Vous êtes ici
Accueil > Société > Mise en œuvre du Glefaa : Les parties prenantes se concertent

Mise en œuvre du Glefaa : Les parties prenantes se concertent

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Glefaa co-financé par le Mca Bénin II et Enerdas Group, l’Unité de gestion du projet (Ugp) a organisé, jeudi 19 novembre à Zogbodomey, un atelier d’information et d’échanges avec les parties prenantes du projet d’installation de générateurs photovoltaïques pour la production de l’énergie électrique hors-réseau destinée à l’irrigation des exploitations agricoles et la diffusion de kits solaires d’éclairage dans les ménages ruraux. 

Par R. F.

Conduit par le coordonnateur du projet, cet atelier a connu la présence du Pdg Enerdas group Angelo Dhossou, du maire de Djidja, des représentants des maires d’Allada et de Zogbodomey, ainsi que de la représentante des Atda, des membres de l’Unité de gestion du projet (Ugp), des acteurs du secteur public, du secteur privé, et des organisations de la société civile.

La cérémonie de lancement dudit atelier a été présidée par Faustin Dahito, Pdg de Enerdas group.

Le représentant du maire de Zogbodomey Justin Savassi dans son allocution a exhorté les participants à suivre avec attention les différentes communications, à se les approprier et à s’engager dans la mise en œuvre de ce projet innovant.

Pour Hortense Agountcheme, représentante des Atda, ce projet est une opportunité pour le monde rural. « Nous devrons sensibiliser les ménages ruraux sur l’utilisation de ces kits solaires en vue d’impacter véritablement le monde rural » a-t-elle souligné.

A sa suite le Pdg de Enerdas group a fait une brève genèse du projet au cours de laquelle, il a rappelé aux participants son contenu. « Le projet concerne l’installation de générateurs photovoltaïques dans les communes d’Allada, de Djidja et de Zogbodomey. Au total 20 villages ont été ciblés dans chacune de ces communes » a t-il précisé. Et d’ajouter que « les générateurs installés vont servir à produire de l’énergie pour maitriser l’eau afin de sécuriser l’hydraulique villageoise et surtout pour l’irrigation agricole et l’électrification rurale ». Il a  remercié le Mca Bénin à travers son second compact pour l’importante subvention apportée au projet et également le partenaire Italien, Etc group qui a mis à disposition un crédit complémentaire d’environ 60% du coût du projet ainsi que Bp Conseils pour son assistance à la gestion dudit projet.

Après les allocutions, place a été faite aux communications dont la première a été assurée par Angelo Dhossou, coordonnateur du projet. Il a choisi un ‘’teaser’’ pour introduire sa communication axée sur la présentation globale du projet. Dans sa présentation, il a rappelé le bien fondé de cet atelier, les différents aspects et objectifs dudit projet. Pour lui « cette activité s’avère importante, vu le rôle prépondérant de ces différents acteurs au niveau local ». Il a rappelé aux différents acteurs que le projet Green life energy for agriculture advacement (Glefaa) est une innovation qui révolutionnera la vie en milieu rural et boostera le développement agricole.

A sa suite, deux autres communications portant sur les différentes composantes du projet à savoir : ‘’énergie et eau’’, ‘’agrobusiness’’ et ‘’marketing et action commerciale’’ ont été faites par les experts membres de l’Unité de gestion du projet de façon dynamique et participative. Ces différentes communications ont été renforcées par des travaux de groupe assortis de recommandations après restitution.

A la fin des travaux, Faustin Dahito a officiellement clôturé l’atelier en demandant aux différents acteurs impliqués à faire preuve d’engagement et de responsabilité dans la mise en œuvre de ce projet pour le bonheur des populations des 60 villages retenus.

A noter que la mise en œuvre du présent projet permettra la production de l’énergie hors réseau pour l’électrification des ménages ruraux ainsi que la maitrise de l’eau pour l’irrigation des exploitations agricoles. Il contribuera aussi à la réduction de la pauvreté à travers les revenus générés par l’exploitation des périmètres maraichers. En effet, le faible taux d’électrification rurale (6,6%) impacte négativement la prospérité socioéconomique des ménages ruraux comme difficultés de mise en œuvre des activités génératrice de revenus, de bonnes conditions d’étude des enfants et des jeunes etc… Le manque d’énergie plombe également la productivité agricole faute de maitrise de l’eau. L’éclairage des infrastructures sociocommunautaires (centres de santé, écoles, marchés de nuit et places publiques) à travers l’installation de lampadaires solaires contribuera à l’amélioration des résultats scolaires et les conditions de vie des communautés à la base.

Laisser un commentaire

Top