Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Noël Chadaré, Sg Cosi-Bénin : « La famine est à nos portes »

Noël Chadaré, Sg Cosi-Bénin : « La famine est à nos portes »

Noël Chadaré‚ Sg Cosi-Bénin prévient que le pays pourrait basculer dans la misère vu la flambée des produits de première nécessité. « La famine est à nos portes » a-t-il lancé le dimanche 3 avril sur une émission en présence du ministre Wadagni.

Par Raymond FALADE

Noël Chadaré‚ le secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin) fait partie des invités de l’émission “Le débat public” diffusée le dimanche 3 avril sur la télévision nationale Ortb.

Principal invité de cette émission, le ministre de l’Économie et des finances, Romuald Wadagni. Thème débattu : « Le Bénin face à la cherté de la vie ».

Le Sg/Cosi-Bénin a salué la volonté du gouvernement de subventionner les intrants qui entrent dans la production agricole. Pour lui, « c’est une bonne chose ». Par ailleurs, Noël Chadaré a souhaité qu’on « puisse déjà en prévision, faire de telle sorte que dès les récoltes, on constitue des stocks ».

 

LIRE AUSSI: Romuald Wadagni sur la cherté de la vie : «Aucun impôt n’a connu une hausse en montant»

 

Il a déploré la suppression de certaines sociétés qui assuraient la sécurité alimentaire telles que l’Onasa et consorts.

« On ne vous demande pas de les faire revenir mais il faut trouver des moyens pour stocker. On pense d’abord à la maison. Les autres qui sont à côté, ce sont nos voisins certes mais comme le dit quelqu’un, si le dedans n’est pas rassasié le dehors ne peut pas trouver », suggère-t-il

Il a invité le gouvernement à faire des efforts pour constituer les stocks après avoir investi autant d’argent dans la subvention des intrants pour que les Béninois puissent véritablement en profiter.

Revalorisation des salaires

Le Sg Cosi-Bénin a représenté sur le plateau de l’Ortb lors de cette émission, les travailleurs. L’une des questions qui alimentent le débat en leur sein depuis décembre 2021, est relative à la revalorisation des salaires.

Sur ce sujet Noël Chadaré a exprimé son impatience de voir cela se concrétiser. Le ministre de l’Économie et des finances Romuald Wadagni quant à lui‚ se veut rassurant envers les travailleurs. Il a indiqué que « Dès l’annonce de la hausse du salaire des fonctionnaires, nous avons fait un travail qui a été retoqué dans le bon sens pour les travailleurs par le chef de l’État qui a demandé d’aller plus loin ».

Le comité chargé du dossier s’est remis de nouveau au travail‚ a poursuivi l’argentier national. Et de promettre que « Nous allons, dans la suite des discussions que nous avons avec les partenaires sociaux, aller vers une conclusion qui ne sera que favorable aux travailleurs ».

 

LIRE AUSSI: Respect de l’ordonnance de suspension des sanctions contre le Mali : « L’image et la force de l’Uemoa en dépendent » (juriste Landry Angelo Adélakoun)

 

La question de base pour les travailleurs du secteur privé est le salaire minimum, le Smig. Sur cet aspect, « les discussions sont en place» selon Romuald Wadagni. À l’en croire, le comité technique a fait des simulations et les a présentées au chef de l’État. « Je ne trahis rien en disant que le chef de l’État a estimé que ce n’était pas assez. Il a estimé que si l’on veut faire les choses, il faut les faire bien. Et a demandé de retourner approfondir les travaux. »

Laisser un commentaire

Top