Vous êtes ici
Accueil > Politique > Message du Cadre de concertation des Osc : Travailler « à ce qu’aucun sang ne soit versé et nous éclabousse »

Message du Cadre de concertation des Osc : Travailler « à ce qu’aucun sang ne soit versé et nous éclabousse »

Les appels à la paix se multiplient dans le cadre de la présidentielle du 11 avril prochain. Lors d’une conférence de presse lundi 22 mars, le Cadre national de concertation des Organisations de la société civile (Cnc-Osc) à travers sa présidente Aurélie Dueguenon Bada, a sollicité de la part de toutes les couches sociales la promotion et la préservation de la paix.

Par Raymond FALADE

Dans son message de paix, Aurélie Dueguenon Bada s’est adressée à tous les démembrements du cadre, aux institutions chargées des élections, aux partis politiques de tous bords, aux autorités judiciaires, aux populations, à la Société civile du Bénin, aux médias, au chef de l’Etat ainsi qu’à la candidate recalée du parti ‘’Les Démocrates’’ en détention.

A l’endroit de tous les démembrements du cadre de concertation des organisations de la société civile dans les 77 communes, Aurelie Dueguenon Bada les a invités à œuvrer pour la paix malgré les nombreuses difficultés du moment. Quant aux institutions chargées des élections, le cadre les a exhortés à « prendre toutes les dispositions sécuritaires pour les électeurs, les candidats les agents électoraux, les locaux et matériels de vote et éviter à tout prix, les défaillances techniques sources de polémiques ». Les partis politiques en ce qui les concerne, ont été invités à travailler « à ce qu’aucun sang ne soit versé et nous éclabousse ». « Il y va de votre entière responsabilité. La tolérance, l’humilité, et le droit à la différence font partie intégrante de la promotion de la paix. Les invectives et les insultes ne concourent pas à cette culture de paix que nous recherchons ardemment à cette période électorale » a insiste la présidente du cadre.

Pour la paix en cette période électorale, la cadre propose aux autorités judiciaires de reporter les audiences relatives aux responsabilités politiques. « Je les supplie humblement si c’est possible, de bien vouloir reporter les dates d’audiences relatives aux responsabilités politiques en cette période électorale » a-t-il plaidé.

Intégralité du message de Aurélie Dueguenon Bada

Je passe par ce canal pour lancer un appel vibrant et passionné à tous les démembrements du cadre de concertation des organisations de la société civile dans les 77 communes à œuvrer pour la paix malgré nos nombreuses difficultés du moment.

Aux institutions chargées des élections de prendre toutes les dispositions sécuritaires pour les électeurs, les candidats les agents électoraux, les locaux et matériels de vote et éviter à tout prix, les défaillances techniques sources de polémiques.

Aux partis politiques de tous bords, travaillez à ce qu’aucun sang ne soit versé et nous éclabousse. Il y va de votre entière responsabilité. La tolérance, l’humilité, et le droit à la différence font partie intégrante de la promotion de la paix. Les invectives et les insultes ne concourent pas à cette culture de paix que nous recherchons ardemment à cette période électorale.

Je compte sincèrement sur votre sens élevé de responsabilité en cette matière.

Aux autorités judiciaires à divers niveaux, je les supplie humblement si c’est possible, de bien vouloir reporter les dates d’audiences relatives aux responsabilités politiques en cette période électorale. C’est également l’occasion pour moi, de leur rendre un vibrant hommage à ces hommes et femmes pour le travail inlassable qu’ils ne cessent d’accomplir pour la préservation de la paix dans la cité.

Aux populations hommes, femmes et jeunes, sortez massivement pour aller voter sans crainte. Voter est un droit citoyen que personne ne peut vous ravir même pas les partis politiques de tous bords.

A la Société civile du Bénin, plus que jamais, nous avons l’obligation partout où nous nous trouvons, de sensibiliser et de rassurer nos populations mais surtout de donner l’exemple, en sortant massivement pour aller voter.

A ma sœur Madougou Rekya et à toutes les femmes incarcérés, courage et patience. Ayons confiance en notre justice et à nos institutions.

Aux médias, je vous invite à procéder à l’auto censure des insultes et invectives à la une de vos journaux, dans vos extrait sonores et images pour préserver la paix électorale. Mais surtout au sens de responsabilité dans le respect de l’éthique et de la déontologie.

Au chef de l’État, son excellence Monsieur Patrice Talon, père de la nation, courage, équité, magnanimité et abnégation.

Vivre le cadre de concertation des organisations de la société civile du Bénin.

Laisser un commentaire

Top