Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Interdiction des tôles ondulées galvanisées non laquées : Les raisons scientifiques qui justifient la mesure

Interdiction des tôles ondulées galvanisées non laquées : Les raisons scientifiques qui justifient la mesure

12 mois. Tel est le moratoire que le gouvernement a fixé pour finir avec les tôles ondulées galvanisées non laquées au Bénin. C’est à travers un projet de décret portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de l’utilisation des feuilles de tôles ondulées galvanisées, en République du Bénin adopté projet en conseil des ministres du mercredi 22 mai. Les spécialistes y trouvent une décision salutaire au regard des inconvénients desdites tôles.

Par Sêmèvo B. AGBON

Il est reproché en effet aux tôles ondulées galvanisées non laquées, des nuisances sonores lors des pluies, donc leur caractère bruyant. Aussi, sont-elles vulnérables à la corrosion par l’électrolyse et par l’air salin. Elles sont difficile entretien puisque nécessitant un renouvèlement fréquent. Par ailleurs, leur isolation thermique nulle vis-à-vis de la chaleur et du froid, ce qui exige un faux plafond isolant, ajouté à leur consommation d’énergie constituent également des arguments qui confortent l’interdiction du gouvernement. Enfin, es tôles ondulées galvanisées non laquées sont aussi sujette à des problèmes de condensation, inesthétique du fait de leur couleur grise et leur corrosion rapide (préjudice à l’esthétique urbaine). Le relevé du conseil des ministres rapportent aussi que selon les spécialistes, les tôles galvanisées non laquées utilisées pour la toiture des habitations, en reflétant les rayons solaires, causent de réelles nuisances aux yeux.
Sont donc désormais recommandées, les tôles teintées ou peintes à la fabrication. En dehors des avantages évidents pour la santé, elles contribuent à l’attractivité et à l’esthétique de l’habitat, soutient le pouvoir. En matière financière, les consommateurs n’ont rien à craindre Car, les tôles interdites coûtent, en réalité plus chères quand on intègre leur entretien et surtout leur renouvellement, qui intervient souvent plus vite que celui des tôles teintées ou peintes à la fabrication. Les tôles ordinaires d’épaisseur 0’17 mm coûtent 47 000 f le paquet de 20, et celles laquées à 50 000 F. Il y a donc pratiquement pas de différence.
Soulignons que pendant les douze mois du moratoire, les tôles interdites peuvent être utilisées notamment comme clôtures précaires de chantiers.

Laisser un commentaire

Top