Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Meilleur journaliste présentateur télé en Afrique : Ricardo Loïc Kpekou de l’Ortb sacré

Meilleur journaliste présentateur télé en Afrique : Ricardo Loïc Kpekou de l’Ortb sacré

Ricardo Loïc Kpekou, journaliste animateur à la télévision nationale Ortb est le meilleur journaliste de l’année 2021 en Afrique. Il a été distingué lors de la première édition des trophées des médias africains qui s’est déroulée du 22 au 26 février à Brazzaville. Le trophée du meilleur présentateur radio a été également remporté par le Bénin grâce à Rachida Yénoukoume Houssou de Frissons radio.

Source ex.

Initiée par le Réseau panafricain des journalistes (Rpj), cette cérémonie vise à récompenser les journalistes qui se sont distingués dans la présentation des journaux et émissions dans leurs pays respectifs au cours de l’année 2021. Pour cette première édition, 11 pays d’Afrique francophone ont été représentés.
Faire redorer le blason de la presse africaine à l’heure des défis actuels, c’est l’objectif du Réseau panafricain des journalistes d’Afrique francophone (Rpj). Créé en 2011 à l’initiative de jeunes journalistes africains, le Rpj est aujourd’hui le seul creuset qui rassemble les professionnels des médias en Afrique. Il se veut un canal de brassage culturel et intellectuel et de partage d’expériences entre journalistes africains. C’est à juste titre que pour promouvoir et encourager les professionnels des médias, le Réseau panafricain des journalistes a organisé la première édition des trophées des médias africains. Cette initiative vise à attribuer des trophées en signe de récompense aux meilleurs journalistes qui se sont distingués par leur prestation tout au long de l’année 2021 dans chaque pays. La première édition s’est déroulée au mémorial Pierre Savorgnan au Congo Brazzaville sous le haut parrainage du président Denis Sassou Nguesso. La rencontre qui a uni onze pays africains a permis aux journalistes de la presse africaine de réfléchir autour des défis que la presse africaine est appelée désormais à relever. Communications, échanges et débats ont fait le menu des premiers jours des trophées des médias africains. « La presse à l’ère de l’internet et des réseaux sociaux », c’est le thème qui a ouvert les journées scientifiques des trophées des médias africains. D’éminents communicateurs ont assuré la modération des journées scientifiques. « L’homme politique face aux réseaux sociaux » est la deuxième communication que les journalistes ont pris du plaisir à suivre. Animé par le professeur Grégoire Lefouoba, acteur politique emblématique du Congo, cette communication a permis aux journalistes de mieux découvrir et surtout de savoir comment collaborer avec les hommes politiques dans la presse. La dernière communication a porté sur les fakes-news : « Comment lutter contre les fake-news ? » c’est la thématique abordée par les professionnels des médias. Les journées scientifiques ont donc permis aux participants à cette première édition des trophées des médias africains de découvrir d’autres réalités et connaissances en matière de médias. Toutes choses qui devraient leur permettre d’être plus performant et professionnel dans leur carrière.
La journée du vendredi 25 février a été l’occasion pour la vingtaine de professionnels de médias venus de onze pays d’Afrique francophone de recevoir les trophées dans le cénacle du mémorial Pierre Savorgnan de Brazza, l’un des hauts lieux historiques de Brazzaville. Dans son discours, le président du Réseau panafricain des journaliste (Rpj), Adrien Wayi-Lewy, a exprimé toute sa joie de voir Brazzaville accueillir les meilleurs journalistes de la presse africaine. Fierté légitime de voir la presse africaine célébrée en Afrique au lieu d’être invitée en Europe a-t-il relevé. Une manière pour lui de montrer qu’il est important aujourd’hui pour la presse africaine de se prendre véritablement en charge. Selon lui, la presse africaine ne devrait plus être réduite au silence sur les événements africains au profit des médias occidentaux. Une presse citoyenne, c’est ce que doit être la presse africaine a insisté Adrien Wayi-Lewy. Les trophées des médias africains constituent une cérémonie prestigieuse qui va se dérouler chaque année ceci dans le dessein de récompenser les meilleurs journalistes africains dans différentes spécialités a annoncé le président du Rpj. Pour cette première édition, les meilleurs présentateurs radio et Télévision ont été primés à l’issue d’une rigoureuse analyse des prestations vues par le jury international composé d’éminents journalistes d’Afrique.
C’est un bel événement qui a réuni la presse africaine à Brazzaville s’est réjoui la marraine de l’événement, la directrice du mémorial Pierre Savorgnan. Elle a rappelé le rôle important que les journalistes sont appelés à jouer dans leurs pays respectifs. Enquêter, recouper, confronter, analyser, informer, diffuser et permettre à tous d’avoir l’information juste, c’est le véritable défi que les journalistes sont appelés à relever. Toutes choses que les professionnels des médias réunis à Brazzaville ont pris l’engagement de faire.
Le jury international représenté par la vedette de la télévision congolaise Jean Claude Kakou a pour sa part dévoilé les critères de sélection. Entre autres, la voix radiophonique, la maîtrise de la langue d’expression, un bon niveau de culture générale, des aptitudes à l’improvisation, la pertinence des questions posées à l’invité sur le plateau TV, l’économie de contact avec la caméra, un look télégénique et faire preuve de gaité et de jovialité. Ces critères tels qu’énuméré ont permis aux plan national et international d’élire les meilleurs journalistes africains.
Au Bénin, l’enquête a été menée par la représentation du Rpj dirigée par Aline Assankpon Hounbgbedji et Damien Houessou. Leurs propositions ont été transmises ensuite au jury international qui après une minutieuse analyse et enquête qui aura duré plusieurs mois a fini par choisir les meilleurs par pays. Au Bénin, dans la catégorie radiodiffusion c’est Yénoukounmè Rachida Houssou qui a été élue meilleure journaliste présentatrice Radio. Dans la catégorie télévision, c’est le journaliste présentateur animateur depuis un peu plus de trois ans de l’émission matinale phare de l’Ortb 5/7Matins qui s’en sort avec le trophée de meilleur journaliste présentateur de l’année 2021.
Rachida Houssou est actuellement rédactrice en chef de Frissons radio. Correspondante de Bbc Afrique au Bénin, elle a exercé pendant plusieurs années à Océan Fm. Elle s’est réjouie de la récompense obtenue qui pour elle constitue un nouveau défi qu’elle est appelée à relever. Le journaliste Ricardo Loïc Kpekou pour sa part dispose aussi de plusieurs années d’expérience dans la presse. D’abord au groupe de presse la gazette du golfe, ensuite pendant plusieurs années à Océan Fm et le Matinal. Journaliste spécialiste des questions d’économie et de finances, il a exercé pendant quelques années à BB24 avant de poser ses valises dans la rédaction de la télévision nationale où il continue d’exercer. Devant les invités présents au mémorial Pierre Savorgnan, il a remercié ses collègues de la rédaction de la télévision nationale, le directeur général de l’Ortb Erick Jean-Philippe Abraham et la ministre du numérique et de la digitalisation Aurelie Adam Soulé Zoumarou pour leur soutien de divers ordres. Ce trophée ne sera pas le dernier mais le début de nouvelles opportunités pour des défis encore plus grands à relever a –t-il annoncé. Il a insisté sur le professionnalisme dont le journaliste est appelé à faire preuve dans le strict respect des règles d’éthique et de déontologie.
Ces trophées que viennent de recevoir Ricardo Loïc Kpekou et Rachida Houssou constituent la preuve que la jeunesse béninoise est capable de plus grandes choses.

Laisser un commentaire

Top