Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Malick Gomina : Le choix du développement à la base

Malick Gomina : Le choix du développement à la base

Qui d’autre à part lui peut occuper l’hôtel de ville de Djougou ? Le docteur Malick Gomina a été valablement désigné, lundi 8 juin 2020 pour présider aux destinées de la commune pour les six prochaines années. Une chance pour le développement de cette commune pour laquelle il s’est toujours investi.

Par Sêmèvo B. AGBON

Bon casting pour le parti du cheval cabré à Djougou. La formation dirigée par Abdoulaye Bio Tchané n’a fait que confier les rênes de cette commune à celui que le peuple a clairement choisi. Tout autre sacre ne serait qu’un coup d’Etat flagrant et honteux contre le détenteur de la souveraineté. Il y a bien longtemps, en effet, que les populations réclament le docteur Gomina, comme un élu et représentant de taille. Elles ont manqué la première occasion en 2019 avec le non positionnement du brillant journaliste dans la course pour les législatives. La seconde occasion a été la bonne le dimanche 17 mai 2020.

Pour l’essor de Djougou en particulier et du Bénin entier, Malick Gomina a commencé à montrer de l’intérêt depuis longtemps. Ses actions humanitaire et sociale remontent à bien avant son engagement politique. Dépouillées de toute propagande, elles sont très reconnues des populations du département de la Donga. Il a à son actif plusieurs actions qui améliorent le quotidien combien précaire de plusieurs familles : enveloppe financière aux apprenants de Djougou candidats aux examens du BEPC et du BAC, don de tables et bancs au Ceg 1 de Djougou, etc. Lors de sa descente dans l’arène politique, samedi 27 octobre 2019 son visage et son discours ont exhalé le même engagement pour le développement de la commune. « Nous sommes donc prêts à accompagner le mouvement et cela de toutes nos forces. Mais vous savez comme dans un couple, le bénéfice doit être réciproque sinon c’est le juge qui succède au maire pour détricoter l’alliance scellée » « Djougou est la troisième commune du Benin en matière de populations. Nos populations frémissent quand elles apprennent que cette troisième commune ne bénéficiera pas d’un mètre linéaire du grand projet d’asphaltage. Nous sommes obligés de leur dire à chaque fois que ce qui est publié ne concerne que la première phase et que la seconde phase ne peut raisonnablement pas nous oublier. Donc dites au président de la République de corriger cette injustice. Dites-lui aussi que nous attendons la compensation de la délocalisation de notre centre universitaire. Dites-lui que lorsque nos populations découvrent que le projet de construction des villas économiques n’a prévu que 200 villas à Djougou alors que la commune sœur de Parakou obtient plus de mille, et l’agglomération Abomey-Calavi-Bohicon plus de 700. Elles se demandent si leurs enfants que nous sommes ne sont pas rentrés dans un deal pour comploter contre la commune ? », s’interrogeait-il au profit de sa commune lors du géant meeting en présence de Bio Tchané et l’honorable Walis Zoumarou. De plus, Gomina a une maîtrise poussée des défis à relever. L’un d’eux qu’il évoque souvent ce sont les investissements à Djougou pour retenir les jeunes qui prennent le chemin périlleux de l’exil pour se retrouver réduits en esclaves en Lybie. Pour cela, il est impérieux, rappelle-t-il d’habitude, que la génération actuelle transcende les querelles politiques pour travailler à la création d’emplois.

« Nous avons entendu les battements des cœurs des populations et par rapport à cela nous estimons que nous venons pour apporter notre contribution au développement du pays donc notre engagement c’est pour le pays, c’est au pays nous devons allégeance », a-t-il déclaré après sa désignation comme maire. Ces mots illustrent la constance dans l’engagement du nouvel édile. Une valeur que renforce son sens d’écoute. « Le tout premier chantier que nous avons, c’est de nous revoir, aller à l’écoute des populations dans les arrondissements, écouter leurs doléances et leurs dires que nous venons en cours de chemin ».

Djougou n’a donc plus de doute sur son développement dont les clés se trouvent dans les mains d’un averti. Toutefois, avec sa désignation, Malick Gomina fera sans doute un sacrifice. A savoir, aller au-delà de sa passion des œuvres de développement en se mettant désormais entièrement à disposition. Et cela peut bien lui coûter son poste de directeur général de Canal 3 Bénin.

Laisser un commentaire

Top