Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Projet « Wassexo kplonnou » : Katoulati associe l’art à l’atteinte des Odd

Projet « Wassexo kplonnou » : Katoulati associe l’art à l’atteinte des Odd

Katoulati

Depuis le 1er octobre 2022, l’association socioculturelle Katoulati met en œuvre le projet « Wassexo kplonnou » ou « Contons les Odd ». Il s’achève en septembre 2023. L’objectif global, c’est d’éduquer et sensibiliser par l’art sur les Objectifs de développement durables (Odd) les populations éloignées des milieux élitistes.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

 

L’initiative du projet « Wassexo kplonnou » ou « Contons les Odd » vient d’un constat. « Dans les grandes villes il y a des communautés qui ne savent pas grand-chose des Odd », a dévoilé Patrice Toton, président du conseil d’administration de l’association Katoulati. « Même à Cotonou‚ dans nos universités, sans rabaisser qui que ce soit, il y a en a qui ont besoin d’en apprendre sur les Odd », insiste-t-il.

Il s’agit donc de sensibiliser les citoyens éloignés des connaissances et savoir-faire relatifs aux Odd dont cinq sont retenus, à savoir les Odd 4 ; 5 ; 13 ; 14 et 15. L’association va exécuter le projet dans sept (7) communes où elle a d’ancrage. Ce sont Cotonou, Abomey-Calavi, Bohicon, Glazoué, Savè, Parakou et Natitingou.

L’association Katoulati compte atteindre au moins 7000 jeunes des établissements, des universités et des orphelinats de ces communes et les amener ainsi, à saisir « la nécessité d’agir pour une planète et une humanité plus durable ». Dans l’ignorance‚ observe Patrice Toton‚ ils commettent des actes qui contribuent ou non aux Odd.
Les agents sensibilisateurs des cibles, ce seront les artistes. Le projet a prévu de former pour la cause, dix conteurs.euses et slameurs sur des thématiques liées aux Odd. À leur tour, ils vont produire de courts textes.

La formation prend en compte notamment l’art oratoire, le conte et les techniques d’animation. Cinq (5) masterclass sont également au programme ainsi que deux ateliers consacrés aux techniques d’art oratoire‚ d’animation‚ et d’écriture de textes courts.

LIRE AUSSIRazak Oba, président de l’Apodd : « Le Bénin est un bon élève en matière de mise en oeuvre des Odd »

« Dans plusieurs pays, de nombreux artistes ignorent beaucoup de ce qu’est un Odd. Cela nous a dopé et motivé à écrire ce projet pour permettre à dix artistes du Bénin de maîtriser 5 Odd, de se les approprier et de créer des spectacles de sensibilisation », a précisé Patrice Toton. Que ce soit les enfants des orphelinats, les jeunes et étudiants, « les artistes iront à leur rencontre et parleront avec eux des Odd ».

L’association Katoulati compte constituer à la fin, une banque de 30 textes courts (contes, slam, chants) et créer cinq (05) spectacles de contes chantés slamés. Ils sont destinés à être représentés 140 fois dans les 7 communes retenues. Une quinzaine de ces contes sera enregistrée en podcast, mise ligne sur les pages sociales de l’association, puis diffusée sur 4 radios communautaires, a détaillé Patrice Toton.
Ce faisant, le projet offre de la visibilité aux artistes bénéficiaires.

Programme Awa

Le projet « Wassexo kplonnou » ou « Contons les Odd » a été sélectionné et financé dans le cadre du troisième appel du programme Acp-Ue culture (Afrique de l’Ouest)- Awa porté par le consortium Institut français (de Paris – France), chef de file et son partenaire co-demandeur le Centre Culturel Kôrè (de Ségou – Mali).

Le programme Awa vise un double objectif : soutenir la dynamisation de la compétitivité des industries culturelles et créatives (Icc) tout le long de la chaîne de valeurs (création, production et diffusion) dans les 16 pays d’Afrique de l’Ouest et contribuer à appuyer le développement de l’économie numérique en Afrique de l’Ouest en accompagnant les acteurs des Icc dans leur transition numérique.

Trois autres projets du Bénin ont été également retenus pour bénéficier du financement du troisième appel du programme Awa.

Créée en 2009, l’association Katoulati a pour vision de rester leader du secteur des arts de l’oralité au Bénin et de contribuer à sa structuration.

Laisser un commentaire

Top