Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Lutte contre le contournement des postes douaniers : Des boissons de contrebande saisies à Djègbadji (Plus possible de s’échapper, jure Marcelin Laourou)

Lutte contre le contournement des postes douaniers : Des boissons de contrebande saisies à Djègbadji (Plus possible de s’échapper, jure Marcelin Laourou)

Plus de paix aux opérateurs économiques moulés dans le contournement des postes de contrôle douaniers. Sous le leadership du commandant Marcelin Laourou et en synergie d’action avec la Police républicaine, le Service d’intervention rapide de l’Atlantique-Littoral a saisi une grande quantité de boissons qui ont été présentées à la presse, mardi 9 avril à Djègbadji, Ouidah.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Des boissons alcoolisées, du vin, du sirop… Au total 406 cartons et 33 bouteilles de boissons en passe d’être déchargés sur le marché sans avoir pris par des postes douaniers. Sur ces marchandises, l’État devrait percevoir environ 4 millions de taxes, à en croire le patron du Service d’intervention rapide de l’Atlantique-Littoral, Commandant Marcelin Laourou. Il a donc déduit que la contrebande est une menace pour l’économie béninoise essentiellement fiscale. Toute chose qui explique la garde que monte la Douane, soutenue heureusement par les policiers républicains, pour traquer et éradiquer le phénomène. « Ce sont des gens qui ont acheté des produits qui devraient faire objet de formalités douanières. Mais ils ont préféré contourner le poste de douane. Ils pensaient que la plage était libre et ils pouvaient décharger les produits comme ils voulaient. Malheureusement pour eux ils se sont heurtés aux collègues de la Police républicaine. Les produits ont été confisqués et les intéressés ont fui », a-t-il détaillé pour dénoncer ce mode opératoire. « Désormais, avec l’aide de la Police républicaine, ils peuvent passer sous l’eau, dans le feu, ils peuvent passer partout, on va mettre la main sur eux », a juré Marcelin Laourou.

Selon lui, les réformes en cours ne sauraient justifier ce comportement. « Il y a certes des réformes en cours mais elles sont accompagnées de mesures atténuantes. Il y a beaucoup de produits que le gouvernement a accepté mettre à la consommation par le biais de la valeur consensuelle. Ce n’est plus la peine de contourner la douane. Il vaut mieux venir remplir les formalités pour bénéficier des situations atténuantes », a-t-il conseillé. Il est donc plus bénéfique pour les auteurs de se rendre à la douane, a-t-il insisté. A titre illustratif, il a fait observer que pour ces 406 cartons de boissons frauduleusement déversés sur la plage, l’intéressé allait payer environ 4 millions Fcfa de taxes. Mais si on doit lui appliquer maintenant la sanction, il va payer près de 40 millions Fcfa. Et ce n’est pas tout. Le Code douanier est très sévère. Il prévoit en plus une action en justice. Dans le cas d’espèce, le procureur de la république est déjà saisi, a ajouté Laourou. « Le Code prévoit que quand on fait un PV de douane nous devons le transmettre au procureur de la république. Il y a des peines d’emprisonnement allant de 2 à 5 ans. Nos actions ne vont pas se limiter aux paiements des amendes. Il est donc temps pour les fraudeurs de se convertir », a-t-il exhorté. Les boissons saisies ont été convoyées hier vers Cotonou pour être domiciliées à la recette du Port.

Fréquentes sont les manœuvres frauduleuses au Bénin. Les opérateurs économiques essaient de tromper la vigilance des douanes par diverses stratégies : soit saucissonner les boissons alcoolisées dans les véhicules de tourisme spécialement aménagés pour la fraude pour se soustraire au paiement des droits et taxes de douanes, soit prendre par l’eau et décharger les marchandises sur les plages que des tricycles viennent acheminer vers les magasins. Mais il est temps pour eux de renoncer. Le Commandant Marcelin Laourou a en tout cas affiché toute la détermination de ses éléments à discipliner les récidivistes ou tout citoyen qui opterait encore pour des itinéraires afin d’échapper au dédouanement. La douane est en alerte et dispose de réseau de renseignement assez sophistiqués pour remporter cette bataille au nom de l’économie béninoise.

 

 

Laisser un commentaire

Top