Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Mali : Mort du « soldat de la démocratie »

Mali : Mort du « soldat de la démocratie »

L’ancien président du Mali Amadou Toumani Touré est mort. Surnommé ‹‹le soldat de la démocratie›› l’homme qui est appelé affectueusement  ATT s’est éteint tôt mardi 10 novembre suite à une crise cardiaque selon les médias maliens citant des sources proches de la famille.

Par R. F.

Amadou Toumani Touré (ATT) est décédé aux environs de 2 heures du matin à Istanbul en Turquie à l’âge de 72 ans. Né le 4 novembre 1948 à Mopti, ATT, après une brève carrière d’instituteur, change radicalement de métier et intègre les rangs de l’armée malienne.

En mars 1991, après des manifestations populaires, il a participé, à la tête des commandos parachutistes, au coup d’Etat contre Moussa Traoré. Il a pris à cet effet,  la présidence du Comité de transition pour le salut du peuple et assuré les fonctions de chef de l’Etat pendant la transition démocratique. Du 29 juillet au 12 août 1991, il organise la Conférence nationale puis des élections législatives et présidentielle en 1992. A l’issue de ces élections, il remet le pouvoir au nouveau président élu, Alpha Oumar Konaré.

D’où, le surnom « soldat de la démocratie ». Il fut nommé ensuite par le nouveau président au grade de général pour le remercier des « services rendus à la nation ».

Le 1er septembre 2001, il démissionne de l’armée et décide de se présenter à l’élection présidentielle de 2002 comme candidat indépendant, soutenu toutefois par une organisation de la société civile « le Mouvement citoyen » que ses partisans ont créé et animé.

Il est élu président de la République le 12 mai 2002 avec 64,35 % des voix au second tour contre 35,65 % pour Soumaïla Cissé. Il est réélu pour un deuxième mandat le 29 avril 2007 dès le premier tour avec 71,20% des voix contre 19,15% obtenus par son principal adversaire de l’époque, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

Dans la nuit du 21 au 22 mars 2012, un peu plus de deux mois avant la fin de son mandat, ATT est renversé par un coup d’Etat. Les mutins du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat, dirigé par le capitaine Amadou Sanogo, dénoncent la gestion du conflit au nord du pays entre l’armée et la rébellion touareg.

Suite à ce coup d’Etat, la Cedeao engage une série d’actions afin de rétablir l’ordre constitutionnel. ATT accepte toutefois de démissionner officiellement de ses fonctions de président de la République du Mali le 8 avril 2012, et s’exile à Dakar (Sénégal) jusqu’au 24 décembre 2017 où il retourne définitivement au pays.

Laisser un commentaire

Top