Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Marcel Zounon à propos de l’Exposition : « Franchement, c’est du beau, du bien et du fort »

Marcel Zounon à propos de l’Exposition : « Franchement, c’est du beau, du bien et du fort »

Le ministère du Tourisme, de la culture et des arts (Mtca) a organisé le jeudi 17 mars, la visite de l’exposition « Art du Bénin d’hier et d’aujourd’hui » au profit des acteurs touristiques. Parmi le groupe de visiteurs reçus par les guides cet après-midi-là, figure entre autres Marcel Zounon, directeur de l’Ensemble artistique national dont voici les impressions.

« Je voudrais dire bravo et un très grand merci du fond du cœur au président de la République, parce que ce que j’ai vu aujourd’hui me fait sortir de mes tripes. Je suis sorti de mes tripes parce que la « Salle du peuple » de la présidence où on amenait les artistes lors des banquets organisés par des prédécesseurs de Talon, cette salle qui coulait, dont le sol était presque mal fichu s’est complètement métamorphosée. Vous-même regardez avec moi l’état dans lequel se trouve ce lieu qui accueille cette belle exposition.

L’exposition, elle est très bien montée, la scénographique est parfaite. On rentre dans le passé et on sort dans le présent en se projetant dans le futur ; c’est extraordinaire !

Les 26 œuvres qu’on a visitées, moi j’ai eu la chance de visiter quelques-unes au musée du Quai Branly à Paris. Je ne pouvais jamais croire que ces œuvres allaient revenir au Bénin, et c’est fait !

Quand on sort de l’exposition des 26 œuvres et qu’on entre dans la partie des œuvres contemporaines, c’est tous nos plasticiens d’aujourd’hui, anciens comme jeunes qui sont exposés. J’ai une pieuse pensée pour Yves Pèdé que j’ai rencontré la première fois au Festival ‘’Image of Africa’’ au Danemark. Une pieuse pensée également pour le doyen Tokoudagba. Paix à leurs âmes ! Aujourd’hui, avec les Romuald Hazoumè, Charly d’Almeida et tous les autres, je pense que franchement, c’est du beau, du bien et du fort.

Je voudrais dire bravo au chef de l’État. Comme il le fait si bien, comme il veut organiser la société civile des artistes et dont le conseil d’administration –[le Cnoa, Conseil national des organisations d’artistes et d’acteurs culturels, ndlr]- est sortie de nos tractations le mardi 15 mars, que Dieu le garde et qu’il ait les moyens d’accompagner le patrimoine culturel immatériel pour que les comédiens, les danseurs, les chanteurs, les écrivains…que tous ceux-là puissent également être valorisés, pour que leurs créations contribuent au rayonnement et au développement de notre pays. »

Propos recueillis par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Laisser un commentaire

Top