Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Jubilé d’or de Victorin P. Fèliho dit Da Kinho : Les vertus d’un laïc engagé célébrées

Jubilé d’or de Victorin P. Fèliho dit Da Kinho : Les vertus d’un laïc engagé célébrées

Le 10 avril 1969, Victorin P. Fèliho dit Da Kinho s’en allait pour la demeure éternelle. 50 ans après, sa descendance a décidé, avec les bénédictions de l’Église Catholique, de faire mémoire des valeurs qui ont ennoblit sa vie. L’annonce a été faite, mercredi 3 avril, lors d’une conférence de presse à la salle de communication de la paroisse Saint Michel de Cotonou.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Dans un monde en crise de valeurs, célébrer les modèles pour les offrir en exemple à suivre est un acte d’importance. C’est ce que soutient la descendance de feu Victorin P. Fèliho dit Da Kinho. Selon Albin Fèliho, commissaire général du comité d’organisation du jubilé d’or, leur grand père est un « être peu commun qui mérite d’être célébré, révélé sur le plan national et international ». Il a, pour se justifier, révéler ce qu’il a été notamment sur les plans religieux, politique et économique. Selon son témoignage en effet, feu Victorin P. Fèliho a été un fidèle Catholique très engagé dans la foi et pour l’évangélisation. Ce qui lui a valu la distinction papale ‘’bene merenti’’ à lui décernée par le Pape Pie XII, qui l’a même reçu au Vatican. « Il est l’un des rares Africains à bénéficier de cette distinction au nom de son engagement pour la foi, sa très grosse responsabilité dans l’évangélisation et surtout sa grande mobilisation financière pour l’Église ». Les confidences de Dah Djèhoué, successeur du regretté, indiquent qu’il est donateur sans tapage, titre foncier à l’appui, des parcelles qui abritent aujourd’hui, entre autres, les prestigieuses paroisses Saint Michel et Notre Dame de Cotonou. Sur le plan politique, l’homme a été un ancien délégué au gouvernement général à Dakar, ancien conseiller territorial et communal à Abomey. Négociant-propriétaire, il a été aussi chevalier de la légion d’honneur et officier de mérite social. Sur le plan économie, commercial enfin, « les résultats de sa démarche commerciale font de lui un homme d’affaire riche de façon proverbiale », à en croire le professeur titulaire d’histoire, Félix Iroko, cité par Albin Fèliho. « Il nous a légué un gros héritage à savoir : la générosité, l’honnêteté, l’esprit de partage, l’amour du prochain, la crainte de Dieu. Une importante partie de ses ressources était destinée aux autres. En 1945, une terrible famine secoua le Dahomey. Le vieux avait fait venir du Brésil, des conteneurs de maïs pour soulager la population », a appuyé Dah Djèhoué, son successeur. « Voilà pourquoi il est important de le révéler à ses enfants, ses petits-enfants et même à la communauté nationale et internationale pour que nous en tirons des enseignements », a conclu les organisateurs.

Son cinquantenaire servira d’occasion de promotion de nos valeurs endogènes. En réalité, le top des manifestations a été déjà donné le 13 janvier dernier à Dilly, un quartier d’Abomey où vivent encore 7 des 22 personnes qui ont reçu le Christ par la foi agissante du grand père, a précisé Albin Fèliho. Les événements se poursuivront en août 2019 du fait des élections législatives en cours. La plupart des manifestations se dérouleront dans la capitale historique, Abomey les 23, 24 et 25 août. Le commissaire général du comité d’organisation a renseigné qu’elles comportent notamment un volet intellectuel -c’est-à-dire une conférence-débat, vendredi 23 août, animée par des universitaires sur la vie du grand père- un circuit touristique, une colonie de vacance, des jeux, des veillées de chants et de danse, un concours de la meilleure chanson dédiée au défunt et un dîner de gala. Pour l’immortaliser, un buste de lui sera béni le dimanche 25 août et installé sur la paroisse Saint Michel. Le clergé a également fait la promesse de baptiser une salle en son nom. Le dimanche 10 novembre, une messe à Cotonou marquera la fin du jubilé d’or. Mais avant, le 10 avril prochain, date d’anniversaire de décès, une messe est également prévue.

On estime aujourd’hui à 120 membres le potentiel de la descendance de feu Victorin P. Fèliho. Un pagne à son effigie est retenu pour rehausser les festivités de ce cinquantenaire qui, estime-t-on, permettra par ailleurs de constituer des pôles de compétences des membres de sa descendance au Bénin et dans le monde.

Laisser un commentaire

Top