Vous êtes ici
Accueil > Actualité > [Opinion de Urbain S. Amègbédji] Alpha, la France et l’Omega

[Opinion de Urbain S. Amègbédji] Alpha, la France et l’Omega

J’ai un sentiment mitigé ce matin. Un mal de tête dû à une mauvaise nuit me secoue. Les images qui nous viennent de Guinée m’ont donné l’insomnie. Elles ne sont que le reflet d’une Afrique des intellectuels tarés. Le pays va de charybde en scylla, et la solution des militaires me parait pire que le problème.

Alpha vient de donner encore l’occasion au monde de démontrer que le malheur de l’Afrique ce sont ses propres dirigeants. Comment cette grosse voix de la FEANF, ce militant de gauche qui a souffert le martyr sous des régimes dictatoriaux a pu en arriver à faire le contraire de ce qu’il a défendu toute sa vie ? Que retenir finalement de Alpha aujourd’hui ? Le militant de la décolonisation ? Le leader politique luttant pour l’indépendance et le développement du continent ? Le fervent partisan de la rupture avec la métropole ? Ou finalement le petit autocrate qui n’a pu résister à la boulimie du pouvoir ? Oh non le professeur Alpha était grand, de par ses luttes, de par sa vie de par ses idées panafricanistes. Mais il a vendangé tout cela pour un rêve idiot. ”Mourir au pouvoir comme Eyadema et Bongo”. Il se croyait l’Alpha et l’oméga de la Guinée. Sans lui rien ne peut se faire dans cet autre pays des scandales géologiques. Certes il a fait faire au pays de petits pas. Mais c’est prétentieux de penser qu’il n’était pas seulement Alpha mais aussi Omega.

On aura beau jeté l’anathème sur Alpha, la prise du pouvoir par les militaires n’est nullement la solution. La Guinée des militaires on la connait. De Lansana à Dadys l’armée n’a rien pu démontrer de ses capacités à gérer le pays. L’expérience du pouvoir politique par l’armée à travers les généraux Conte et Camara aura suffisamment montré l’incurie d’une armée dont les officiers excellent plus dans les affaires que dans les faits d’armes. Le bilan de Conte n’est ni flatteur ni enviable pour le pays de Sékou Touré dont le non retentissant au général de Gaule a fait rêver plus d’un. L’État de déliquescence du pays est largement dû à cette oligarchie de militaires dont la brutalité et la corruption dépassent l’entendement. Si Alpha a donné la preuve que les politiques peuvent abuser du pouvoir, ce n’est certainement pas l’armée, dont les hauts faits d’armes sont le massacre de 157 civils et le viol de 109 femmes le 28 septembre 2009 au stade de Conakry, qui fera l’affaire. L’armée, et plus particulièrement l’armée Guinéenne est mal placée. Alpha l’aura appris à ses dépens, lui qui s’est refusé à faire juger les coupables de ce massacre à cause d’accords secrets avec les partisans de Dadis pour accéder au pouvoir. Certes la France, tel un trouble fête a torpillé toutes les initiatives de développement du pays. Mais Conte et ses frères d’armes n’ont laissé à la Guinée que larmes et désolation. Nanti de gisements miniers importants, ce beau pays n’avait même pas le minimum pour sa population, l’eau et l’électricité. Bilan politique, économique et social désastreux. A la mort de Conte en 2008 un autre militaire surgissant de nulle part débarque pour étaler au monde la nullité de la soldatesque qui prétendait rétablir l’honneur d’un pays humilié et pillé par ses propres enfants.

Le Colonel Doumbouya, le nouveau messie franco-guinéen, est légionnaire de l’armée française. Il n’en faut pas plus pour voir la silhouette de la métropole derrière ce nouveau coup de force. L’appétit de la France pour ce pays aux gisements importants n’est un secret pour personne. Alpha leur aura tourné le dos pour faire la part belle à la Chine qui collectionne les contrats dans le pays. Emmanuel Macron qui comprend le troisième mandat de Alassane Ouattara et adoube le fils de Deby dans le fauteuil du père, n’est pas tendre avec Alpha pour son troisième mandat. Accepter ce troisième mandat c’est faire attendre la France encore cinq nouvelles années avant de voir arriver au pouvoir un francophile. L’occasion était donc trop belle pour ne pas la saisir. ‘’ En même temps est mieux’’ disent les ivoiriens.

Finalement l’histoire de la Guinée est celle d’un combat perpétuel entre ce pays et la France. Si la Guinée a gagné les premières manches, la France vient de prendre sa revanche. Triste fin pour Alpha qui voulait couper le cordon ombilical d’avec la France; le cordon vient de se nouer à son cou au risque de l’étrangler. La France fait son come-back triomphal en Guinée pour quelle fin ? les jours à venir nous le diront.

Par Urbain S. Amègbédji

Laisser un commentaire

Top