Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Nouvelle mandature de l’Armp : Des prouesses en 100 jours

Nouvelle mandature de l’Armp : Des prouesses en 100 jours

Deux responsables de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) ont été reçus le jeudi 9 septembre, sur la télévision de service public Ortb. Au cours de cette sortie médiatique, Francine Aïssi Houangni, membre du conseil de régulation et Ludovic Guedje, secrétaire permanent de l’Armp ont passé en revue les 100 premiers jours de la nouvelle mandature.

Par Sènankpon DOSSOU

100 jours seulement après l’installation de la nouvelle équipe de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), de grandes prouesses ont été faites. Au bilan, zéro retard dans le traitement des recours, des plaintes et dénonciations. Innovations du code des marchés publics, flexibilité et facilités dans le processus de passation et dématérialisation des processus d’achat sont autant de sujets abordés dans l’émission. La question du renforcement des capacités et d’information des acteurs des marchés publics a été abordé avec un plaidoyer, doter l’institution de moyens à même de lui permettre de créer le centre de formation, de documentation et de recherche en commande publique du Bénin. Selon les invités de Ozias Sounouvou, la nouvelle dynamique, la qualité du travail sont les facteurs qui vont permettre à l’Armp de jouer pleinement ses responsabilités à l’amélioration du climat des affaires.

« Ce qui se passe actuellement à l’Armp vient de la dynamique de son président, Séraphin Agbahoungbata. Une dynamique acquise certainement aux côtés du président de la république », a déclaré d’entrée Francine Aïssi Houangni, conseillère à l’Armp. Ludovic Guedje actuel secrétaire permanent de l’Institution a ajouté « qu’il fallait que l’institution tranche les contentieux de la passation et de l’exécution des marchés publics dans les délais. Depuis l’arrivée de la nouvelle équipe, on constate qu’un point d’orgue est mis à sortir les avis et décisions dans les délais réglementaires ». Un résultat qui va de pair avec une réorganisation des services de l’Institution, la mise au travail du capital humain, la création des valeurs de référence et des couloirs d’expression réelle de la motivation dans la responsabilité et l’efficacité, a-t-il poursuivi. « Cette diligence dans le traitement des recours à l’Armp apporte un souffle nouveau dans la compétitivité des entreprises ». a renchéri Aïssi Houangni. Francine Aïssi Houangni a expliqué que « pour participer à une procédure de passation de marchés publics, il y a une maitrise de risques qui est faite par les entreprises soit au niveau des banques, soit au niveau des fournisseurs, soit au niveau des assureurs, soit au niveau de ressources et du capital humain. En clair le coût d’opportunité généré par la célérité dans la prise des décisions à l’ARMP est énorme pour les entreprises ».

Les missions de l’Armp

Les interlocuteurs de l’émission ont rappelé les missions de l’Autorité de régulation des marchés publics. Lesquelles missions consistent en cinq points à savoir, assurer l’assistance des autorités nationales compétentes dans le cadre de la définition des politiques et de l’élaboration de la réglementation en matière de la commande publique, à l’organisation du système de formation de l’ensemble des acteurs de la commande publique et le développement du cadre professionnel ainsi qu’à la mise en œuvre des procédures d’audits techniques indépendants de la commande publique et la sanction des irrégularités constatées. Ces rôles s’étendent au règlement non juridictionnel des litiges nés à l’occasion de la passation des marchés publics et de partenariat public-privé, à la conciliation des parties en cas de litiges nés à l’occasion de l’exécution des marchés publics et à la facilitation du dialogue entre les parties au contrat en cas de différends dans le cadre de l’exécution d’un contrat de partenariat public privé.
Les deux invités ont poursuivi en défendant la contribution de l’Armp à la sauvegarde des investissements au Bénin et à l’amélioration du climat des affaires. « En croisant les missions avec les objectifs de développement du pays contenus dans le programme d’actions du gouvernement, on réalise que l’Autorité de régulation des marchés publics est présente dans tout le cycle de gestion des projets d’investissements publics et de fonctionnement » ont-il expliqué. Mieux, lorsque nous savons que plus de 60% des ressources affectées à ces investissements empruntent le circuit des marchés publics, on comprend aisément, la place et les responsabilités de l’Autorité de régulation des marchés publics au Bénin. Ainsi, en mettant à disposition des acteurs du secteur public comme du secteur privé des politiques, des outils et des textes faciles d’application, en instaurant des dispositifs qui fluidifient la chaîne de passation tout en facilitant la participation du plus grand nombre notamment les micro, petites et moyennes entreprises, l’Armp joue grandement à l’amélioration du climat des affaires au Bénin.
Les invités de l’émission Focus ont également abordés les innovations apportées par la loi portant code des marchés publics. Il s’agit des allègements proposés par le gouvernement qui participent d’une meilleure compétitivité des opérateurs économiques. Avec la nouvelle loi portant code des marchés publics, les délais sont réduits. Les formalités de pièces administratives ne concernent que l’attributaire du marché public. Une souplesse dans l’appréciation de la capacité technique et financière des soumissionnaires. Au niveau des plans de passation des marchés publics, une proportion de marchés concernant les micros et petites et moyennes entreprises doit y fuguer. Ce qui permet une émulation. Cela rend compétitives les offres proposées par les entreprises et permet des économies d’échelles à l’acheteur public.
Dans un contexte où les marchés publics favorisent véritablement la participation des entreprises aux opportunités d’affaires, l’Armp y contribue parce qu’au sein du système, les intérêts de chaque partie sont sauvegardés. Il est important avec toutes les facilités offertes par la loi portant code des marchés publics, que les entreprises respectent les règles établies dans le domaine, s’associent pour bénéficier des formations de qualité de l’Armp pour une participation plus active aux opérations de passation des marchés publics, plaident la représentante du secteur privé au conseil de régulation.
« Dans un court terme, nous envisageons la création du centre de formation, de recherche et de documentation de la commande publique. Ce centre de référence doit être le pôle d’excellence de la commande publique au Bénin. Il facilitera l’éclosion des savoirs et des connaissances qui alimenteront la régulation des marchés publics dans notre pays. Cette école renforcera les acteurs dans leur carrière sur la base des curricula innovants qui intègrent les modernités en matière marchés publics ». a conclu le secrétaire permanent de l’Armp.

Laisser un commentaire

Top