Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Insécurité : Une collision mortelle met à nu un véhicule rempli de cartouches

Insécurité : Une collision mortelle met à nu un véhicule rempli de cartouches

A quelque chose malheur est bon. Ce proverbe a encore tout son sens au Bénin où la fouille d’un minibus entré en collision avec un bus en stationnement sur le tronçon Savalou-Bantè, a permis de découvrir qu’au-delà de 56 sacs de jute imbibés d’huile, il est rempli de cartons de munitions de calibre 12 soigneusement emballés.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

C’est le Procureur spécial près la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), Elomn Mario Mètonou qui a fait une Déclaration de presse, samedi 1er mai pour informer l’opinion publique et internationale à ce sujet. L’accident, a-t-il indiqué, s’est produit vendredi 30 avril aux environs de 5h du matin, à hauteur du village Agbon dans l’arrondissement de Atokolibé, commune de Bantè. Au total, les 56 sacs de jute imbibés d’huile comportent soixante-dix mille (70 000) cartouches de calibre 12. « Tout porte à croire que le marquage des sacs à l’huile rouge est destiné à tromper la vigilance des forces de défense et de sécurité », a déduit le procureur. Et de préciser que des quatre passagers à bord, trois ont succombé. « Le seul rescapé de l’accident dit répondre au nom de Kankalala Aziz, de nationalité togolaise, il réside à Aledjo au Togo. De ses premières déclarations, il ressort qu’il a l’habitude d’aider le conducteur du minibus, également de nationalité togolaise à décharger ses marchandises. Cette fois-ci, il aurait été sollicité la veille aux environs de 20 heures à Aoro, village situé sur l’axe routier Bassila-Bantè pour aider à décharger la cargaison à Gouka et à Akpassi dans la commune de Bantè. Il précise qu’au moment où il prenait place à bord du véhicule, s’y trouvaient déjà deux individus en plus du conducteur », relate Mario Mètonou.

Plan de déstabilisation ?

Une enquête est ouverte « en vue d’établir l’origine précise de la cargaison, le lieu de son chargement, le ou les expéditeurs, le ou les destinataires, leurs motivations réelles ainsi que l’usage auquel la cargaison est destinée », a annoncé Mètonou.

Mais « ces faits interviennent dans un contexte où plusieurs actes de violence, d’attaque et d’agression ont été planifiés pour empêcher l’élection présidentielle du 11 avril 2021. Certains de ces actes ont malheureusement été mis à exécution et ont engendré de nombreux blessés graves au sein des forces de défense et de sécurité de notre pays dont certains ont été atteints par des balles de calibre 12 et d’armes de guerre dans les localités de Bantè, Gouka, Akpassi, Savè, Papane, Tchaourou, Parakou pour ne citer que celles-là. »

Au regard de ce contexte, faut-il voir la main des opposants qui ont lancé la campagne « 5 ans c’est 5 ans » et qui ont affiché leur détermination à faire tomber le régime en place qu’ils jugent autocratique ? S’agit-il d’une tentative (avortée) de ravitaillement des chasseurs en munitions en vue du lancement imminent d’une nouvelle attaque ? Autant de préoccupations que suscite cet incident. Seule les enquêtes, la justice pourra démêler.

Laisser un commentaire

Top