Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Patrice Talon à l’endroit de l’opposition : « Donnez le meilleur de vous-mêmes pour être aux élections »

Patrice Talon à l’endroit de l’opposition : « Donnez le meilleur de vous-mêmes pour être aux élections »

Répondant favorablement à leur demande, le président Patrice Talon a tenu ce lundi 25 février 2019, une séance d’échanges avec certains responsables l’Opposition. Au menu des échanges, les préoccupations et inquiétudes des leaders de l’opposition relatives aux procédures de mise en conformité de leurs partis politiques dans le cadre des législatives d’avril prochain. 

Par Laurent KOKOU

3h 30 d’horloge, c’est le temps qu’il a fallu au président de la République et la délégation de l’opposition composée de Candide Azannaï, Guy Mitokpè, Eric Houndété, Théophile Yarou et Koussonda Adjibadé, pour dissiper les malentendus liés surtout à la mise en conformité des partis se réclamant de l’opposition à la charte des partis politiques et au code électoral et ce, pour une participation effective desdits partis aux législatives d’avril prochain. La séance a donc permis au chef de l’Etat de mettre les acteurs présents face à leurs responsabilités.

Les griefs de l’opposition…

C’est l’ancien ministre Candide Azannaï qui a exposé les griefs de l’opposition relativement au processus en cours. À l’en croire, les partis soutenant le pouvoir auraient bénéficié d’un traitement de faveur de la part du ministère de l’Intérieur dans le processus de délivrance du certificat de conformité, cependant que les partis d’opposition auraient fait l’objet de brimades et d’injustice. « Jusqu’au 18 février, date où les partis politiques de l’opposition se sont vus obligés de tirer la sonnette d’alarme, nous étions à deux jours du démarrage du dépôt des dossiers … le quitus fiscal n’est pas disponible pour la majorité des candidats. Le 21 février, le ministre de l’intérieur a choisi de délivrer aux seuls partis de la mouvance, leur récépissé provisoire suivi du fameux certificat de conformité. » a déclaré Candide Azannaï. Il ressort de leur argumentaire, qu’ils exigent une gestion politique de la situation par le chef de l’état, afin que le certificat de conformité soit délivré à tous les partis politiques, en violation de la loi s’il le faut. Ceci, pour permettre à tous, y compris ceux qui n’ont pas rempli les conditions prévues par la loi, de prendre part aux élections.

Patrice Talon, intransigeant sur le respect des dispositions légales

En réponse à leurs différentes préoccupations, le chef de l’état a affiché une fermeté sans équivoque. À travers la démarche pédagogique qu’on lui connaît, il a signifié à ses hôtes, sa volonté de pouvoir solutionner les préoccupations de ses compatriotes. Cependant, le président Patrice Talon refuse d’apporter sa contribution pour la résolution d’une situation au détriment de la loi. Sans ambages, il a démontré à ses interlocuteurs, en quoi ils avaient tort. « Vous êtes conscient qu’il y a des insuffisances dans les dossiers » leur a-t-il lancé.  Certains parmi les acteurs politiques présents ont reconnu qu’ils s’étaient mépris sur le contenu de la loi. Patrice Talon a clairement signifié aux membres de la délégation qu’il ne fera jamais du deux poids deux mesures par rapport à l’application rigoureuse des textes de la république car a-t-il rappelé, autant les citoyens et les travailleurs subissent avec douleur les exigences des réformes opérées, autant les hommes politiques doivent se conformer sans complaisance aux exigences de la charte des partis ainsi que celles du code électoral. Ainsi donc, il ne s’agira nullement de faire une quelconque dérogation aux politiciens quand il s’agit d’appliquer les réformes qui les concernent. « Si vous persistez à maintenir dans vos dossiers des pièces qui constituent de fausses déclarations, l’administration ne peut pas fermer les yeux dessus. Ce serait un péché parce que nous aurons montré que ce que nous exigeons de nos compatriotes, nous ne le faisons pas pour ceux qui aspirent à diriger… » a martelé le président Patrice Talon. Il n’a pas manqué de réaffirmer sa volonté de voir tous ceux qui remplissent les conditions, participer aux élections. Et pour donner la preuve de cette volonté, le chef de l’état a affirmé avoir donné des instructions aux différents services et ministère impliqués dans les différents processus de mise en conformité, afin qu’ils travaillent sans discontinuer pour le traitement diligent et dans les délais requis, de tous les dossiers. Il les a par ailleurs invités à ne pas perdre leur temps dans le dilatoire ou à jeter du discrédit sur les institutions mais plutôt à mettre à profit le temps restant pour se mettre en règle. « Donnez le meilleur de vous-mêmes pour être aux élections… Ce n’est pas à moi de vous dire ce qu’il faut faire mais je serais à votre place que je serais capable d’être présent dans la compétition » a affirmé le président de la république. Ces mises au point du chef de l’état auront le mérite de démontrer aux responsables des partis d’opposition ayant pris part à la rencontre, que c’est eux même qui travaillent à priver leurs militants de la participation au scrutin. Certains responsables de l’opposition n’ont pas caché leur admiration face à la cohérence des démonstrations du chef de l’état. Théophile Yarou des Fcbe n’a pu s’empêcher de dire : « Monsieur le président, je suis très émerveillé par la démonstration que vous faites depuis que nous sommes ici… Je suis d’accord avec la démonstration que vous faites et je aussi d’accord que nous devons nous améliorer… »

Laisser un commentaire

Top