa), outre la sensibilisation ont assuré également les travaux de balayage des rues, de désherbage et de piquetage. ‹‹Nous avons essayé de rendre un peu plus propre les rues, parler avec les usagers, les commerçants surtout ceux qui sont installés au bord de la voie, leur dire les bienfaits d’un cadre de vie propre, les bienfaits d’avoir une poubelle et de ne pas jeter les ordures parterre›› a expliqué Julienne Bamehossou, superviseur à la Sgds. ‹‹Le quartier était très très sale. Pourtant, les opérateurs de la Sgds passent tous les jours pour balayer, pour ramasser les déchets mais malgré ça, c’est à croire que rien n’est fait›› s’est-elle désolée.

LIRE AUSSI : Gestion des déchets dans les zones de bas-fond : La Sgds et Sterna Africa Bénin en campagne à Fidjrossè Djèbou

L’insalubrité à Zongo ne date plus d’aujourd’hui. Pour venir à bout du phénomène, les animateurs territoriaux de la Sgds travaillent de commun accord avec les superviseurs de la société afin de mieux sensibiliser les populations de la localité.

Malheureusement, le problème persiste se désole Modeste Dossa, animateur territorial. La répétition étant pétagogique, il estime que la sensibilisation doit continuer car, ‹‹quand on parle de changement de comportement, nous ne pouvons pas l’obtenir du jour au lendemain››. Raison pour laquelle a-t-il ajouté, ‹‹nous sommes sur le terrain pour faire et parler. Parler c’est théorique mais faire, c’est pour montrer l’exemple pour que les populations puissent suivre après››.


Pour Samson Otchoumaré, superviseur du lot dans lequel se trouve Zongo, les causes de l’insalubrité dans le quartier sont de plusieurs ordres. En effet, Zongo est une zone très sensible. Il comporte plusieurs centres commerciaux dont les activités principales produisent assez de déchets. A l’en croire, les propriétaires de ces boutiques n’ont pas l’habitude de déposer les ordures dans les poubelles. Conséquence, les déchets de tout genre se retrouvent dans la nature et un peu partout dans les rues. Comme solution, Paulin Djihoumeto, un autre superviseur suggère que l’Etat commence par sanctionner. La stratégie qu’il propose consiste à prendre la photo de ceux qui rejettent les ordures dans la nature ‹‹et leur montrer cela après en leur disant si vous continuez comme cela, c’est la police qui viendra vous chercher››. Pour lui, cette méthode permettra de pallier le problème de l’insalubrité pour lequel le quartier Zongo est reconnu.

 

LIRE AUSSI : Pierre Dossa, activiste environnemental sur la radio allemande DW : ‹‹La nouvelle loi sur l’hygiène publique au Bénin est bien équipée››

Après plus de deux heures d’intense activité de nettoyage et de sensibilisation, les organisateurs se disent satisfaits. Pour Pierre Dossa superviseur à la Sgds, le message est passé. Il a fait savoir que la Sgds multipliera des activités de sensibilisation dans la zone.

Bientôt a-t-il rassuré, Zongo changera de visage pour le bonheur de ses riverains et usagers. Mais cela ne saurait être possible sans l’accompagnement et la volonté des populations elles-mêmes. C’est pourquoi, il les a invitées à prendre soin de leur environnement immédiat en mettant en pratique les techniques que la Sgds partagent avec elles.

Laisser un commentaire

Top