Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Ministre Jean-Michel Abimbola : « Le Fitheb festival continue d’exister »

Ministre Jean-Michel Abimbola : « Le Fitheb festival continue d’exister »

L’annonce de la dissolution du Fitheb et la création, en remplacement, du Centre national de théâtre (Cnt) a suscité beaucoup d’encre et de salives dans le rang des acteurs. Mardi 18 mai 2021, le ministre du Tourisme, de la culture et des arts, Jean-Michel Abimbola a rencontré les acteurs du théâtre et les journalistes culturels pour leurs expliquer les objectifs de la réforme et profiter pour leur présenter les membres du Conseil artistique du Cnt.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Le ministre Jean-Michel Abimbola résume que le Fitheb n’a pas disparu, sa structure a juste été remplacée par le Cnt. En tant que Festival, il sera désormais organisé par le Centre national de théâtre.  De plus, ce dernier a pour mission plus large, la promotion du théâtre sur toute l’étendue du territoire national, l’organisation des formations pratiques en arts dramatiques sous toutes ses formes, la création et la production des spectacles.

Pour justifier la dissolution du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb), le gouvernement évoque le mauvais management général des différentes directions ; les difficultés de gouvernance ; les choix peu pertinents des spectacles invités ; la désaffection du public ; la perte de confiance des partenaires internationaux ; et surtout, des dettes successives dont plus de 145 millions pour la dernière édition. « Épicentre du théâtre africain, le Fitheb est devenu peu attractif, sans public, inexistant sur la cartographie des évènements culturels à forte valeur ajoutée », a regretté Jean-Michel Abimbola. En opérant donc cette réforme, le gouvernement Talon entend faire rayonner davantage le théâtre béninois. Ceci, à travers la mise en place une organisation viable, susceptible de porter les nouvelles dynamiques et d’impacter l’ensemble du secteur ; la restructuration significative de l’institution, afin de contribuer à développer l’ensemble du secteur du théâtre et à lui assurer un rayonnement au-delà de la simple biennale ; l’institution de la formation des professionnels du théâtre, la création, la production et la diffusion des pièces ; la renaissance du Fitheb de sa léthargie en lui insufflant un nouveau dynamisme ; et la contribution à l’épanouissement professionnel et social des acteurs du monde du théâtre.

Innovations et structuration

La décision de dissolution du Fitheb n’est unilatérale. Le gouvernement, selon les confidences du ministre, l’a nourrie avec les acteurs. Il a tenu avec eux des rencontres d’échanges avec les anciens directeurs, présidents et membres de fédérations et d’associations d’hommes de théâtre. Tous ont convenu de la nécessité de le réformer « en mettant en place une nouvelle structure mieux gérée et capable de relancer et de promouvoir le théâtre au Bénin et à l’international au-delà de la biennale », a rapporté Jean-Michel Abimbola. Cette nouvelle structure a été créée, mercredi 12 mai 2021, par le Conseil des ministres. Elle a pour nom : Centre national de Théâtre.  Son objet social ne se limite pas essentiellement à l’organisation du Fitheb. « La nouvelle structure a un mandat plus large, qui consiste à contribuer à développer l’ensemble du secteur du théâtre et lui assurer un rayonnement au-delà de la biennale ».

Conformément à ses statuts, le Cnt est doté d’un organe d’administration et de gestion ; d’un Conseil d’administration de sept (7) membres contre quinze (15) auparavant, pour un mandat de quatre (4) ans à trois (03) ans renouvelable ; un organe scientifique (le Conseil artistique) ; une direction générale avec : une direction technique du théâtre et une direction technique du Festival (en charge de l’organisation de la biennale entre autres attributions) ; et un budget pour son fonctionnement et le financement de son programme de travail annuel.

L’autre innovation magnifiée par le ministre de la Culture, concerne l’exclusion des acteurs culturels du Conseil d’administration et la création d’un Conseil artistique composé de cinq (5) membres dont deux (2) désignés par le ministre chargé de la Culture et trois (3) élus par les acteurs culturels parmi les corps de métier ci-après : dramaturge, comédien, metteur en scène, régisseur et médiateur culturel.

Les membres du Conseil artistique

Le Président du Conseil artistique du Cnt a pour nom : Tola Koukoui. Il est le représentant désigné du ministère du Tourisme, de la culture et des arts. Autour de lui comme membres, Florisse Adjanohoun, représentante désignée du ministère du tourisme, de la culture et des arts ; Nicolas Houenou de Dravo, représentant des metteurs en scène ; Humbert Olatoundji Boco, représentant des comédiens ; et, enfin, Yaovi Félix Afanou, représentant des techniciens. Les prochaines étapes seront marquées entre autres par l’élaboration des TDR pour le recrutement du directeur général du Cnt et les diligences pour une organisation réussie de la prochaine biennale (2022 ou 2023).

Il a exhorté à l’implication effective de tous les acteurs de la culture en général et des acteurs du théâtre en particulier pour la réussite des réformes.

Laisser un commentaire

Top