Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Textes fondamentaux des organes de gestion des médias : La substance des nouvelles propositions du comité de relecture

Textes fondamentaux des organes de gestion des médias : La substance des nouvelles propositions du comité de relecture

L’assemblée spéciale des deux bureaux des unions professionnelles des médias procède à la validation des propositions du comité de relecture des textes fondamentaux des organes de gestion des médias au Bénin. Un atelier se tient à cet effet ce vendredi 27 mai à Cotonou.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Pendant plus de trois mois après son installation, le 10 décembre 202l, le comité de relecture s’est penché sur les textes fondamentaux de quatre organes : la Commission électorale autonome pour l’élection des professionnels des médias devant siéger à la Haac au nom des acteurs des médias du Bénin (Cea-Haac) ; l’Observatoire de la déontologie, de l’éthique dans les médias (Odem) ; la Maison des médias Thomas Megnassan ; et l’Assemblée spéciale des Bureaux des deux Unions professionnelles des Médias du Bénin (As).

Le rapport général daté du 13 avril dernier présente notamment des propositions, suggestions et recommandations dans un contexte où « Le monde des Médias au Bénin est confronté à une crise économique sans précédent qui fouette de plain-pied les entreprises de presse caractérisées par les fermetures tous azimuts et le licenciement du personnel pour les moins vulnérables », alors que les « les associations faitières des médias et les structures techniques sous-tutelle montrent des signes d’essoufflement ».

 

LIRE AUSSI: Recyclage des acteurs des médias : L’Upmb valide une plateforme numérique

 

Sans oublier l’absence d’aide de l’État à la presse qui « a tôt fait de précipiter l’ensemble du secteur des médias dans une situation de marasme qui révèle les problèmes d’ordre managérial, économique et de gouvernance », constatent les neuf auteurs.

L’organisation d’un atelier de validation des propositions du comité, vise à « faire adhérer l’ensemble des acteurs des médias aux nouveaux textes pour leur appropriation et plus tard pour leur mise en œuvre », précise André Dossa, président de la Commission scientifique et communication à travers un communiqué, mardi 24 mai.

« Cette rencontre qui mobilisera toutes les composantes des médias au Bénin se veut un moment de réflexion et de communication pour définir ensemble les amendements à nos textes en vue de mieux faire face aux défis qui sont les nôtres notamment en ces moments où notre pays connait une crise économique sans précédent avec de nombreuses conséquences sur les associations faitières, des répercussions sur le fonctionnement des entreprises de presse, le quotidien des organes de presse et la vie des journalistes », écrit-il.

Il a appelé‚ au nom de l’Assemblée spéciale‚ « tous les acteurs des médias du service public et du privé à se mobiliser et à rester soudés derrière leurs représentants à cet atelier pour faire des assises du 27 mai prochain, un véritable succès et le point de départ d’une meilleure gouvernance des associations faitières des médias et des structures techniques sous-tutelle ».

Grands souhaits du comité

Au comité de relecture ont siégé trois représentants du Cnpa-Bénin (Richard Fassinou, Maliki Laleye et Joël Houndolo), trois autres de l’Upmb (Hervé Prudence Hessou, Tobi Ahlonsou et Pintos Gnangnon) et enfin, les experts ou personnes ressources que sont Levy Ayeyemi, Directeur des Médias, François Awoudo, doyen et journaliste d’investigation et Marie-Richard Magnidet, ancien conseiller à la Haac.

Dans sa méthodologie de travail, le comité a recouru à l’entretien avec une quinzaine de personnes, qui sont responsables des associations professionnelles et des structures sous tutelle. Ces échanges ont permis entre autres d’identifier les principaux goulots d’étranglement que sont les difficultés de financement ; les faîtières vues comme des filières de business personnel et de satisfaction des ambitions des responsables, la gestion opaque des ressources financières obtenues ; les mauvaises conditions de travail des professionnels des médias ; le manque de management des faîtières.

En guise de solution, le comité a fait des propositions de dispositions ou en a modifiées d’autres. Ces nouvelles dispositions devraient « empêcher tout responsable de se servir des associations comme tremplin pour ses ambitions personnelles ». Aussi, « des propositions ont été faites pour apporter de la discipline et du sérieux au sein des faîtières et les organiser au mieux ». Le rapport indique par ailleurs que « Le comité a également revu certaines dispositions afin qu’il y ait un peu plus de transparence dans la gestion des bureaux des structures, dans la circulation de l’information, dans les décisions à prendre, dans la désignation de professionnel pour une mission, une bourse d’étude, etc. »

Au niveau du Cnpa et de l’Upmb, le comité propose par exemple, que les membres du Bureau directeur (Bd) soient élus pour un mandat renouvelable une seule fois ; les postulants aux différents postes du Bd soient interdits de tout autre mandat des organisations des médias (faîtières ou non) ; et qu’un membre du Bd désigné, nommé ou élu à un mandat dans les organisations des médias (faîtières ou non) doit démissionner dans les trente (30) jours francs suivant la date de son élection ou de sa nomination.

 

LIRE AUSSI: « Baromètre des médias africains », 2021: Des reculs contre quelques avancées

 

À l’Odem, le comité suggère de faire siéger des professionnels des médias honoraires dont le professionnalisme avéré est reconnu, « ceci pour faire revêtir l’instance du poids de l’expérience, de l’indépendance, de la crédibilité nécessaire et de toute sa grandeur et de sa notoriété ». Sous réserve de la validation à l’atelier, les membres de l’Odem ne devraient postuler à aucun autre mandat des organisations des médias (faîtières ou non), et le représentant de la société civile devra être désigné par les faîtières des organisations de la société civile pour une représentativité réelle de la société civile.

S’agissant de la Maison des médias (MdM), le comité suggère le retrait de son Directeur du Conseil d’administration. « Il peut en être observateur ou participer aux sessions pour éclairer ou répondre aux préoccupations du Ca ou encore pour écouter les décisions et recommandations », insistent les rédacteurs.

En ce qui concerne, enfin, la représentation de la corporation au sein des institutions de la République, les neuf membres du comité optent pour le Retour à l’option désignation. Ainsi, « Désormais, les représentants seront désignés par la corporation à travers l’Assemblée spéciale après l’examen et l’évaluation des candidats par un jury qu’elle aura mis en place ». Le candidat retenu prêtera serment devant l’Assemblée spéciale et des engagements écrits seront donnés par les postulants retenus.

Laisser un commentaire

Top