Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Orounla à propos de la désignation des maires: « La loi dite nouvelle n’est pas venue changer les donnes »

Orounla à propos de la désignation des maires: « La loi dite nouvelle n’est pas venue changer les donnes »

Les députés ont voté le mardi 02 juin, la loi portant interprétation et complétant la loi N° 2019-43 du 15 novembre 2019 portant Code électorale. Trois jours après, le président de la république Patrice Talon a promulgué ladite loi après le contrôle de conformité par la Cour constitutionnelle. Tout au long du processus, ce nouveau code a suscité de nombreuses interrogations au sein de l’opinion publique.

En effet, nombre d’observateurs de la vie sociopolitique béninoise se demandent si en application de la loi promulguée par le chef de l’État, les maires désignés auront l’autorité nécessaire pour gérer leurs communes.

Lors d’une conférence de presse le vendredi 5 juin, le porte-parole du gouvernement Alain Orounla, a répondu à cette préoccupation. Selon lui, « la loi dite nouvelle n’est pas venue changer les donnes, elle est venue préciser ce qui a été dévolu : la prépondérance des partis politiques ››. À en croire ses propos ‹‹la réforme du système partisan a pour objet et objectif de renforcer les partis politiques dans leur rôle d’animation de la vie politique. Et cela est tellement vrai que les élections communales c’est d’abord l’élection des partis, donc à voter un logo. La personnalité des acteurs, des candidats peut contribuer au rayonnement des partis, mais c’est pour le parti que l’on vote. Et le droit des électeurs c’est de désigner le parti à qui ils entendent confier la gestion pendant 6 ans de leur municipalité ; ils font confiance au parti qui doit pouvoir désigner ceux qui sont jugé parmi les acteurs les plus aptes au groupe majoritaire pour la conduite des affaires de la municipalité. » a expliqué le ministre. Et d’ajouter ‹‹ qu’il n’y a aucun risque que l’autorité d’un maire désigné soit contestée, si ce n’est qu’il ne serait plus en accord avec le parti politique. ». Le code électoral modifié est donc en parfaite adéquation avec la réforme du système partisan en cours au Bénin. « Donc ce qui se fait est en, parfaite cohérence avec la philosophie même de la réforme du système partisan. Une philosophie du développement décentralisé qui doit pouvoir être menée par un groupe homogène d’acteurs politiques plutôt que la juxtaposition de personnalités politiques qui disposent beaucoup de moyens que d’autres et qui dictent leurs lois au collectif ›› a-t-il justifié.

Par R. F.

 

Laisser un commentaire

Top