Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Installation des Comités d’hygiène et de sécurité : Les agents de la Sbee plus que protégés

Installation des Comités d’hygiène et de sécurité : Les agents de la Sbee plus que protégés

La Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) veut prémunir ses agents contre les risques d’accidents ou de décès au travail. Cette mission est désormais confiée aux Comités d’hygiène et de sécurité (Chs) qui ont été installés, mardi 9 avril, à l’Infosec de Cotonou avec le soutien du Mca Bénin 2.

Par Sêmèvo B. AGBON

Le Bureau international du travail (Bit) dénombre par an, des milliers de cas de décès et d’accidents au travail, a rapporté Jean Trinou, chef service santé au travail. A la Sbee, la situation n’est pas reluisante. Le Dg Laurent Tossou a parlé par exemple de 30 cas d’accidents à la Direction des ressources humaines en 2018. Les agents de la Sbee encourent souvent, en effet, des risques d’électrisation ou de chute en hauteur. Des statistiques alarmantes donc qui montrent combien il est important que les Comités d’hygiène et de sécurité (Chs) existent dans les entreprises. « Surtout dans le contexte actuel où notre société est en pleine réforme pour faire face aux exigences du marché mondial en termes de productivité, réactivité et de qualité qui se radicalisent et se généralisent de plus en plus pour une approche de sécurité et de santé au travail », a soutenu Laurent Tossou. Sinon, bonjour les répercussions sur la compétitivité de l’entreprise. « Sur le plan économique, elles représentent 4% du produit intérieur brut mondial. Soit 2 800 milliards de dollars US serait perdu chaque année pour couvrir le temps de travail perdu ». A défaut donc d’éradiquer ces accidents ou décès, ils seront tout au moins réduits au maximum, espère le Dg Sbee pour plus de compétitivité de la société.

« L’Homme au travail est le capital le plus précieux et le plus fragile qu’il faut préserver des accidents dont le coût de traitement est onéreux », a souligné Jean Trinou. Dans sa communication sur les missions des Comités d’hygiène et de sécurité (Chs), il a indiqué qu’il leur revient désormais, entre autres d’élaborer les conditions d’hygiène et de santé au travail, de veiller ainsi à la protection et à la sécurité des travailleurs et d’enquêter en cas d’accidents graves au travail.

En installant les Chs, le Bénin se met ainsi en règle, selon Jean-Claude Gbodogbé, secrétaire général du Ministère de l’Énergie représentant le ministre. « Si un pays veut se développer, il lui faut des ressources humaines de qualité mais également en bonne santé, qui se sentent en sécurité à leur lieu de travail. Cela est d’autant plus important dans ce secteur vital et précieux qu’est l’Énergie. Il n’est pas rare que les agents dans l’exercice de leur travail meurent par électrocution sur des poteaux et bien d’autres cas. » Il a donc exhorté les membres des Chs à la volonté et la promptitude afin d’assumer sans faille cette sensible responsabilité à eux confiée.

L’installation des Chs a été fortement soutenue par les syndicats de la Sbee et le Centre national de sécurité social (Cnss). Ils ont promis jouer leur partition pour que le but visé, à savoir la réduction des risques d’accident de travail à la Sbee soit pleinement atteint.

 

 

 

Laisser un commentaire

Top